La Reine des noctères (Pérismer #1)

Ils sont cinq. Cinq adolescents qui vivent depuis leur plus jeune âge dans un monastère isolé du monde extérieur. Par une nuit tragique, ils échappent de justesse à l’agression de ténébreuses créatures et, pour survivre, doivent se résoudre à l’exil. Un long périple les attend, au cours duquel ils n’auront pas d’autre choix que d’apprendre à s’entraider et à dépasser leurs différences, car face à eux se dresse la Reine des noctères, un fléau qui les considère déjà comme ses pires ennemis.

Le premier tome de Pérismer a été une très bonne surprise pour moi ! Je ne m’attendais pas à accrocher autant. J’avais commencé à lire le premier chapitre avant de faire une petite pause dans mes lectures fantasy, une pause qui a été bénéfique car ça m’a permis de me replonger pleinement dans ce livre que j’ai beaucoup aimé !

Dans ce premier tome, on rencontre de nombreux personnages dont cinq adolescents, trois garçons, Amonis, Pharnis, Erian, et deux filles plus jeunes, les jumelles Swenn et Colleen. On a les pensées de chacun, ce qui nous permet de ne pas se perdre et d’en apprendre beaucoup plus que si on ne suivait qu’un seul protagoniste mais j’aurais aimé avoir plus souvent le point de vue des jumelles.

Tous les cinq sont bien différents, chacun avec son propre pouvoir et sa propre personnalité, mais tous ont une chose en commun et j’ai énormément aimé ces révélations, j’ai hâte d’en apprendre encore plus et de voir ce que cela va donner par la suite. Je n’ai pas de préférence entre ces cinq là, il n’y en a pas un que j’ai moins aimé que les autres, je les ai tous appréciés. J’ai également beaucoup aimé Farah, la jeune fayeries, et Etan d’Ismaval qui viennent s’ajouter au groupe. Par contre, il y a des personnages comme Osan dont je me suis tout de suite méfiée !

Du côté de l’histoire, je l’ai trouvé assez originale, surtout pour ce qui concerne les origines des protagonistes principaux. À un moment, j’ai eu beaucoup de mal à poser ce livre. Un événement a tout déclenché, c’est d’ailleurs le passage qui est représenté sur la couverture. Ca m’a beaucoup touchée et je n’ai pas su reposer le livre, le quittant à regret pour aller travailler, ce qui ne m’empêchait pas d’y penser !

J’ai malgré tout eu un peu du mal avec la fin, je n’ai probablement pas saisi tous les enjeux finaux mais ça ne m’empêchera pas de lire la suite. Concernant l’écriture, la plume de Franck Dive est fluide et très agréable. Je n’ai eu aucun mal à imaginer le monde de Pérismer et les différents lieux que découvrent nos héros. Les chapitres sont courts, les pages se tournent sans que l’on s’en aperçoive et l’auteur n’est pas toujours tendre avec ses personnages, ce qui rend l’histoire encore plus réelle.

Bref, le premier tome de Pérismer, la Reine des noctères de Franck Dive est un bon premier tome, une chouette découverte ! J’ai beaucoup aimé faire la connaissance des différents personnages, qui en ont vu de toutes les couleurs, et j’ai hâte de les voir évoluer. Une histoire très originale que je vous encourage à découvrir !

banniere erelle FINI2

En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries

Je remercie les Indés de l’Imaginaire et le label Naos pour cette lecture !


Auteur : Franck Dive
Date de sortie VF : 18 novembre 2016
Éditeur : Naos (350 pages – 17,90€)
Nombre de tomes prévus : 3
Le tome suivant : L’Ombre de Luisen (2017)

Red Rising (Red Rising #1)

red-rising

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir. Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature. Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

Red Rising est une saga qui me tentait beaucoup, elle a eu pas mal de succès auprès des autres blogueurs et j’ai très vite eu envie d’en savoir plus. Je n’ai pas été déçue de ma lecture, malgré quelques points qui m’ont un peu chiffonnées, j’ai passé un très bon moment avec ce livre très addictif !

Dans ce premier tome, on fait la connaissance de Darrow, un Rouge, le plus bas statut de la Société. Très vite, Darrow perd sa raison de vivre et on lui offre la possibilité de se venger et même plus, la possibilité de libérer son peuple. Il doit devenir un Or, le plus haut statut, celui des dirigeants de la Société. J’ai beaucoup aimé Darrow. Au début, sa jeunesse m’a dérangée mais finalement, elle rend ses erreurs crédibles. Il évolue déjà beaucoup dans ce premier opus.

Du côté des autres personnages, j’ai adoré Sevro. Ce n’est pas le personnage le plus charismatique mais je dirai que c’est un des plus intéressants et un des plus drôles. L’histoire est sérieuse mais les personnages sont là aussi pour détendre l’atmosphère. J’ai bien apprécié Mustang et Pax aussi. Mais le soucis avec les nombreux personnages que l’on rencontre est que l’on ne sait jamais à qui faire totalement confiance et surtout à long terme… Seule la suite nous le dira !

L’histoire n’est pas en reste. Pierce Brown ne met pas de gants pour écrire et n’y va pas par quatre chemins, il est cru et ça passe très bien dans l’ambiance du livre. Les chapitres sont courts et à la fin de chacun on n’a qu’une envie, lire la suite. Ce livre est tellement addictif ! Les rebondissements sont là où on ne les attend pas toujours et j’adore être surprise lorsque je lis ! J’ai aimé l’univers de ce livre, un style romain qui n’est pas pour me déplaire, que du contraire. C’est d’ailleurs assez difficile de trouver un genre à Red Rising car on a un peu de tout et c’est très bien assemblé.

Le seul petit point négatif est le petit coup de mou que j’ai ressenti au milieu du livre, à la troisième partie. J’ai d’ailleurs eu peur que l’on perde l’objectif de base, à savoir la libération des Rouges. On est tellement pris par l’action sur le champ de bataille des Ors que l’on oublie qui sont les vrais ennemis. Mais je pense que l’auteur sait parfaitement où il veut nous emmener, donc j’ai hâte de découvrir la suite !

Bref, le premier tome Red Rising de Pierce Brown est une lecture excellente avec laquelle j’ai passé un très bon moment. L’histoire est tellement originale qu’il n’est pas facile de la cantonner à un seul genre. Les personnages sont redoutables et je me suis fort attachée à certains, dont Darrow et Sevro. Une saga très addictive à découvrir de toute urgence !

5:5

Mirrorcle World caladhiel
En lecture commune avec Mirrorcle World et Dans la Bulle de Caladhiel


RedRising

Auteur : Pierce Brown
Date de sortie VF : 17 juin 2015
Éditeur : Hachette (382 pages – 7,95€)
Titre VO : Red Rising
Nombre de tomes prévus : 3
Le tome suivant : Golden Son (27 janvier 2016)

La Malédiction de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur #2)

lepouvanteur-t2

« Voilà six mois que tu es l’apprenti de M. Gregory, me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. A présent, l’obscur t’a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l’obscur d’avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C’est pour cela que je t’ai donné la vie. »
L’Épouvanteur et son apprenti, Thomas Ward, se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs des catacombes de la cathédrale est tapie une créature que l’Épouvanteur n’a jamais réussi à vaincre. On l’appelle le Fléau. Tandis que Thomas et M. Gregory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n’est pas leur seul ennemi, l’Inquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l’obscur ! Thomas et son maître survivront-ils à l’horreur qui s’annonce ?

Attention, risque de spoiler sur le tome précédent !

On continue dans la suite de ma relecture de la saga de L’Épouvanteur de Joseph Delaney qui est une saga que j’aime beaucoup et qui ne m’a pas encore déçue ! Lors de ma toute première lecture il y a quelques années, j’avais moins apprécié ce deuxième tome, je le trouvais moins chouette que le premier opus. Et bien ici, avec cette relecture, je n’ai pas ressenti ça, au contraire, j’ai beaucoup aimé le redécouvrir et j’ai hâte de continuer la suite même si j’en connais déjà les grandes lignes.

On retrouve Tom six mois après le début de son apprentissage aux côtés de M. Gregory, L’Épouvanteur du Comté. Tom est jeune, il n’a que treize ans, il est encore naïf mais il apprend de ses erreurs. C’est ce que j’aime chez lui, il évolue petit à petit pour devenir le meilleur des Épouvanteurs de la région ! J’ai été contente de retrouver Alice également, qui ne suit pas toujours le bon chemin même si c’est pour de bonnes raisons. Alice est un personnage complexe ni totalement bon, ni totalement mauvais non plus. Je l’apprécie beaucoup et elle forme un beau duo avec Tom.

Du côté de l’histoire, il ne s’agit plus de sorcières dans ce tome-ci mais d’un danger encore plus grand : le Fléau. Tom et son maître vont risquer leur vie pour affronter cet ancien ennemi… Je ne me souvenais plus que l’on apprenait déjà si tôt une partie du passé de l’Épouvanteur, et surtout l’introduction du personnage de Meg, que j’aime beaucoup ayant déjà lu la suite. On en apprend également plus sur la mère de Tom et ça me fait très plaisir aussi, elle aura un rôle encore plus important par la suite même si elle est déjà présente pour son fils dans les deux premiers tomes.

Bref, j’ai apprécié cette relecture de La Malédiction de l’Épouvanteur. Je l’ai même plus appréciée que lors de ma première lecture ! Tom est encore jeune mais il a de plus en plus confiance en lui et en son instinct au fil des pages, il évolue bien et c’est agréable à lire. J’ai hâte de relire la suite car je sais que c’est meilleur à chaque tome ! Une saga à découvrir si ce n’est pas encore fait !

5:5

lespetitesaddictionsdecranberries 14753494_1221854327871177_1174075810892700509_o
En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries et Dans la Bulle de Caladhiel


lamalédictiondelépouvanteurAuteur : Joseph Delaney
Date de sortie VF : 30 juin 2005
Éditeur : Bayard Jeunesse (14,90€)
Titre VO : Curse of the Bane
Nombre de tomes prévus : 13
Le tome suivant : Le Secret de l’Épouvanteur (01 janvier 2007)
Mes autres chroniques : Tome 1, Tome 6.5

L’Apprenti Épouvanteur (L’Épouvanteur #1)

lepouvanteur-t1

« L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable. »
Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…

La saga de L’Épouvanteur de Joseph Delaney est une saga que j’ai déjà lue jusqu’au septième tome. Un ami me les avait prêtés et je les ai lus avant de commencer le blog, il n’y a donc pas de chronique dessus et je trouvais ça assez dommage car j’aimerai vous faire découvrir cette saga que j’aime beaucoup ! Je compte donc tous les relire et les acheter moi-même.

Dès les premières pages, j’ai aimé retrouver l’ambiance si particulière qui m’avait plue. Tom est un personnage que j’apprécie beaucoup, il est jeune et devra faire preuve d’intelligence et de courage pour réussir son apprentissage auprès de L’Épouvanteur, M. Gregory. Alice est un personnage que j’aime beaucoup également même si on s’attachera à elle encore plus dans la suite car dans ce premier tome, on ne sait pas encore trop ce qu’il faut en penser…

Le métier d’Épouvanteur n’est pas de tout repos, dans ce premier tome, on apprend déjà beaucoup de choses sur les sorcières, les gobelins et les ombres. Ce qui me plait le plus dans cette histoire est le fait que les créatures maléfiques le sont réellement, ça change un peu des livres sur les vampires et autres que l’on a l’habitude de lire et ça fait du bien ! J’ai eu bien des frissons en relisant ce tome. La nuit que passe Tom dans la maison hantée, l’affreuse Mère Malkin, l’histoire de Billy, etc. J’ai adoré retrouver cette ambiance. J’ai savouré chaque page de cette relecture !

Bref, L’Apprenti Épouvanteur de Joseph Delaney est une relecture qui m’a fait le plus grand bien ! J’ai adoré retrouver les personnages que j’ai déjà eu l’occasion de suivre. L’ambiance du livre est toujours aussi stressante et c’est impossible de décrocher tellement c’est prenant. J’ai hâte de redécouvrir la suite car je sais que je ne vais pas être déçue !

5:5

14753494_1221854327871177_1174075810892700509_o

En lecture commune avec Dans la bulle de Caladhiel


9782747017107Auteur : Joseph Delaney
Date de sortie VF : 01 janvier 2004
Éditeur : Bayard Jeunesse (14,90€)
Titre VO : The Spook’s Apprentice
Nombre de tomes prévus : 13
Le tome suivant : La Malédiction de l’Épouvanteur (sortie VF : 30 juin 2005)
Mes autres chroniques : Tome 2Tome 6,5

La Couronne (La Sélection #5)

110765611_o

Vingt ans après la Sélection d’America Singer, et malgré l’abolition des castes, la famille royale d’Illeá doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l’heure est venue de lancer une nouvelle Sélection.
Sa mère à l’article de la mort, son père dévasté, il est temps pour la princesse Eadlyn de passer à la vitesse supérieure dans le processus de la Sélection. Encore novice aux jeux de l’amour et du pouvoir, détestée par une partie de l’opinion publique, elle doit pourtant choisir au plus vite son Élite de six prétendants. Devenir femme, épouse et reine en l’espace de quelques semaines, telle est la lourde tâche qui repose sur les épaules de la princesse. Mais le coeur peut se révéler un précieux allié, pour qui sait l’écouter…

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

En commençant ma lecture du dernier tome de La Sélection : La Couronne de Kiera Cass, je ne m’attendais pas à grand chose. Le style est toujours un peu le même et c’est agréable à lire, sans prise de tête. Même si je n’en attendais rien de spectaculaire, j’ai passé un très bon moment avec ce cinquième tome !

J’ai beaucoup aimé retrouver Eadlyn qui a fort mûri depuis le début de la propre sélection, elle s’ouvre aux autres et prends de plus en plus conscience de ses responsabilités. Un grand changement par rapport à la jeune fille capricieuse que l’on avait rencontrée au premier abord. Du côté des prétendants, un tri est rapidement fait pour arriver directement à l’Élite où il ne reste plus que 6 personnages masculins dans la course. Je les ai tous bien aimés, en ayant quand même mes préférés, mais je les ai trouvés peu présents dans ce dernier tome car le côté politique prend un peu plus de place, ce qui n’est pas pour me déplaire malgré tout.

Du côté des autres protagonistes, j’ai beaucoup aimé Josie sur la fin, elle se rend compte que la vie de princesse n’est pas aussi facile qu’elle l’avait imaginé. Lady Brice est un atout majeur et j’ai été assez agréablement surprise quand à son identité. America et Maxon n’ont rien perdu de leur amour et sont toujours présents pour épauler leur fille lorsqu’elle en a besoin. Par contre, un personnage qui est arrivé comme un cheveu dans la soupe, c’est celui de Marid ! J’ai trouvé qu’il ne servait pas à grand chose, il est juste là pour donner un petit coup de pouce pour déclencher la fin du livre, mais avec ou sans lui, ça aurait été pareil je trouve…

En général, j’ai bonne mémoire mais ici j’ai eu quelques difficultés à me rappeler qui était qui ou bien à me remémorer les événements dont on fait référence dans ce tome cinq. Un petit rappel pour ne pas perdre le lecteur n’aurait pas été de trop. Comme je l’ai dit plus haut, la politique et les responsabilités d’Eadlyn prennent beaucoup de place dans ce tome et j’ai beaucoup apprécié cet aspect là !

Pour ce qui est de l’histoire, on avance tranquillement durant une bonne partie du livre et à la fin tout s’accélère, comme si Kiera Cass s’était rendue compte qu’il ne lui restait plus qu’une vingtaine de pages pour clôturer l’histoire… Du coup, je suis restée un peu sur ma faim ! Je suis satisfaite du choix qu’Eadlyn a fait, je pense que j’aurai été déçue si la facilité avait été choisie, mais j’aurai aimé en apprendre plus sur ce qu’il se passe ensuite, comment le peuple a réagi ? Comment s’est déroulé le mariage ? etc. J’espère qu’il ne va pas y avoir un hors-série juste pour qu’on sache cela…

Bref, La Couronne de Kiera Cass est un dernier tome bien sympathique qui conclut la série La Sélection. J’ai apprécié ma lecture, je n’en attendais pas beaucoup et je n’ai pas été déçue. Le côté amoureux laisse la place au rôle de princesse d’Eadlyn, on se concentre plus sur l’aspect gestion du royaume et c’est très bien. Le choix que fait Eadlyn m’a convaincue mais j’aurai aimé en apprendre plus sur la fin, qui était trop rapide à mon goût !

4:5

banniere erelle FINI2

En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries


lacouronneAuteur : Kiera Cass
Date de sortie VF : 12 mai 2016
Éditeur : Collection R (16,90 €)
Titre VO : The Crown
Nombre de tomes prévus : 5
La série est terminée.
Mes autres chroniques : Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4, Hors-série 1


logofindeserie