Jeudi Jeu Livresque #8 : Poème de titres

jeudijeulivresque

« Le jeudi c’est Jeu Livresque » est un jeu mis en place par Secret Forbidden World !
C’est une idée très sympathique qui dure 8 semaines.
Plus de détails ? C’est ici !

Semaine 8 : poème de titres
Essayez d’écrire un poème avec les tranches des livres de votre bibliothèque.
Une petite photo de la pile ainsi constituée et hop, c’est fini. Pas besoin que ce soit très long, le but est de s’amuser !

C’était pas facile ^^ j’ai ajouté quelques mots pour faire le lien entre les différents titres ! Ca part un peu en sucette à la fin mais je me suis bien amusée à le faire 😀

photo

Alexia
La princesse maudite
A de Mortels petits secrets
Elle vit L’amour interdit
Avec SABA Ange de la mort

Damnés
Ces Sublimes Créatures
Déclenchent l’Apocalypse Zombie
Et si c’était vrai…?

Et vous ça donnerait quoi ? 🙂

Publicités

16 réflexions sur “Jeudi Jeu Livresque #8 : Poème de titres

  1. Bon je m’y suis essayé mais ne possédant pas d’appareil photo je ne peux pas montrer la photo de mes livres empilés mais ils sont tous la devant moi 🙂 j’ai mis entre crochets les titres utilisés étant donné qu’on ne peut pas écrire en gras dans les commentaires. Soyez indulgents 😉

    Rien n’est plus beau que {les années d’enfance}
    Où l’on vit à {l’ombre des anciens} avec insouciance.
    On parcourt le monde l’âme légère comme une {plume}
    Jusqu’à ce qu’{une rose au paradis} ne parfume
    {L’âme du feu} qui sommeillait en nous
    Tel {le souffle des dieux} nous frôlant le cou.
    Alors cette {belle du seigneur} s’installe dans notre cœur,
    {L’appel de la forêt} semble désormais sans saveur.
    Autour d’elle semble graviter notre vie avec {stupeur et tremblement}
    Et on souhaiterait que cela reste ainsi pour {la nuit des temps}.
    Malheureusement l’amour est souvent source de {ravage}.
    {Le parfum} de l’être désiré qui donnait tant de courage
    Cède place au {temps des souffrances} à toute allure
    Maintenant que l’on est abandonné dans {le sang de la déchirure}.
    Ce qui semblait être {les années d’espoir}
    Se change ainsi en {années noires}.
    {Le voyageur imprudent} se remémore alors
    Les {paroles} dispensées par ses mentors
    « {Le grand secret} pour une vie forte
    Est de délaisser {la louve et l’enfant} à ta porte
    Et que {le diable l’emporte} »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s