Mes Bandes Dessinées #4

Coucou ! On se retrouve pour un nouvel article sur mes bandes dessinées. En général, je vous présentais 3 BD différentes mais ça faisait longtemps que j’avais déjà écrit pour Luuna et Elfes et je n’en trouvais pas d’autre où j’avais beaucoup de choses à dire. Du coup, je publie enfin mon article même s’il n’y a que deux BD présentées ! Retrouvez les dernières chroniques sur mes BD ici !

____________________________________________________________________________________________________

Luuna tomes 1 à 8 de Crisse et Keramidas

Luuna

Résumé du tome 1 : Le jour de son initiation, Luuna aurait dû avoir un totem comme tout Paumanok, mais ce soir là au pied du grand arbre sacré, Unkui lui jeta une funeste malédiction. Elle reçut deux totems, deux loups, l’un noir et l’autre blanc. Et une fois tous les vingt-huit jours, Luuna est en proie aux forces du mal et obéit au loup noir. Pour redevenir maîtresse d’elle-même, elle traverse la forêt à la recherche des hommes des tribus du sud qui pourront la libérer de cette emprise.

J’ai acheté cette bande dessinée tout à fait par hasard, on me l’a conseillée lors d’une vente aux BD à plus petits prix. J’ai craqué et j’ai rapidement acheté la suite. J’ai beaucoup aimé au début le principe de double totem, l’un blanc qui fait le bien et l’autre noir qui fait le mal les nuits de pleine lune.

Le premier cycle, qui s’étend du premier tome jusqu’au cinquième, m’a beaucoup plu ! La quête de Luuna pour mettre fin à sa malédiction est sympa à suivre, on y rencontre plein de personnages. J’adore les Pipintus, trois êtres de la forêt qui suivent Luuna partout. Wombat l’éternel râleur est mon préféré il m’a bien fait rire !

Une fois ce premier cycle terminé, un autre commence et là je me suis retrouvée un peu perdue et déconcertée par l’histoire. Dans les tomes précédents, on est dans la forêt avec Luuna, il n’y a pas de civilisation et pouf dans ce nouveau cycle, on se retrouve en Norvège dans le futur où Luuna a complètement succombé à sa part de noirceur… Et à partir de là, ça ne va plus, j’ai eu du mal à suivre ce cycle sans fin : Luuna se débarrasse de son côté obscur, puis elle replonge, puis elle s’en débarrasse, puis elle replonge, … Un peu de nouveautés dans l’histoire ne ferait pas de mal pour redonner un peu de peps aux aventures de Luuna. J’espère que ce sera le cas dans les prochains tomes !

3:5
(plutôt 3,5/5)
____________________________________________________________________________________________________

Elfes tomes 1 à 14 de plusieurs auteurs

Elfes

Résumé du tome 1 : Les Elfes bleus d’Ennlya, une petite ville portuaire du Nordrenn, ont tous été massacrés ! L’Elfe bleue Lanawyn et Turin, un homme réputé, enquêtent alors que toutes les pistes mènent vers un clan d’Yrlanais, ces Hommes du nord qui haïssent les Elfes. Dans la cité île Elsemur, Vaalan une jeune Elfe bleue passe l’épreuve de l’eau des sens. La mère prophétesse voit son avenir proche, un avenir lié au crystal sacré. « Celui qui contrôle le crystal, contrôle l’océan. » Cette annonce fait grand bruit et il se murmure que Vaalann pourrait être le messie que les Elfes bleus attendent depuis plusieurs générations… Entre enquête et initiation, cette histoire nous mène dans un monde de faux-semblants, de rêves et de désillusions !

Elfes est une bande dessinée que je trouve très originale, par son histoire et son concept. Il s’agit de cinq peuples elfiques : les elfes Bleus, les elfes Sylvains, les elfes Blancs, les semi-elfes et les elfes Noirs, chaque peuple dessiné par des dessinateurs différents pour former un univers très complet. On peut lire les tomes dans le désordre, par exemple lire le premier puis le sixième, qui sont tous les deux centrés sur les elfes Bleus mais je conseille de les lire dans l’ordre. Les cinq premiers tomes sont une introduction aux différents peuples et personnages, une fois arrivé au sixième tome (qui entame un second cycle), les histoires se rejoignent pour former un tout. Pour former une alliance contre une terrible menace, celle de Lah’ssa et de son armée de goules qui détruit tout sur son passage…

Même si les tomes sont dessinés par différents auteurs, j’ai été conquise par tout les style de traits, les dessins sont très beaux. L’histoire devient de plus en plus sombre et ça me plait beaucoup. J’aime beaucoup les personnages de Fall et de son dragon blanc, d’Ora elfe élevée par les orks et de l’elfe bleue Lanawyn. Même si on s’attache à certains personnages, il est impossible de savoir ce qu’il va leur arriver, les auteurs n’hésitent pas à les sacrifier ou à les faire souffrir, mais même avec ça, on reste accro à cette série !

5:5

____________________________________________________________________________________________________

Bloody Harry

bloody-harry

La prophétie raconte que cette BD est la plus drôle du monde des sorciers et que chaque page a été enchantée pour vous faire mourir de rire ! C’est un artefact bien trop dangereux… mieux vaut ne pas l’ouvrir !!

J’attendais cette bande dessinée avec beaucoup d’impatience, je l’ai trouvée aujourd’hui et je n’ai pas résisté à me la procurer. J’ai connu ces petites histoires parodiées de la saga Harry Potter via le blog À Poudlard qui me faisait déjà bien rire mais j’avoue que j’ai été un peu déçue par cette version papier.

Dans Bloody Harry, on retrouve quelques scènes connues de Harry Potter, telles que la répartition dans les différentes maisons par le Choixpeau magique, le filet du Diable, etc. Il y a plusieurs petites planches avec des détails auxquels on aurait pas du tout pensé, et c’est là que c’est très drôle !

C’est une parodie très sympa qui m’a bien fait rire. Seulement, je connaissais déjà la plupart des gags via le blog, j’aurai aimé un peu plus de dessins inédits… J’ai aussi été très surprise de voir qu’il n’était pas très épais pour le prix et j’ai trouvé ça un peu cher même si je sais que tout le travail derrière le vaut bien.

Bref, Bloody Harry est une BD parodique très sympa de la série Harry Potter que l’on connait bien. Si vous ne connaissez pas encore le blog d’où les gags sont tirés, vous ne pourrez que l’apprécier et avoir la joie de retomber dans un univers que vous aimez mais en plus cocasse. À ne pas mettre cependant entre de plus jeunes mains.

3:5(plutôt 3,5/5)

harry60 5ad4618211917600384dbb786eee9880 harry88


bloodyharryAuteur : Alexandre Arlène
Date de sortie VF : 05 octobre 2016
Éditeur : Jungle (15€)

J’aurais adoré être ethnologue / La théorie de la contorsion / La tectonique des plaques

71Lix83tilL la-theorie-de-la-contorsion la_tectonique_des_plaques_couverture

Ce livre décrit de façon humoristique les aventures parentales, professionnelles et ‘modesques’ de Margaux Motin : cette trentenaire doit menée de front sa vie de femme mariée à un fan de jeux vidéo qui ne comprend décidément rien à la mode, son rôle de jeune maman d’une petite fille adorable mais envahissante, et sa carrière d’illustratrice freelance décontractée mais désespérément solitaire. La chronique tendre et drôle d’une femme moderne.

Chose promise, chose due ! J’ai découvert Margaux Motin grâce à La tectonique des plaques. Je la connaissais de nom mais je n’avais jamais lu un de ces ouvrages et je ne savais pas qu’il s’agissait du troisième tome de la série (même si il peut être lu séparément), j’avais dit que j’attendais de lire les trois avant de vous dire mon ressenti, c’est maintenant chose faite !

Je vais d’abord vous parler des deux premiers, J’aurais adoré être ethnologue et La théorie de la contorsion, que j’ai beaucoup aimés, on découvre la vie de tous les jours de Margaux avec son mari et sa petite fille par des petits gags. J’aime beaucoup le trait de crayon de l’auteur, simple mais efficace, ainsi que son humour et sa façon tellement juste de dire les choses comme elles le sont. Je me suis facilement identifiée dans toutes ces pages, même si je n’ai pas encore d’enfant (j’ai des neveux et nièces, donc j’imagine déjà un peu !). J’ai bien apprécié ces deux premiers tomes !

Mais celui qui m’a le plus plu, c’est La tectonique des plaques ! Peut-être parce que je découvrais enfin le style de Margaux Motin grâce à celui-ci mais en tous cas, ça a été le coup de coeur ! J’ai adoré ce troisième tome, c’est mon préféré. Il m’a fait énormément rire et une fois terminé, je n’ai eu qu’une seule envie, le relire !

Je ne peux pas vraiment en dire plus sans prendre le risque de vous spoiler mais ce tome m’a vraiment donné une bouffée d’énergie, d’espoir, de bonheur. Avec ce troisième tome, on voit que dans la vie, tout ne se passe pas toujours comme on l’avait prévu, il y a des hauts et des bas, mais il faut avancer et on finira bien par s’en remettre et la vie sera à nouveau plus belle. Et c’est vraiment ce que j’ai ressenti ! Il m’a beaucoup touchée.

Bref, dans sa globalité, j’ai beaucoup aimé ces trois tomes, les deux premiers sont vraiment sympathiques à découvrir et très drôles, et le troisième est un coup de coeur pour moi, c’est aussi celui que j’ai trouvé le plus marrant ! J’aime beaucoup l’humour de Margaux Motin et j’espère qu’il y aura une suite à tout cela.

5:5


j'aurais adoré être ethnologue la-theorie-de-la-contorsion la_tectonique_des_plaques_couvertureAuteur : Margaux Motin
Date de sortie VF : 13 mai 2009 / 22 septembre 2010 / 08 mai 2013
Éditeur : Marabout

Mes Bandes Dessinées #3

Coucou ! Me revoilà avec un nouvel article sur mes bandes dessinées. Au programme cette fois-ci, Princesse Sara d’Alwett, Moretti et Boccato, Les Nombrils de Delaf et Dubuc et Ekhö de Arleston et Barbucci. Retrouvez les dernières chroniques sur mes BD ici !

____________________________________________________________________________________________________

Princesse Sara tomes 1 à 8 d’Alwett, Moretti et Boccato 

Princesse Sara

Résumé du tome 1 : Sara, qui a toujours vécu aux Indes, est envoyée dans un pensionnat à Londres pour parfaire son éducation. Elle devient rapidement la star du pensionnat, d’autant que son père lui envoie des lettres surprenantes où il raconte ses investissements dans des mines de diamants. La directrice tente de gâter et flatter son élève jusqu’au jour où deux avoués annoncent la mort du père de Sara.

J’ai acheté le premier tome de Princesse Sara il n’y a pas longtemps, j’ai tellement aimé que je n’ai pas résisté à commander toute la suite ! J’ai adoré cette histoire et surtout gros coup de coeur pour les dessins qui sont magnifique !!

Pour l’instant, deux cycles sont sortis, le premier raconte l’enfance de Sara et sa vie au pensionnat et le deuxième raconte son retour en Inde lorsqu’elle est devenue une jeune femme. J’ai aimé les deux cycles et je ne saurais pas vous dire lequel j’ai préféré. Lorsque Sara est enfant, elle reçoit énormément d’attention et de cadeaux surtout de la part de son père, beaucoup la considère comme une petite fille pourrie gâtée mais ils se trompent très fort. Lorsque Sara perdra sa fortune, elle restera la même, humble, généreuse et forte malgré tout ce que lui font subir Miss Minchin la directrice, cette peste de Lavinia et bien d’autres encore.

Quelques années plus tard, Sara a bien grandi et les choses se sont nettement améliorées pour elle. Elle se rend en Inde en masquant son identité pour récupérer les fabriques d’automates de son père. J’ai aimé retrouver Sara qui est restée fidèle à elle même mais qui n’est pas seule, on retrouve Becky, Ram Dass, James mais aussi Lavinia qui n’a pas vraiment changé mais on s’attache quand même à elle ! J’ai adoré cette bande dessinée, j’ai hâte de découvrir la suite et de retrouver ces dessins magnifiques.

coup-de-coeur-trop-beau

____________________________________________________________________________________________________

Les Nombrils tomes 1 à 7 de Delaf et Dubuc

Les nombrils

Résumé du tome 1 : Sympas, les copines… Jenny et Vicky sont aussi pestes qu’elles sont mignonnes, ce qui n’est pas peu dire. Et c’est toujours la malheureuse Karine, grande duduche de service, qui fait les frais de l’imagination débordante de ces deux chipies. Ce qui ne les empêche pas d’être inséparables ! Un univers résolument contemporain au ton cruellement drôle.

Les Nombrils est une BD que j’ai découvert il y a quelques années, au début les petits gags s’enchainent pour progressivement donner une histoire pleine de péripéties que l’on aime suivre. Cette BD est devenue au fil des tomes très touchante mais toujours traitée avec beaucoup d’humour !

Les personnages principaux sont trois filles : deux pestes, Jenny et Vicky, et une gentille Karine. Ici aussi on a une belle évolution, tout d’abord avec Karine qui se laisse trop souvent faire au début, ne voulant pas gâcher son amitié avec les autres. Elle finira par s’affirmer et ne plus se laisser marcher sur les pieds. Jenny et Vicky ne sont pas en reste non plus, elles commencent à devenir plus sympathiques avec Karine mais aussi avec les autres.

Le tout dernier tome a été un immense coup de coeur, l’histoire prend encore un tournant plus poignant. J’ai adoré, la fin m’a un peu brisé le coeur mais j’ai vraiment hâte de découvrir ce que nous réservent Delaf et Dubuc (qui font des apparitions dans leurs BD) car cela promet d’être explosif !

5:5

____________________________________________________________________________________________________

Ekhö tomes 1 à 4 de Arleston et Barbucci

Ekhö

Résumé du tome 1 : Quand Fourmille prend son avion pour New York, elle est loin de s’imaginer que son voyage va prendre un tour étrange. Au milieu du vol, elle est abordée par une étrange créature qui lui demande si elle accepte l’héritage d’une tante disparue depuis 20 ans. Et après qu’un éclair ait touché le 747, c’est à bord d’un dragon qu’elle atterrit à New York. Elle découvre alors un monde complètement décalé, où tout est semblable à la Terre, mais tellement différent. Ici, pas d’électricité, et c’est dans un Manhatan d’heroic fantasy qu’elle se trouve plongée. Au cœur de l’intrigue, une race étrange, les Preshauns, qui semble dominer cet univers parallèle, Ekhö.

Ekhö aussi a été une très bonne découverte ! On m’a offert le tome quatre mais je n’avais pas encore les trois premiers alors lors de la foire du livre à Bruxelles, je les ai acheté pour les lire tous d’un coup. Je ne connaissais pas vraiment l’histoire et le résumé ne nous permet pas de nous attendre à ce qu’il se passe à Ekhö, le monde miroir au notre mais bien différent.

Fourmille en acceptant l’héritage de sa tante se retrouve, ainsi que Yuri son voisin dans l’avion, à Ekhö et devient propriétaire d’une agence artistique où les affaires vont mal. Pour renflouer les comptes, Fourmille part à la recherche de clients avec Yuri et on découvre différentes villes : Paris, Hollywood, Barcelone et bientôt Rome pour le cinquième tome. J’adore la personnalité de Fourmille et dans chaque histoire, il y a eu un meurtre et elle prend la personnalité de la personne assassinée, bien malgré elle, pour résoudre le meurtre. Et pour que l’on voie bien la différence, Fourmille change de coupe de cheveux !

Ce principe me fait beaucoup rire et j’ai toujours passé un excellent moment à chaque tome, surtout au dernier sorti où Fourmille se comporte comme un chat ! En plus de cela, il y a un peu de mystère qui entoure les Preshauns, une sorte de petits écureuils qui ne loupent jamais l’heure du thé (et il ne faut surtout pas voir un Preshauns qui n’a pas pris sa dose de thé !!). On va en apprendre plus sur eux dans le tome cinq, j’ai hâte !

5:5

____________________________________________________________________________________________________

Voilà, j’espère que cet article vous a bien plu, en tous cas, j’ai adoré l’écrire ! Le prochain article est déjà en cours de rédaction ^^ N’hésitez pas à me faire découvrir vos dernières découvertes BD !

Morgane

Couv_276656

« – Morgane, incorrigible Morgane, pourquoi tant de colère, tant d’empressement ?
– Laisse moi tranquille et va-t’en. Laisse les m’emmener. Qu’on refroidisse l’enfer allumé dans mon coeur. »

Privée de son destin de reine, la demi-soeur du roi Arthur devient la sulfureuse fée Morgane et se dresse contre la tyrannie de la Table ronde et des manipulations de Merlin le fou. Écoeurée par le magicien qui joue avec sa vie depuis sa plus tendre enfance, Morgane laisse libre cours à sa colère et assouvit sa soif de pouvoir envers et contre tous : son ancien maître, les hommes, leur nouveau dieu unique et l’ordre établi.

Une chronique BD pour changer un peu, celle de Morgane de Kansara et Fert, qui nous emmène en Bretagne avec la légende revisitée du Roi Arthur et de ses chevaliers de la Table ronde.

Cette histoire n’est plus à présenter, on connait tous le récit d’excalibur extraite de son socle par le jeune Arthur, de la quête du Graal que recherchent si ardemment les chevaliers, du personnage Merlin l’enchanteur, etc. Mais… Et si les chevaliers n’étaient pas si nobles et que l’histoire que nous connaissons était fausse ? Ce récit est celui de Morgane…

J’ai beaucoup aimé le personnage de Morgane qui n’était au départ qu’une petite fille très maligne et aimée par son père. Mais le destin en a voulu autrement, elle se retrouve forcée d’être l’apprentie de Merlin. Merlin qui n’est pas le gentil magicien que l’on connait ! J’ai beaucoup aimé les petites touches d’humour avec les autres personnages, dont certains qui ne sont pas des plus malins.

Cette réécriture m’a bien plue, je l’ai trouvé très originale. Morgane est un one shot qui se lit facilement. Même si on s’éloigne un peu du style de dessin que j’ai l’habitude de lire, j’ai aussi beaucoup aimé les couleurs utilisées, les illustrations de chaque nouveau chapitre sont vraiment superbes.

Bref, Morgane est une réécriture originale de la légende d’Arthur et de ses chevaliers, certains événements importants tournés en ridicule pour alléger un peu l’ambiance sombre de cette histoire. Les illustrations sont très jolies, plus matures et plus adultes, attention à ne pas mettre dans tous les mains.

5:5

IMG_1571 IMG_1573 IMG_1575


morganeAuteurs : Simon Kansara et Stéphane Fert
Date de sortie VF : 06 avril 2016
Editeur : Delcourt (Collection Mirages)
Vous pouvez découvrir les premières pages ici.