The Hazel Wood

« Ne t’approche sous aucun prétexte d’Hazel Wood. » Ces quelques mots laissés par la mère d’Alice juste avant son enlèvement scellent à tout jamais le destin de la jeune fille.
Hazel Wood, la résidence légendaire d’Althea Proserpine, autrice des célèbres « Contes de l’Hinterland ». Hazel Wood, où sa petite-fille, Alice, va devoir s’aventurer. Hazel Wood, dont personne ne revient jamais. Et si Hazel Wood était bien plus qu’un simple manoir ?
Il était une fois… Hazel Wood.

The Hazel Wood est un livre qui m’intriguait beaucoup, les contes, moi j’adore ! Je pensais que c’était une réécriture d’Alice au pays des merveilles mais ce n’est pas exactement ça. Des contes il y en a, mais ce sont ceux d’Althea Prosperine, des contes très sombres, effrayants et un peu glauques sur les bords… J’ai globalement apprécié ma lecture mais j’y ai quand même trouvé quelques défauts.

Pour moi, il y a deux parties à cette histoire. Dans la première, on fait la connaissance d’Alice qui part à la recherche de sa mère disparue aux côtés de Finch, son ami passionné par les histoires de l’Hinterland. Cette première partie prend le plus de place et c’est aussi la plus lente. On n’apprend pas grand chose, Alice et Finch savent qu’il faut atteindre Hazel Wood et l’Hinterland pour retrouver la mère d’Alice mais c’est à peu près tout. Cette partie ne m’a pas vraiment ennuyée mais elle ne m’a pas tenu en haleine non plus. Je suivais passivement le déroulement des événements. Je ne me suis pas spécialement attachée à Alice ou à Finch non plus.

Par contre, dans la deuxième partie, une fois que l’on entre en Hinterland, je n’ai plus su décrocher ! Et ça c’est plutôt positif. Je me suis mieux attachée aux personnages, les réponses sont apportées et j’ai trouvé ça terriblement original. J’ai vraiment adoré cette partie onirique, c’est souvent quelque chose qui me plait et là je n’ai pas été déçue. Dommage que cette partie ne représente qu’un tiers du bouquin, j’en aurais bien repris un peu.

Dernier petit bémol, les contes m’ont manquée. Althea Prosperine, la grand-mère d’Alice en a écrit douze en tout et on en approche que deux ou trois à peine et pas en entier en plus. J’aurais aimé connaitre les contes pour accrocher mieux à l’histoire et reconnaitre les personnages qui interviennent. Un recueil de ces contes va être publié mais c’est un peu tard (je le lirai quand même hein), j’aurais aimé les découvrir en même temps que l’aventure d’Alice.

Bref, avec The Hazel Wood de Melissa Albert ce fut un peu complexe. Je me suis laissée porter à distance par la première partie qui est plus longue, m’attachant que partiellement aux personnages et à l’histoire. Puis, une fois dans l’Hinterland et à Hazel Wood, j’ai été complètement sous le charme. Un peu comme si j’avais enfin ouvert les yeux et que tout était à la fois plus coloré et plus vif. J’ai finalement passé un bon moment lecture même si l’autrice aurait pu aller plus loin en nous offrant les contes de l’Hinterland directement dans son récit. J’en garde malgré tout un très bon souvenir.


Autrice : Melissa Albert . Date de sortie : 30 janvier 2018 . Titre VF : Hazel Wood


Publicités

La Collision des Mondes (Le Pays des Contes #6)

Alex a disparu ! Pire, le sortilège de la sorcière Morina l’a transformée en enchanteresse maléfique. Cela ne pouvait tomber plus mal, car la brèche entre le Pays des contes et notre monde est désormais ouverte : héros comme vilains peuvent passer de l’un à l’autre selon leur bon vouloir. Alors que New York découvre avec stupeur l’existence de la magie, Conner, aidé de Rouge, Boucle d’or, Jack et de son armée littéraire, doit à tout prix libérer sa sœur. Car seuls les jumeaux peuvent affronter la plus grande menace qui ait jamais existé. Une menace qui plane de toute sa noirceur sur l’ensemble les mondes…

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Ca fait toujours un petit quelque chose de terminer une saga où on s’est attaché tant à l’histoire qu’aux personnages. Cela fait un peu plus de quatre ans que j’ai fait la connaissance d’Alex et Conner et c’est avec émotion que j’ai refermé la dernière page du Pays des Contes.

J’avais plutôt envie de faire durer un peu le plaisir mais finalement, le livre a été lu en une journée. Dès le prologue, que j’ai trouvé fort original, on est intrigué et on veut savoir ce qu’il se passe. Les événements s’enchainent, on a plusieurs points de vue qui nous apportent des réponses ou bien encore plus de mystères. Cela nous fait tourner les pages pour savoir comment toute cette agitation va se résoudre. Les sorcières et l’Armée de la Littérature débarquent dans notre monde avec Alex de leur côté. Il n’y a que Conner et ses amis pour sauver le monde et sa soeur jumelle par la même occasion.

Les personnages n’ont pas changé, ils sont toujours fidèle à eux-mêmes. Jack et Boucle d’Or sont des parents intrépides et emmènent leur bébé dans leurs aventures, Rouge est toujours aussi égocentrique mais cela rajoute une bonne touche d’humour, Bree est une jeune fille espiègle et pleine de ressources et Conner ne manque pas d’imagination et de courage. Comme Alex doit être sauvée, elle n’est pas très présente une bonne partie du livre et elle m’a manqué.

Dans ce dernier tome, toutes les réponses sont apportées, les résolutions se font et Chris Colfer nous garde encore quelques surprises et quelques jolis messages de tolérance et d’acceptation. Comme d’habitude, j’ai été emportée par la plume de l’auteur, par son style et son humour. J’ai beaucoup aimé la fin que j’ai trouvé parfaitement équilibrée. Il n’en fallait pas plus, il n’en fallait pas moins.

Bref, La Collision des Mondes, le tome qui conclut la saga Le Pays des Contes de Chris Colfer, est un tome plein d’émotions car il faut dire au revoir à l’univers et aux personnages que l’on a côtoyés depuis quelques années déjà. Ils vont me manquer. Au fil des tomes, j’ai aimé suivre les aventures d’Alex et Conner et leurs amis dans le Pays des contes, dans les histoires de Conner, dans différents mondes de la littérature et dans notre monde. Une saga que je chéris beaucoup ♥


Auteur : Chris Colfer . Date de sortie : 24 mai 2018 . Titre VO : Worlds Collide


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3 . Tome 4 . Tome 5


Déracinée

Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu’il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d’un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d’échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c’est uniquement grâce aux pouvoirs du « Dragon ». Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l’accompagne dans sa tour pour le servir. L’heure de la sélection approche et tout le monde s’est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu…

Ah, ce livre ! Comment vais-je pouvoir vous en parler sans en dire de trop, tout en vous faisant comprendre que cette histoire est fascinante et de très grande qualité ? Il y a tellement de choses à dire, je vais faire de mon mieux en tout cas ! J’ai plus qu’adoré ma lecture, j’ai été emportée dans cette ambiance, dans cette Tour et dans ce Bois maléfique. Et c’était grisant. J’aimerais tout oublier pour pouvoir le relire encore et encore ♥

Dans ce tome unique, on rencontre de nombreux personnages mais qui ne sont pas bâclés. Naomi Novik nous présente des protagonistes approfondis, tellement vrais, tellement touchants – même ceux que l’on déteste – qu’ils sont terriblement intéressants. J’ai adoré le duo Agnieszka et le Dragon, qui pourtant ne s’est pas créé dans les meilleures conditions. Ils sont tellement différents l’un de l’autre mais ils finissent par trouver une certaine harmonie et j’attendais avec impatience de les retrouver à chaque page. Les autres personnages ne sont pas en reste. Il y a des personnages comme Kasia ou Marek que l’on pense juste croiser et qui finalement ont une très grande importance dans l’histoire.

Le livre ne s’arrête pas à ses personnages, oh non, l’histoire est bien plus construite et fantastique que ça ! Honnêtement, je ne m’attendais pas à lire quelque chose d’aussi intense. J’ai savouré ma lecture, j’ai pris le temps de la digérer, d’y penser. On y parle de sorcellerie mais on y parle surtout du Bois, cette entité maléfique et malfaisante qui est au coeur de cette histoire. J’ai été terrorisée mais je restais curieuse de découvrir l’origine de ce mal.

J’ai pris plaisir à tourner les pages pour découvrir cette histoire sombre et fantastique à la fois. L’écriture de l’autrice est fluide et agréable, je me suis facilement laissée emportée, le rythme devenant très soutenu à partir d’un moment. J’ai été complètement sous le charme de cet univers et j’ai trouvé très original le fait que le Bois ait une essence qui lui est propre et que toute l’histoire tourne autour.

On m’avait vendu ce livre comme étant une réécriture de La Belle et la Bête, mais c’est assez léger. Le Dragon qui enferme pendant dix ans une jeune fille dans sa tour, près d’un bois. Le rapport s’arrête là car l’histoire est bien plus développée que ça. Ceci dit, petit clin d’oeil à la tasse fêlée du conte (ou alors c’est juste moi qui ait vu un symbole où il n’y en avait pas).

Bref, Déracinée de Naomi Novik est un livre que vous devez lire si vous aimez les histoires de magie, de sorcières, de mythes aux allures de conte. Ce livre nous dévoile un univers captivant avec des personnages recherchés auxquels je me suis beaucoup attachée pour certains. Même une fois terminé, je n’arrête pas d’y penser, je voudrais déjà m’y replonger ! Ne passez pas à côté de cette pépite ♥


Autrice : Naomi Novik . Date de sortie : 11 janvier 2017 . Titre VO : Uprooted


 

L’Odyssée Imaginaire (Le Pays des Contes #5)

L’Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n’ont plus qu’une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination. Tous deux se lancent alors à travers les histoires inventées par Conner en quête d’une armée de pirates, de cyborgs, de superhéros ou encore de momies, pour arrêter l’Homme masqué. Et même si l’adolescent est leur auteur, rien ne dit que ses personnages ne se rebifferont pas contre lui ! Mais un complot plus terrible encore se trame dans l’ombre. Un complot qui pourrait bien noircir la magie de tous les mondes à jamais…

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Le Pays des Contes de Chris Colfer est une saga que j’apprécie énormément ! J’attends toujours la sortie de chaque tome avec impatience et c’est avec une joie non contenue que je me suis jetée sur ce cinquième tome lorsque je l’ai reçu. Je l’ai adoré et j’ai énormément apprécié me plonger dans les différentes histoires de Conner.

Ce tome cinq se concentre sur le recrutement des personnages inventés par Conner dans quatre histoires écrites par ce dernier, dans le but de construire une armée afin de vaincre l’armée de la Littérature qui a conquis le monde des contes de fées dans le tome précédent. On suit donc Alex et Conner dans de nouvelles aventures. Le lien entre les jumeaux se renforce encore plus. Au fil de ses histoires, Conner en apprend également plus sur lui-même. J’ai beaucoup aimé retrouver les personnages que l’on connait bien mais surtout en rencontrer de nouveaux ! On retrouve Rouge, Boucle d’Or qui est enceinte, Jack mais également Bree et Emmerich. J’ai aimé l’implication de Charlotte, la mère d’Alex et Conner.

Les histoires de Conner sont passionnantes et j’ai été complètement transportée, impossible de m’arrêter de lire. Il y a beaucoup d’humour, j’ai bien ri avec le poulet curé ! Il y a aussi un petit animal qui risque de vous faire craquer encore plus qu’un niffleur (si si je vous assure) ! En plus de ces nouvelles rencontres et ces nouveaux lieux, on suit différentes intrigues qui nous permettent d’avoir toutes les informations. L’Homme Masqué a un nouveau plan maléfique mais il n’est pas le seul, un autre complot plus affreux encore se met en place. Ce qui nous offre une fin en cliffhanger à laquelle je m’attendais beaucoup mais je ne suis pas inquiète pour autant, les jumeaux et leurs amis arriveront à surmonter les prochaines épreuves, j’en suis persuadée !

Concernant le style d’écriture de Chris Colfer, c’est toujours aussi addictif et drôle, j’aime beaucoup. Il ne faut pas oublier que c’est de la jeunesse et je l’ai assez fort ressenti lors du prologue. Le temps de me remettre dans le bain et ce n’était plus qu’un détail qui n’a en rien gâché ma lecture. Puis, du côté plus superficiel de la chose, je trouve la couverture française vraiment sublime ! C’est du très beau boulot et je la préfère à la version originale.

Bref, avec L’Odyssée Imaginaire, le cinquième tome du Pays des Contes, Chris Colfer nous offre de nouvelles histoires, celles de Conner que j’ai adorées découvrir ! Le lien entre les jumeaux devient de plus en plus fort, ils en apprennent beaucoup sur eux, surtout Conner car ses histoires sont une partie de lui. J’ai tout adoré dans ce tome et je conseille la saga à tout le monde si vous ne l’avez pas encore commencée !


Auteur : Chris Colfer . Date de sortie : 08 juin 2017 . Titre VO : An Author’s Odyssey


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3 . Tome 4 . Tome 6


En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries


Ferenusia (Les Outrepasseurs #4)

« Qui étaient ces êtres, si semblables et pourtant si différents des hommes ? On ne pouvait pas nier leur peau grise, qui se détachait délicatement de la structure de fer à laquelle ils s’accrochaient avec toute l’aisance d’alpinistes chevronnés. Soudain, la caméra bascula sur le buste de la statue de la Liberté. En lettre majuscules, vert sombre, s’étalait le mot : FERENUSIA. »
Privé de la magie presque disparue, l’empire des Outrepasseurs se disloque de toutes parts. Seul survivants dans cette débâcle, les Ferreux, des fés réduits à l’esclavage, s’échappent de leurs prisons. Soutenus par Ferenusia, un réseau clandestin, ils n’ont qu’un seul objectif : obtenir les mêmes droits que les humains, dans un monde qui ignore tout de leur existence. Mais leurs anciens maîtres sont prêts à tout pour protéger leurs secrets, quitte à éliminer le moindre témoin de leurs forfaits passés…

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Depuis que j’ai appris qu’il y avait une suite à la trilogie des Outrepasseurs qui est l’une de mes sagas chouchoutes, j’ai attendu Ferenusia avec grande impatience, bravant les nombreux teasings de Cindy Van Wilder ! Ce quatrième tome se trouvait en avant-première à la Foire du livre de Bruxelles et j’ai directement été m’acheter un exemplaire que j’ai dévoré en peu de temps. J’ai énormément aimé cette toute dernière plongée dans l’univers des Outrepasseurs !

J’avais imaginé ce tome autrement et surtout à une autre époque, par exemple cinquante ans après et on aurait retrouvé Peter et compagnie plus âgés, mais Ferenusia prend place peu après la fin du troisième tome. Je me demandais surtout si j’allais retrouver les personnages que j’ai appris à aimer et qui m’ont manqués lorsque j’ai tourné la dernière page de l’opus précédent. Pour garder la surprise intacte, je n’ai pas envie de vous dévoiler qui j’ai pu retrouver, je préfère que vous le découvriez par vous même !

Concernant les nouveaux personnages, j’ai beaucoup aimé S. dont je n’avais pas du tout découvert l’identité, c’est un personnage assez atypique et ça fait du bien ! J’ai également apprécié les Ferreux, leur histoire et leur origine qui nous est dévoilée sous forme de nouvelle à la fin du livre, un petit clin d’oeil que la fan de contes et de réécritures que je suis n’a pu qu’apprécier.

Concernant le récit, la plume de Cindy Van Wilder est toujours aussi agréable et les chapitres alternent deux intrigues distinctes. La première suit les Ferreux et d’autres personnages dans la libération de ce peuple opprimé, l’histoire de Ferenusia et du réseau qui l’entoure. La deuxième quant à elle nous replonge dans la suite des trois premiers tomes et, même si ce n’est pas la direction à laquelle je me serais attendue lors de ma lecture du premier tome, dans ce tome quatre, je n’en voyais pas d’autre. C’était logique, inné et attendu !

Bref, le quatrième tome des Outrepasseurs, Ferenusia, de Cindy Van Wilder m’a énormément plu ! J’ai tourné les pages, avide d’en apprendre plus et de retrouver certains personnages et d’en découvrir de nouveaux. Deux fils conducteurs, chacun tout aussi intéressant que l’autre même si j’ai ma petite préférence. Les Outrepasseurs ont eu leur fin, c’était au tour des Ferreux d’avoir la leur. Une très belle conclusion !


Autrice : Cindy Van Wilder . Date de sortie : 04 mai 2017


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3

De la même autrice
Memorex . La lune est à nous