Déracinée

Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu’il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d’un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d’échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c’est uniquement grâce aux pouvoirs du « Dragon ». Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l’accompagne dans sa tour pour le servir. L’heure de la sélection approche et tout le monde s’est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu…

Ah, ce livre ! Comment vais-je pouvoir vous en parler sans en dire de trop, tout en vous faisant comprendre que cette histoire est fascinante et de très grande qualité ? Il y a tellement de choses à dire, je vais faire de mon mieux en tout cas ! J’ai plus qu’adoré ma lecture, j’ai été emportée dans cette ambiance, dans cette Tour et dans ce Bois maléfique. Et c’était grisant. J’aimerais tout oublier pour pouvoir le relire encore et encore ♥

Dans ce tome unique, on rencontre de nombreux personnages mais qui ne sont pas bâclés. Naomi Novik nous présente des protagonistes approfondis, tellement vrais, tellement touchants – même ceux que l’on déteste – qu’ils sont terriblement intéressants. J’ai adoré le duo Agnieszka et le Dragon, qui pourtant ne s’est pas créé dans les meilleures conditions. Ils sont tellement différents l’un de l’autre mais ils finissent par trouver une certaine harmonie et j’attendais avec impatience de les retrouver à chaque page. Les autres personnages ne sont pas en reste. Il y a des personnages comme Kasia ou Marek que l’on pense juste croiser et qui finalement ont une très grande importance dans l’histoire.

Le livre ne s’arrête pas à ses personnages, oh non, l’histoire est bien plus construite et fantastique que ça ! Honnêtement, je ne m’attendais pas à lire quelque chose d’aussi intense. J’ai savouré ma lecture, j’ai pris le temps de la digérer, d’y penser. On y parle de sorcellerie mais on y parle surtout du Bois, cette entité maléfique et malfaisante qui est au coeur de cette histoire. J’ai été terrorisée mais je restais curieuse de découvrir l’origine de ce mal.

J’ai pris plaisir à tourner les pages pour découvrir cette histoire sombre et fantastique à la fois. L’écriture de l’autrice est fluide et agréable, je me suis facilement laissée emportée, le rythme devenant très soutenu à partir d’un moment. J’ai été complètement sous le charme de cet univers et j’ai trouvé très original le fait que le Bois ait une essence qui lui est propre et que toute l’histoire tourne autour.

On m’avait vendu ce livre comme étant une réécriture de La Belle et la Bête, mais c’est assez léger. Le Dragon qui enferme pendant dix ans une jeune fille dans sa tour, près d’un bois. Le rapport s’arrête là car l’histoire est bien plus développée que ça. Ceci dit, petit clin d’oeil à la tasse fêlée du conte (ou alors c’est juste moi qui ait vu un symbole où il n’y en avait pas).

Bref, Déracinée de Naomi Novik est un livre que vous devez lire si vous aimez les histoires de magie, de sorcières, de mythes aux allures de conte. Ce livre nous dévoile un univers captivant avec des personnages recherchés auxquels je me suis beaucoup attachée pour certains. Même une fois terminé, je n’arrête pas d’y penser, je voudrais déjà m’y replonger ! Ne passez pas à côté de cette pépite ♥


Auteur : Naomi Novik . Date de sortie : 11 janvier 2017 . Titre VO : Uprooted


Diapositive1


 

La Mémoire de Babel (La Passe-Miroir #3)

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Deux ans et sept mois que Thorn a disparu. Aujourd’hui, il faut agir, exploiter les indices glanés à la lecture du Livre de Farouk et les brides d’informations divulguées par Dieu. Ophélie décide de rejoindre l’arche de Babel, cosmopolite et joyau de modernité, également dépositaire des archives mémorielles du monde. Sous une fausse identité, elle intègre le Mémorial en tant qu’apprentie virtuose. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? Ophélie a-t-elle une chance de retrouver la trace de Thorn ?

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Le troisième tome de La Passe-Miroir est une suite que j’attendais avec énormément d’impatience, lorsque j’ai vu la couverture pour la première fois sur les réseaux sociaux, j’en ai presque oublié de respirer, tellement je voulais le lire. Mais lorsque j’ai reçu le livre, j’étais assez craintive de le commencer, très probablement à cause du fait que Thorn a disparu depuis presque trois ans, ce qui était énorme et ça me faisait assez peur. Mais je l’ai lu et comme pour les deux premiers tomes, malgré l’épaisseur du bouquin, je ne voulais pas le terminer, je voulais rester dans cet univers encore un petit peu ♥

Presque trois ans ont passé et on retrouve Ophélie qui a été obligée de retourner sur Anima, son arche d’origine. Ophélie est sous surveillance et dès qu’elle en a eu l’occasion, elle s’est enfuie sur l’arche de Babel où elle espère en apprendre plus sur Dieu et retrouver Thorn par la même occasion. Ophélie prend une fausse identité et devient Eulalie à qui on ne facilite pas la vie non plus. J’ai beaucoup aimé l’évolution d’Ophélie, elle devient de plus en plus forte et s’affranchit malgré tout ce qu’on lui fait subir ! Elle finit par retrouver Thorn là où elle l’attendait le moins. Ah ces deux-là ! Ils m’en ont fait voir de toutes les couleurs, mon petit coeur battant pour eux ! Thorn est un personnage auquel je me suis beaucoup attachée dans le second tome et ce n’est pas prêt de changer, je l’adore encore plus.

Pour ce qui est des autres personnages que l’on connait déjà comme Archibald, Tante Roseline, Berenilde, etc, ils sont assez absents et même s’ils m’ont manqué, de nouveaux personnages font leur entrée dans cette histoire et on ne s’ennuie pas non plus avec eux. J’ai détesté Mediana et ses cousins de tout mon être même si j’ai fini par avoir pitié d’elle. Octavio m’a énormément surprise dans le bon sens. Tous les personnages, les bons comme les mauvais, sont tellement bien approfondis que c’en est juste impressionnant !

Avec ce troisième tome, Christelle Dabos nous confirme encore son incroyable talent ! L’univers est maîtrisé à la perfection. C’est avec un immense bonheur que je me suis replongée dans cette histoire pas si simple et terriblement bien ficelée. J’ai été captivée par les révélations sur Dieu, sur l’Autre et sur Ophélie également. Je ne trouve pas les mots assez puissants pour exprimer ce que j’ai ressenti durant toute ma lecture et surtout à la fin de ce troisième tome. J’ai retenu mon souffle de nombreuses fois, le coeur battant la chamade, j’avais peur pour ces personnages que j’aime énormément et peur aussi à cause de ce qui nous est révélé.

Bref, La Mémoire de Babel est un troisième tome d’une excellente qualité ! J’ai adoré retrouver Ophélie et Thorn sur l’arche de Babel. Christelle Dabos a une imagination hors du commun et une maîtrise incroyable de son univers, qui est tellement riche et tellement passionnant. Si vous avez aimé les deux premiers tomes, celui-ci ne vous décevra pas, et si vous n’avez pas encore découvert La Passe-Miroir, n’hésitez plus, foncez !


Auteur : Christelle Dabos . Date de sortie : 01 juin 2017


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2


Je remercie les éditions Gallimard Jeunesse pour cette lecture !

gallimard-jeunesse_logo


La Cité de Verre (The Mortal Instruments #3)

the-mortal-instruments-t3

La lutte entre le bien et le mal se poursuit. Valentin rassemble son armée pour éradiquer la lignée des Chasseurs d’Ombres. Clary se rend dans la Cité de verre afin de sauver sa mère et découvrir son passé. Au cours de sa quête, elle rencontre Sébastien, un garçon énigmatique. Avec lui, elle comprend que le seul moyen d’arrêter la fureur de Valentin est de former une alliance entre Chasseurs d’Ombres et Créatures Obscures. Clary saura-t-elle maîtriser ses nouveaux pouvoirs à temps pour cet ultime affrontement ?

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

CE TOME ET CETTE SAGA SONT GÉNIAUX ♥ Et je vais quand même vous expliquer pourquoi il ne faut pas passer à côté de The Mortal Instruments si, comme moi, vous ne les avez pas encore lus. On n’en est qu’au troisième tome sur les six de la saga de base et je peux déjà affirmer que The Mortal Instruments de Cassandra Clare vient de se faire une place dans mes sagas chouchoutes ! J’ai tout adoré dans ce tome, les personnages, l’histoire et surtout les révélations tant attendues !

Du côté des personnages, Clary a enfin un rôle à sa hauteur, les autres, et surtout Jace et Simon, ont confiance en ses capacités et s’en remette à elle. J’ai hâte de la voir entamer son entrainement de Chasseuse d’Ombres ! Dans ce troisième tome, aucun personne n’est mis de côté, chacun est important. Magnus a été plus présent que dans les premiers opus et ça m’a ravie car j’aime beaucoup ce personnage et sa relation avec Alec est très touchante. J’adore tous ces personnages, même les nouveaux, même si j’ai eu un peu de mal avec Aline au début mais j’ai fini par l’apprécier aussi. J’ai trouvé leurs réactions et actions justifiées, moins incohérentes que dans le premier tome.

C’est surtout du côté de l’histoire que j’ai été complètement émerveillée et époustouflée ! Les trois premiers tomes forment une sorte de cycle, on arrive à une conclusion à la fin de ce tome trois. On a enfin toutes les révélations sur Valentin, Jace et Clary ! J’ai eu des frissons en lisant le chapitre où l’on apprend toute la vérité. Durant toute ma lecture, je n’ai pas cessé de cogiter sur tout ça, me faire mes propres théories, j’ai aimé avoir raison et me tromper également.

Je ne sais pas trop comment bien vous expliquer toute l’addiction que je ressens pour cette série que j’ai plus qu’adorée… J’ai dévoré (c’est le mot !) les tomes deux et trois en un peu moins d’une semaine, deux tomes bien épais que je n’ai même pas vu passer et ça, c’est assez rare pour moi en si peu de temps. Je pensais tout le temps à ce récit et j’ai adoré être plongée dans le monde des Chasseurs d’Ombres. Je ne regrette absolument pas d’avoir donné sa chance à cette saga que je ne comptais pas lire car il y avait trop de tomes à rattraper, ça ne m’arrêtera plus maintenant !

Bref, ce troisième tome de The Mortal Instruments, La Cité de Verre, de Cassandra Clare est un tome parfait ! Les personnages, auxquels je me suis beaucoup attachée, ont bien évolués depuis le premier tome et l’histoire n’a pas perdu en intensité, loin de là. Ce tome était extraordinaire, plein d’action, de révélations et de rebondissements ! The Mortal Instruments fait maintenant sans aucun doute partie de mes sages favorites ! Si je ne vous ai pas convaincu avec mon avis, lisez les livres, ils vous convaincront d’eux-même.


Auteur : Cassandra Clare . Date de sortie : 06 mai 2010 . Titre VO : City of Glass


Mes autres chroniques de cette saga
Tome 1 . Tome 2

Du même auteur
The Mortal Instruments – Les Origines


Au Pays de l’Ailleurs

au-pays-de-lailleurs

Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood, ce monde éclatant où les couleurs sont révélatrices d’un don magique. L’incolore jeune fille de douze ans n’a donc apparemment aucun intérêt, et les habitants de ce lieu en ont fait une paria. Aussi, lorsque Oliver lui propose de l’aider à chercher son père, la seule personne qui a toujours cru en elle, Alice accepte. Même si le garçon est son ancien ennemi de classe et que son talent consiste à tromper son monde. Même si, pour retrouver celui qui a disparu trois ans plus tôt, ils devront explorer le dangereux pays de l’Ailleurs… Un endroit où rien n’est ce que l’on croit, et où les pièges pullulent. Un endroit où ils trouveront peut-être plus que ce qu’ils sont venus y chercher.

J’ai commencé Au Pays de l’Ailleurs de Tahereh Mafi avec quelques appréhensions car il y a eu beaucoup d’avis assez négatifs. J’avais peur de ne pas accrocher à l’histoire mais finalement, j’ai adoré cette lecture et j’en suis bien contente ! C’est un petit coup de coeur.

On m’avait dit que Alice, l’héroïne principale, était particulièrement difficile à supporter, imbuvable et capricieuse. On m’avait dit aussi qu’il s’agissait d’une réécriture d’Alice au Pays des Merveilles. Et sachant tout cela, j’ai su à quoi m’attendre et j’ai vraiment passé un bon moment. Alice est tout aussi capricieuse que la Alice de Carroll que je n’avais pas aimée lors de ma première lecture mais que j’ai finalement comprise et appréciée par la suite.

Alice est une petite fille seule et incolore dans un monde où la couleur est source de magie, pas facile à vivre pour une fille de douze ans ! Je l’ai tout de suite aimée, son caractère est très bien passé avec moi, je l’ai comprise. J’ai aussi beaucoup aimé Oliver, le garçon qui demande à Alice de l’accompagner en Ailleurs afin de retrouver le Père de celle-ci. J’ai apprécié leur duo et leur évolution, ils ont appris à se faire confiance et à devenir amis.

Du côté de l’histoire, j’ai tout aimé ! J’ai adoré cette façon si « Carrollesque » qu’a l’auteur de nous conter son récit. Je me suis laissée emporter Au Pays de l’Ailleurs sans soucis. J’ai aimé cette façon si poétique et mélancolique de décrire ce pays si atypique et mystérieux, un pays où on n’est jamais en sécurité malgré les apparences.

Les chapitres sont très courts ce qui m’a fait dévorer le livre en peu de temps, je devais me freiner pour ne pas le terminer trop vite, j’avais envie de faire durer ma lecture. J’ai néanmoins trouvé la fin un peu trop rapide mais j’ai beaucoup aimé la jolie morale de l’histoire, s’aimer soi-même, on ne le fait pas assez.

Bref, Au Pays de l’Ailleurs de Tahereh Mafi est un petit coup de coeur inattendu ! Je m’attendais à ne pas apprécier au vu des avis qui sont en général similaires aux miens, mais j’ai beaucoup aimé. Je l’ai trouvé très beau et j’ai été conquise par l’écriture particulière de l’auteur qui me rappelle celle de Lewis Carroll, pour cette histoire en tous cas. Si vous ne l’avez pas encore lu, n’hésitez pas, je croise les doigts pour que votre lecture soit aussi chouette que la mienne !


Auteur : Tahereh Mafi . Date de sortie : 13 octobre 2016 . Titre VO : Futhermore


Je remercie les éditions Michel Lafon pour cette lecture !


Diapositive1


The Memory Book

the-memory-book

« On me dit que ma mémoire ne sera plus jamais la même, que je vais commencer à oublier des choses. Au début juste quelques-unes, mais ensuite beaucoup plus. Alors je t’écris, cher futur moi, pour que tu te souviennes! »
Sam a toujours eu un plan : sortir première du lycée et filer vivre à New York. Rien ne l’en empêchera – pas même une anomalie génétique rare qui, lentement, va commencer à lui voler ses souvenirs, puis sa santé. Désormais, ce qu’il lui faut, c’est un nouveau plan. C’est ainsi que naît son projet : ce sont les notes qu’elle s’envoie à elle-même dans le futur, la trace des heures, petites et grandes, qu’elle vit. C’est là qu’elle consignera chaque détail proche de la perfection de son premier rendez-vous avec son amour de toujours, Stuart. Le but ? Contre toute attente, contre vents et marées : ne rien oublier.

J’aime de plus en plus ce genre de roman, plus réel, plus adulte et plus touchant car c’est souvent une sorte d’ode à la vie, aux rêves et à l’espoir, peu importe le dénouement final. C’est le genre de roman qui nous fait nous poser des questions et nous fait prendre conscience que ce que l’on a est précieux. The Memory Book est une vraie claque !

J’ai été énormément touchée par l’histoire de Sam/Sammie et par son évolution personnelle. Sammie est atteinte d’une maladie qui va lui faire perdre la mémoire petit à petit. Lui faire perdre la mémoire à elle qui est une brillante étudiante, première de la classe, qui passe son temps à étudier pour voir son rêve de devenir une grande avocate se réaliser malgré la maladie. Sammie ne va pas se laisser faire et elle va rédiger une sorte de journal pour expliquer la situation à la future Sam accomplie qu’elle veut devenir.

Par la plume de Sammie, on découvre son entourage et son histoire. Le style d’écriture est un peu particulier mais on s’y habitude très vite et ça donne un petit coté addictif au récit. J’ai aimé tous les personnages secondaires ! Maddie la meilleure amie déjantée et stylée de Sam, Cooper l’ami d’enfance retrouvé, Stuart le garçon pour qui Sammie craque depuis deux ans, ses parents et ses frères et soeurs. Je les ai tous appréciés, j’ai compris chacune de leurs réactions, quelles soient bonnes ou mauvaises, je ne les ai pas trouvées exagérées ou injustifiées. Tout avait du sens et c’était beau d’en prendre conscience !

Ce que j’ai préféré dans cette histoire, c’est l’évolution de Sam. Au début, elle vise très loin, réussir ses examens et terminer première de sa promo, aller vivre à New-York et faire des études d’avocat. Puis elle se rend compte petit à petit que ce qui l’entoure, ses amis, sa famille, sa ville, n’est pas si mal que ça non plus. Elle apprécie les choses simples de la vie, ces choses si simples mais qui ont toutes leur importance une fois que l’on ouvre les yeux et que l’on sait où regarder. Certaines phrases sont tellement pleines de sens et criantes de vérité que ça fait un bien fou de lire ce livre !

Bref, The Memory Book de Lara Avery est une petite pépite qu’il faut absolument lire ! Il est des romans tellement poignants, tellement bouleversants et vrais qu’il ne faut pas passer à côté, celui-ci en fait partie. J’ai adoré le message que dégage ce livre, j’ai été très émue. L’histoire de Sammie a été comme une bouffée d’air frais malgré sa maladie. J’ai aimé tous les personnages sans exception. Lisez-le si ce n’est pas déjà fait !


Auteur : Lara Avery . Date de sortie : 12 mai 2016 . Titre VO : The Memory Book