Erika et les princes en détresse

Un monde d’heroic fantasy dominé par les femmes. Ce sont elles le sexe fort et qui détiennent tous les pouvoirs ! Erika, notre princesse, compte bien succéder à sa mère et prendre le pouvoir seule sauf que… Elle ne veut pas se marier ! Et donc, pour échapper à cette tradition on lui confia une mission : celle de sauver des princes en détresse ! Cette quête tombait à pic pour la reine qui va pouvoir s’en servir à son avantage…

Lorsque je suis tombée sur la campagne Ulule lancée par Yatuu pour Erika et les princes en détresse, j’ai dû hésiter cinq minutes pour la forme avant de craquer ! Ce n’est pas ma première contribution sur Ulule et quand un projet me plait, j’aime y participer. Un royaume où les femmes sont plus fortes que les hommes et détiennent le pouvoir, une princesse qui ne veut pas se marier et qui part au secours de princes en détresse pour prouver qu’elle peut se débrouiller seule. Intriguant non ?

Pour vous parler de l’objet livre en lui-même, j’ai été très satisfaite. La BD possède une jaquette toute douce avec des dorures que l’on peut retirer lors de la lecture pour ne pas l’abîmer. J’ai beaucoup aimé les dessins, un style un peu manga qui me plait beaucoup. C’est une belle pièce, un peu plus de 300 pages d’aventures.

Au niveau de l’histoire, je l’ai trouvée très original, c’est ce qui m’avait fortement intriguée. Dans le royaume de Brute, les rôles sont inversés et les clichés qui vont avec le sont aussi. Il y a beaucoup d’humour dans ce livre et chaque personnage a ce petit quelque chose qui le rend spécial, même les animaux ! Erika est pleine de fougue et de courage. Pita est adorable quand on ne critique pas ses petits plats. La Reine cache une part de tendresse, bien cachée mais je suis certaine qu’elle en a un peu. Ducéphale le fidèle destrier qui aime la propreté et le pigeon voyageur qui… non, je vous laisse découvrir ça !

Bref, je n’ai pas du tout regretté mon craquage pour Erika et les princes en détresse de Yatuu. J’ai beaucoup aimé et j’ai hâte d’avoir la suite et de découvrir les futurs princes qu’Erika devra sauver. Pas de doute, je serais au rendez-vous pour la suite ! Et vous, êtes-vous prêt cette première aventure sucrée ?


Autrice et dessinatrice : Yatuu . Date de sortie : Octobre 2018


Publicités

Mes Bandes Dessinées #17 : Sorceline – Blindsprings

À l’occasion du Pumpkin Autumn Challenge, j’ai lu deux bandes dessinées que j’avais déjà lues mais je n’en avais pas encore parlé ici sur le blog. C’était l’occasion où jamais pour vous les faire découvrir si vous ne connaissez pas encore !


Sorceline tome 1 : Un jour, je serai fantasticologue !
de Sylvia Douyé et Paola Antista

D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé les animaux… Mais pas les matous câlins ou les chiens fidèles. Non, moi, ce qui me passionne ce sont les dragons, les licornes, les monstres, les chimères… Bref, les animaux légendaires !

Ce premier tome de Sorceline est très chouette. Loin d’être un premier tome uniquement d’introduction, l’histoire nous réserve différentes intrigues : la mystérieuse maladie de petites fées appelées Fadettes et la transformation des élèves en statues de verre. Qui est le responsable et surtout quelles sont ses motivations ? À la fin de ce premier tome, j’ai quelques soupçons, j’espère me tromper en fait, je ne vois pas pourquoi le coupable ferait cela. Mystère et boule de gomme !

J’ai beaucoup aimé les personnages, ils ont tous un petit quelque chose de cliché dans leur rôle mais ce n’est pas dérangeant, du coup, c’est même assez cocasse dans certaines situations. J’ai également apprécié les petites touches d’humour.

Au niveau des dessins, avec cette belle couverture qui a tout de suite attiré mon regard, je n’avais aucun doute sur le fait que ça allait me plaire. Les dessins sont beaux et doux, les couleurs utilisées se marient très bien avec l’ambiance donnée à cette bande dessinée.

Je suis très impatiente de découvrir la suite, d’avoir le fin mot de cette histoire de statue de verre et d’avoir la possibilité de découvrir les autres animaux légendaires que Sorceline et ses amis vont croiser dans leurs aventures.


Blindsprings tome 1 de Kadi Fedoruk

La princesse Tamaura a survécu à la révolution en concluant un pacte faussaient avec les esprits, aux termes duquel elle a juré de vivre parmi eux pendant 300 ans. Elle est sur le point d’achever cette longue période d’isolement lorsqu’un jeune homme la libère de son serment contre son gré. Tamara quitte son sanctuaire de verdure et plonge dans un monde qu’elle quitté trois siècles plus tôt. Mais la magie qui coule dans les veines de Tamara est la même que celle qui a nourri la guerre… Ce nouveau monde survivra-t-il à son retour ?

Blindsprings de Kadi Fedoruk est une bande dessinée, ou plutôt un webcomic édité par Hiveworks Comics, qui m’a tout de suite tapé dans l’oeil. Sa jolie couverture et son résumé ont vite fait de me convaincre de l’acheter. C’est la deuxième fois que je la lis, la première fois, j’ai eu un peu de mal à comprendre l’histoire mais avec cette deuxième lecture, j’ai tout de suite vu plus clair. Il y a beaucoup d’éléments et de personnages dans cette BD, tout s’enchaine assez vite et il faut un peu de temps au lecteur pour remettre en place les différentes idées.

La princesse Tamaura débarque dans un monde qu’elle a quitté trois siècles plus tôt et il a bien changé. Deux clans semblent s’affronter : les Académiciens et les Orphiques. Les Académiciens règnent sur la ville et les Orphiques sont considérés comme des parias.

Dans ce premier tome de plus d’une centaine de pages, les questions sont nombreuses et les réponses sont loin d’être apportées. Que s’est-il passé entre l’époque qu’à connue Taumaura et celle d’aujourd’hui pour que les Orphiques, alors au pouvoir, se retrouvent ainsi traités ? D’où viennent ces différents esprits qui semblent vouloir aider les Orphiques ? Mais à quel prix ?

Je trouve les dessins vraiment très beaux, c’est un style qui me plait beaucoup. Je compte lire la suite sans aucun doute maintenant que j’ai l’histoire un peu mieux en tête. Une histoire mystérieuse de magie, de monde parallèle et d’esprits, tout ça nous promet une belle suite !


Ces deux bandes dessinées vous tentent ? Vous les avez lues ?


Mes Bandes Dessinées #16 : Brindille – Ayati

Coucou ! Je reviens avec un nouvel article BD. J’ai décidé de revenir au format précédent où je parlais de plusieurs bandes dessinées à la fois. Il faut avouer qu’en lisant un seul tome, on n’a bien souvent pas de quoi écrire un avis bien rempli. A un moment j’avais préféré lire plusieurs tomes, ou encore finir la série au complet pour vous en parler mais alors ça prenait plus de temps entre la sortie du premier tome et la fin. Du coup, je ferai encore un peu des deux : des articles sur la série complète et des articles sur les premiers tomes selon mes envies :)


Brindille tome 1 de Brrémaud et Bertolucci

Une jeune femme se réveille dans un village du petit peuple. Elle ne se souvient de rien, ni de son nom, ni de comment elle est arrivée ici. Alors qu’elle tente de retrouver la mémoire et découvre les habitants de ce monde, elle s’éveille peu à peu à des pouvoirs qu’elle ne contrôle pas. Est-elle une fée ? Une jeune fille ordinaire ? Une sorcière ? Les réponses à toutes ces questions se situent sans doute dans cette mystérieuse forêt qui entoure le village.

J’avoue que j’ai acheté cette BD pour sa magnifique couverture, c’est ce qui a accroché mon regard. Quand je l’ai reçue, j’ai remarqué qu’elle était plus épaisse que les autres BD mais finalement, elle se lit très vite ! Un premier tome bien mystérieux où l’on apprend pas grand chose sur Brindille, notre héroïne qui a perdu la mémoire.

Cette jeune fille est menacée par les Chasseurs d’ombres, on ne sait ni pourquoi, ni qui ils sont. Brindille passe ce premier tome à fuir ses ennemis aux côtés d’un loup (à crinière, ça ressemble à un gros renard sur de grandes pattes) qui dit être son protecteur, lui enjoignant de retrouver sa mémoire perdue afin de pouvoir se défendre contre les menaces qui pèsent sur elle.

J’ai beaucoup aimé les dessins et les couleurs, ça dégage une certaine douceur à l’intrigue malgré la course poursuite incessante.

Un premier tome qui m’a beaucoup intriguée même si très peu de réponses sont apportées, soulevant encore plus de questions. C’est une série en deux tomes et je suis très curieuse de découvrir le fin mot de l’histoire. Qui est Brindille ? Qui sont les chasseurs d’ombres et que lui veulent-ils ?


Ayati – La légende des cinq pétales tome 1 de Fernandez et Violeau

Dans une Inde ancienne et fantastique, Ayati, 14 ans, élevée par son oncle et sa tante, vit une enfance difficile. Un jour, elle sauve la doyenne de son village, assaillie par des pirates. C’est alors qu’elle découvre son don.

C’est aussi la couverture qui a attiré mon regard (je suis faible que voulez-vous), mais pour une bande dessinée c’est important non ? Surtout que le résumé ne laisse pas paraître grand chose du déroulement de l’histoire.

Les histoires sur le contrôle des éléments me plaisent toujours beaucoup mais là j’ai trouvé que les événements qui arrivent à Ayati s’enchainent de façon trop rapide et se résolvent assez facilement. Trop facilement d’ailleurs ce qui rend les choses un peu moins crédibles selon moi. Bien qu’il lui reste encore beaucoup à apprendre, en deux temps trois mouvements, Ayati maitrise ses pouvoirs et arrive à vaincre plusieurs ennemis redoutables. Easy quoi. J’aurais aimé que l’on prenne un peu plus notre temps.

Par contre, ce que j’ai apprécié, c’est le fait que cela se passe en Inde. J’ai rarement lu des histoires qui prenaient place dans ce pays. J’ai aimé voir un petit bout de cette culture que je connais peu mais je ne sais pas encore si je lirais la suite.


Vous connaissiez ? Ces deux bandes dessinées vous tentent ? 


Mes Bandes Dessinées #15 : Magic 7

Ils sont sept : le Spirit, l’Alchimiste, l’Enchanteur, le Télépathe, la Démoniste, le Devin et le Shaman. Sept adolescents dotés de dons surnaturels uniques qu’ils ont du mal à comprendre. Bientôt, ils réaliseront que leurs pouvoirs sont immenses et ensemble, ils pourront sauver le monde… ou le détruire.

Ce week-end, il y avait une brocante de bandes dessinées près de chez moi et j’en ai profité pour acheter les trois premiers tomes de Magic 7, une série qui me tentait depuis un moment. J’ai beaucoup apprécié ma lecture et j’ai fait la rencontre de sept adolescents, tous différents l’un de l’autre.

On suit principalement Léo, le Spirite qui voit des fantômes. J’ai une petite préférence pour Farah et Alice. Farah pour son maniement du feu, même si la contrepartie est terrible et Alice car elle est toute mignonne à savoir toujours tout sur tout. Les trois premiers tomes sont consacrés à la reconstitution du groupe des Magic 7 et maintenant que c’est fait, j’ai vraiment hâte de découvrir les tomes suivants.

Niveau dessins, ils ont un petit côté manga qui me plait beaucoup. Concernant le style de l’histoire, j’aime beaucoup même si à quelques moments j’ai été un peu perdue, soit parce que l’action allait un peu trop vite soit parce qu’il y a beaucoup de personnes à suivre dans une même case, par exemple lorsque Léo est entouré des fantômes qu’il arrive à voir. Mais à part ça, c’est très chouette.

Une dizaine de tomes est prévue et dans le quatrième tome (je ne sais pas si ce sera le cas pour les autres), d’autres dessinateurs interviendront pour prendre part à l’aventure, sous forme de flash-backs pour comprendre mieux l’histoire. L’idée me plait mais j’espère que ce ne sera pas trop déstabilisant. De plus, à partir du tome quatre, les dessinateurs changent. Ce ne sont plus Rosa La Barbera et Giuseppe Quattrocchi mais Kenny Ruiz qui s’occupera de la partie contemporaine. J’ai déjà vu quelques dessins et j’aime toujours, je préfère même ce nouveau style.

Bref, Magic 7 de Kid Toussaint est une bonne découverte. Sept protagonistes hauts en couleur, une histoire vieille de plusieurs siècles, des pouvoirs magiques et des dessins qui me plaisent, que demander de mieux ? Je ne tarderais pas à me procurer la suite je pense !

 

Mes Bandes Dessinées #14 : Alisik

– Je m’apelle Alisik.
– Je sais, c’est indiqué sur ta tombe.
– Est-ce que je suis une sorte de vampire ?
– Parce que nous dormons dans une cercueil et disparissons au lever du soleil ? Mon Dieu, non. AH ! AH ! AH ! Tu es drôle ma petite !
– Alors que sommes nous ?

Alisik est une bande dessinée créée par Vogt et Rufledt en quatre tomes : Automne, Hiver, Printemps et La Mort. J’ai acheté le premier tome il y a environ quatre ans et j’ai tout de suite été charmée par les dessins, par l’ambiance et par le mystère qui entoure les pensionnaires du vieux cimetière. Ca faisait un moment que j’avais envie de les relire pour vous en parler.

Cette histoire est celle d’Alisik, tout juste débarquée dans le cimetière, Alisik est morte. Selon Joe la Faux, Alisik et les cinq autres morts qu’elle rencontre sont en attente de savoir s’ils vont aller dans la lumière ou dans les ténèbres en fonction de leurs actions passées. Comme le dit si bien Mamie Orties : personne n’est sans reproche, et j’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur eux, découvrir leur histoire et comment ou pourquoi ils sont morts, le tout distillé au fil des tomes. Alisik retrouve peu à peu la mémoire et on ne comprend pas ce qu’elle a fait de mal pour se retrouver dans cette attente.

Et puis, il y a Ruben. Un jeune homme de l’âge d’Alisik, aveugle depuis peu suite à un accident, mais qui peut l’entendre. Les deux jeunes se lient d’amitié et finissent par tomber amoureux. Malheureusement cet amour est impossible et en plus Alisik semble liée à l’accident de Ruben…

En plus de tout cela, des travaux pour construire un nouveau centre commercial en lieu et place du vieux cimetière menacent les résidents morts. On a droit à des petits interludes qui semblent n’avoir aucun rapport avec le reste au premier regard mais on se rend ensuite compte que tout est lié ! J’ai beaucoup aimé ce point là de l’histoire.

Les dessins et la façon d’amener l’histoire me plaisent beaucoup. L’ambiance est sombre mais relevé d’une touche un peu gothique girly. L’histoire est complète après quatre tomes, c’est sympa ce format de série, les tomes se lisent facilement et c’est agréable de les parcourir.

Bref, Alisik est une chouette bande dessinée avec peu de tomes mais c’est suffisant pour en prendre plein la vue avec ces jolis dessins et cette ambiance particulière. On y découvre un récit bien ficelé et très chouette qui peut plaire à tout le monde. J’aime beaucoup et je recommande !