Beauté – l’intégrale

 

Lorsque Morue délivre sans le faire exprès une fée du sortilège qui la retenait prisonnière, elle ne se doute pas du cadeau empoisonné que va lui faire cette dernière. Très laide, Morue sera désormais perçue comme très belle, ce qui au village n’arrange pas vraiment ses affaires. D’objet de répulsion, elle devient objet d’adoration, au point de subir les assiduités de tous les mâles de la région et la haine renforcée de leurs moitiés. Sauvée de justesse par le jeune seigneur local, elle ne tarde pas à languir après une destinée plus brillante… Pas forcément très futée mais belle comme nulle autre femme au monde, elle va se trouver sans s’en rendre compte au coeur d’un imbroglio familial tout ce qu’il y a de royal.

Beauté est une histoire en trois tomes qui me tentait beaucoup depuis que je l’avais vue sur le blog Les petits mots de Saefiel. J’ai trouvé cette intégrale en édition bichrome et je n’ai pas résisté bien longtemps avant de me l’acheter ! L’objet livre est vraiment superbe avec des détails qui se révèlent sur la couverture lorsqu’on bouge la bande dessinée. Le prix n’est pas mal non plus mais quand je compare à la version colorée, je préfère nettement celle-ci qui donne un rendu plus mature.

Le personnage principal est Morue, la mocheté du village qui délivre d’un sortilège la fée Mab qui lui accorde un voeu. Morue devient Beauté, son apparence ne peut être changée mais c’est la perception qu’ont les autres d’elle qui la changera en la plus belle des femmes. Mais ce don n’est pas un cadeau. Les hommes se battent pour elle jusqu’à en devenir fous et les femmes la jalousent. Beauté n’est pas très maligne et ne se rend pas souvent compte de ses caprices et de leurs conséquences. Une guerre est déclenchée entre la partie du Nord et la partie du Sud, les deux rois voulant s’approprier Beauté et la garder rien que pour eux.

J’ai beaucoup aimé les différents aspects de cette bande dessinée. Le premier est bien entendu axé sur la beauté et le regard des autres. Être belle ne fait pas tout. Beauté s’assagit enfin dans la dernière partie. Aussi, j’ai trouvé le personnage de Claudine très intéressant. Claudine est la soeur du roi que Beauté épouse, elle n’est pas très jolie non plus mais ça lui va très bien. Elle sait qu’elle a d’autres qualités comme l’intelligence, la sagesse, et sait en faire bon usage.

Le deuxième aspect est l’histoire avec les fées, Mab la Sombre et Mara la Claire. Mab qui attisa guerres et passions dans le coeur des hommes, ce qui conduira ceux-ci à mépriser les fées et à leur tourner le dos. C’est pourquoi elle a été punie par les siens. Si les fées sont mortelles, comment peut-on encore les craindre comme des dieux ? J’ai trouvé la question très intéressante.

Bref, la bande dessinée Beauté  de Kerascoët et Hubert est une très chouette découverte et je ne regrette absolument pas cette édition en deux couleurs !

 

Mes Bandes Dessinées #5 : Ogres

Coucou ! Ca a mis du temps, mais voici un nouvel article spécial Bandes Dessinées ! Pour que ce genre d’article soit plus fréquent, j’ai décidé de ne présenter qu’une seule BD à la fois 🙂


Ogres tomes 1 à 3 d’Alwett, Iggy et Alizon

Les Ogres étaient autrefois les seigneurs du monde.Chacun gérait son troupeau humain et développait ses pouvoirs, aidé pour cela par la puissante magie du haricot. Mais à leur insu, une élite humaine de semi-morts, les Nécrates, vit le jour. Eux utilisaient la ronce, dérivé perverti du haricot. Ils renversèrent le pouvoir grâce à une armée de Goules ; humains vampirisés par la ronce. La race des Ogres fut exterminée. Un siècle plus tard, ils n’étaient plus qu’une légende… jusqu’à ce que l’un d’eux soit démasqué, lors d’une cérémonie Nécrate.

J’ai découvert Ogres grâce à un ami qui adore les bandes dessinées, il m’en prête souvent et c’est d’ailleurs grâce à lui que j’ai pu lire Elfes ! J’ai acheté le premier tome à un salon du livre de Paris où Alizon était en dédicace et j’ai beaucoup aimé ma découverte de l’histoire, et ma jolie dédicace. Le troisième tome entre mes mains, j’en ai donc profité pour relire la trilogie et vous en faire une petite chronique !

C’est une BD peu connue avec une histoire originale qui sort du lot et qui est plutôt bien ficelée. Dans chaque tome, on en apprend plus sur les Ogres qui ont été trahis par l’un des leurs, Magritte. On découvre également pourquoi Magritte a voulu détruire les siens, une histoire que j’ai trouvé très touchante, et l’origine des Nécrates.

Des personnages plein d’humour malgré le désir de vengeance de certains. J’ai tout de suite apprécié Hémacyte qui joue son rôle de grande soeur même si devrait laisser Carmillia se débrouiller un peu plus. J’aime énormément les dessins, c’est le genre de coups de crayon qui me plait beaucoup ! Avouez, la couverture du troisième tome est plus que superbe non ?

N’hésitez pas à découvrir cette histoire en trois tomes !

All the bright places

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

En général, dès que je finis un livre, j’écris mon avis à chaud pour être certaine de ne rien oublier puis je le relis avant de le publier pour y ajouter deux-trois choses. Mais pour All the Bright Places ça n’a pas été facile car c’est un livre très beau, qui fait remonter beaucoup d’émotions, qui remue, et il m’a fallu un peu de temps pour remettre en place toutes mes idées… Et même là, au début de cette chronique, je ne sais pas encore comment je vais trouver les bons mots pour en parler et sans spoiler bien entendu ! C’est parti !

Dans cette histoire, la narration est partagée entre deux personnages principaux, Finch et Violet. J’ai tout de suite énormément apprécié Finch, sa personnalité décalée, sa façon de voir les choses et son humour qui ne gâche rien ! Finch n’a pas une vie facile, ça n’est pas terrible du côté familial ni à l’école, il en bave beaucoup et veut en finir avec la vie.

Puis Violet apparait dans sa vie. Violet qui est dévastée par la mort de sa soeur, qui culpabilise d’être la survivante et qui s’empêche d’être elle-même. Consciemment ou non, Finch va aider Violet à s’en sortir, à reprendre goût à la vie. J’ai énormément apprécié leur duo qui devient de plus en plus naturel et fusionnel plus on avance dans la lecture. J’ai retenu mon souffle de nombreuses fois.

Le sujet de l’histoire est assez délicat et j’avais quelques appréhensions avant de commencer ce livre. J’ai même pensé à arrêter ma lecture à un certain point pour ne pas savoir si l’autrice allait aller jusqu’au bout de son idée ou non. J’ai continué malgré tout et peu importe la fin, j’ai compris où Jennifer Niven voulait en venir, la réflexion derrière tout ça, et c’est le plus important selon moi. Une belle histoire qui fait réfléchir.

Bref, All the Bright Places n’est pas un coup de coeur pour moi même si j’ai passé une très bonne lecture en compagnie de deux personnages hauts en couleurs ! J’ai adoré Finch et Violet. Leur relation qui devient de plus en plus importante et leur façon de voir les choses qui évolue aussi beaucoup, qui nous fait nous poser des questions sur le thème de la vie et de la mort. Une histoire émouvante.


Auteur : Jennifer Niven
Date de sortie VO : 08 janvier 2015
Éditeur : Penguin (388 pages – 7,99£)
Titre VF : Tous nos jours parfaits
C’est un tome unique.


Capture d’écran 2016-04-13 à 18.08.01

[Cinéma] La Belle et la Bête

Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.

J’ai été voir La Belle et la Bête au cinéma hier soir. Depuis que le premier trailer est sorti, j’ai très envie de découvrir ce film basé sur le dessin animé Disney que j’aime beaucoup. J’ai vraiment bien apprécié ce moment cinéma, j’ai passé un bon moment mais certains points me m’ont pas convaincue malgré tout.

J’aime beaucoup Emma Watson et je l’ai trouvée parfaite pour le rôle de Belle. Elle dégage ce petit quelque chose de spécial, de différent qui fait que Belle n’est pas tout à fait acceptée dans son village. J’ai été voir le film en anglais pour avoir la vraie voix des acteurs et non la version française qui est un peu modifiée à ce qu’on m’a dit. C’était vraiment très chouette et très beau ! Du côté des autres personnages, j’ai eu un petit soucis avec la Bête, je ne sais pas trop comment l’expliquer. Ce n’est pas au niveau du personnage, que j’ai bien aimé, mais plutôt au niveau du réalisme de la Bête en elle-même. Par contre, j’ai adoré Luke Evans en Gaston ! Il était parfait, macho à souhait, bien fidèle au personnage. J’ai beaucoup aimé Lumière et Big Ben qui apportent une bonne touche d’humour.

Le film est visuellement très beau, j’en ai pris plein les mirettes. Les chansons et musiques sont très chouettes. On retombe sans soucis dans l’ambiance du conte, mélancolique et romantique. J’ai adoré voir les scènes fidèles au dessin animé de cette façon. Pas de surprise, on connait l’histoire mais c’est très chouette à regarder.

Ce qui m’a moins plu ce sont les scènes rajoutées qui ne m’ont pas vraiment convaincues. Surtout celles qui parlent de la mère de Belle, je n’ai pas vraiment compris ce qu’elle apportait au film, ces passages m’ont justement parus de trop dans cette histoire… J’ai également été dérangée par le trop plein de chansons. En général ça ne me dérange pas trop mais pour ce film, je pense que j’aurais ressenti plus de choses à certains moments si ils s’étaient déroulés autrement qu’en chanson. Je pense notamment à la scène où Belle s’en va pour retrouver son père au village.

Bref, le film La Belle et la Bête est un très chouette film ! A part quelques passages rajoutés qui n’ont pas eu l’effet escompté sur moi, j’ai beaucoup aimé les scènes restées très fidèles au dessin animé. Le film est très beau et les acteurs ont été parfaitement bien choisis pour leur rôle. N’hésitez pas à aller le voir, la VO ajoute un petit plus avec les chansons.


Date de sortie :
 22 mars 2017
Réalisateur :
 Bill Condon
Genre : Fantastique, Romance, Musical
Casting : Emma Watson, Luke Evans, Dan Stevens, etc.

Caraval (Caraval #1)

Bienvenue à Caraval ! Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps ! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous vous plongiez dans notre univers, gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un jeu… Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà de ce portail est réel, mais ce n’est qu’illusions. Alors prenez garde à ne pas trop vous laisser emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques, mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l’on ne se réveille pas…

Caraval est un livre qui me tentait beaucoup depuis sa sortie, les avis étant très positifs, je ne l’ai pas laissé trainer trop longtemps dans ma bibliothèque. Même si pour moi ce n’est pas un coup de coeur, j’ai réellement passé un très bon moment lecture aux côtés de Scarlett, Julian et Tella ! En plus, j’avais très envie de me remettre à l’anglais alors c’était la bonne occasion.

Dans ce premier tome, on fait la connaissance de deux soeurs qui vivent sur une petite île, Scarlett et Donatella. Deux soeurs bien différentes tant physiquement qu’au niveau du caractère. Scarlett, qui est le protagoniste principal, est plus réservée et plus prudente, Tella est quant à elle plus extravertie et moins mature. Mais Caraval va les révéler tout autre ! Aussi, j’ai directement détesté leur père, quel monstre, ça m’a révoltée ! Par contre pour ce qui est de Julian, je l’ai tout de suite apprécié même s’il cache de nombreuses choses, c’est un personnage que j’ai beaucoup aimé.

En plus de ses personnages très vrais et approfondis, Caraval a une histoire excellente et inattendue ! Durant toute ma lecture, je ne savais plus où donner de la tête, je ne savais plus à qui je pouvais réellement faire confiance. Caraval est un monde, une ambiance à part. Il y a la magie et le rêve, l’intrigue principale donne un très bon rythme à la lecture. C’était très intense et j’ai douté de tout jusqu’à la toute fin. Justement, concernant cette fin, elle m’a rendue très curieuse et je ne louperais sous aucun prétexte la sortie du deuxième et dernier tome !

je l’ai lu en anglais et je l’ai trouvé très abordable et facile à lire. L’écriture de Stephanie Garber est fluide, agréable et très efficace. J’ai été tellement curieuse de découvrir le fin mot de cette histoire que je n’ai pas vu les pages défiler, moi qui pourtant lit plus lentement en anglais !

Bref, j’ai énormément apprécié le premier tome de Caraval de Stephanie Garber. Je comprends pourquoi il a eu autant de succès auprès des lecteurs. Les personnages comme Scarlett, Tella et Julian ont su conquérir mon coeur, je les ai adorés et ils m’ont énormément surprise. L’histoire est vraiment bien ficelée, on n’apprend que la vérité à la toute fin et honnêtement je ne m’attendais pas à cela. J’ai hâte de découvrir la suite et je ne peux que vous encourager à lire Caraval à votre tour !


Auteur : Stephanie Garber
Date de sortie VO : 31 janvier 2017
Éditeur : Flatiron Books (407 pages – 18,99$)
Titre VF : Caraval
Nombre de tomes prévus : 2


Capture d’écran 2016-04-13 à 18.08.01