La lune est à nous

« Montrons-leur. Montrons-leur même si ce sera toujours plus difficile pour nous. Nous, les grandes tailles, les hors-normes, les tronches qui se dissimulent au dernier rand de la photo de classe. Nous, les abonnés des coulisses, les absents des happy ends. Montrons-leur qu’ensemble nous seront capables de tout. Même de décrocher la lune ! »

Un nouveau livre écrit par Cindy Van Wilder ! Il ne m’en fallait pas plus pour me donner très envie de le découvrir. Aussitôt reçu, aussitôt lu. Je ne pouvais pas attendre plus longtemps avant de retrouver cette plume qui me plait tant. La lune est à nous est un livre qui m’a terriblement touchée, remuée. Pas de doute, ce livre s’est faufilé droit jusqu’à mon coeur.

L’histoire de Max et Olivia m’a bouleversée ! Je suis passée par tout un tas d’émotions allant de la colère, à la révolte, à la peine, et pour finir à la joie de les voir s’affirmer, se relever, de dire « fuck les trolls ». Car après avoir touché le fond, on ne peut que remonter pas vrai ?

Olivia est un personnage que j’admire. Dès le début, elle est forte et sûre d’elle. Mais elle se laisse atteindre par les gens toxiques et leurs paroles. Néanmoins, elle n’a pas dit son dernier mot et remonte la pente avec panache ! Difficile de ne pas s’attacher, de ne pas s’identifier à Max et à Olivia. Même si ce n’est pas dans le même contexte, j’ai déjà subit un jour le jugement d’autrui et oui, je l’ai laissé m’atteindre. Ces deux personnages sont devenus des exemples pour moi. J’en reviens à regretter que le compte Instagram Curvy Grace n’existe pas, je l’aurais suivi avec grand plaisir !

Cindy Van Wilder exprime avec justesse toutes ces injustices du quotidien. J’ai été très en colère, j’avais envie d’entrer dans le récit pour m’interposer, pour protéger ces personnages auxquels je me suis attachée. Très en colère et révoltée parce que je sais que cela se passe réellement et que personne ne devrait subir ça.

J’aimerais que l’on fasse lire ce livre à tous les adolescents. Pour qu’ils se rendent compte que les mots ont du pouvoir, qu’ils peuvent blesser et détruire. Pour que d’autres prennent conscience aussi qu’il est possible de s’en sortir, que ce n’est pas une honte et surtout qu’ils ne sont pas seuls. L’autrice met également le doigt sur l’influence des réseaux sociaux, leurs bons comme leurs mauvais côtés. Et on sait tous que ça peut très vite s’emballer. J’aimerais tellement en dire d’avantage, mais ce serait vous gâcher le plaisir de découvrir ce roman.

Bref, La lune est à nous de Cindy Van Wilder est un livre à mettre dans toutes les mains ! L’histoire de deux personnages qui m’ont inspirée, qui m’ont donné un peu plus de confiance en moi. Une lecture qui fait du bien et qui interpelle à la fois, un très beau message à faire passer. C’est avec regret et plein d’émotions que j’ai tourné la dernière page, laissant Olivia et Max, mais je sais qu’ils ne seront jamais loin ♥


Auteur : Cindy Van Wilder . Date de sortie : 14 septembre 2017


Du même auteur
Les Outrepasseurs . Memorex


Publicités

Nous les Menteurs

Une famille belle et distinguée. L’été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l’amitié indéfectible, les Menteurs.
Bienvenue dans la famille Sinclair. Tous sont beaux, riches, sportifs, intelligents, aucun n’a droit à l’échec. Ils passent leurs étés à Beechwood, leur île privée au large du cap Cod. Cadence est l’aînée des petits-enfants. Voici son histoire, et celle des Menteurs.

Nous les Menteurs est une lecture qui m’intéressait depuis très longtemps. Je n’avais eu que de bons échos sur ce livre et j’ai finalement craqué il y a quelques semaines lors d’une virée entre copines. Je ne pouvais plus attendre. Le genre de sensation où il faut absolument lire un livre car il vous intrigue tellement fort que vous y pensez tout le temps alors que vous ne l’avez pas encore entamé, vous voyez ? Je l’ai aussitôt commencé sous les encouragements de ma chère Cindy avec son « un conseil, accroche-toi à ton siège ! ».

Le résumé ne dévoile pas grand chose. Une ado brisée mais pourquoi ? Par quoi ? Ou par qui ? C’est là toute l’intrigue de l’histoire. Cadence, l’aînée des petits-enfants Sinclair souffre de fortes migraines et ne se souvient plus de l’accident qui a provoqué cet état deux ans plus tôt, lors de l’été quinze. Elle revient sur l’île à l’été dix-sept et retrouve toute sa famille et les Menteurs. Les Menteurs sont quatre : Cadence, Mirren, Johnny et Gat. Les trois premiers font partie de la riche et formidable famille Sinclair et Gat est l’outsider qui a (presque) trouvé sa place parmi eux.

La devise de ce livre devrait être « l’argent ne fait pas le bonheur ». La famille Sinclair est très riche, ses membres ne manquent de rien mais sont-ils heureux, épanouis et comblés pour autant ? L’histoire tourne autour de ce fameux été quinze où il s’est clairement passé quelque chose. Cadence en est certaine mais impossible de se rappeler quoi que ce soit. Elle a quatre semaines pour découvrir la vérité. Je ne vous en dirais pas plus car c’est à vous de découvrir tout ça, de rassembler les morceaux du puzzle.

Avant les trente dernières pages du livre, j’avoue que je ne comprenais pas pourquoi cette lecture avait bouleversé autant de lecteurs. Puis vient la vérité et je n’étais pas prête pour ça. Pas prête du tout. Ca m’est tombé dessus en un coup et ça m’a complètement prise de court, et c’est là que j’ai tout compris. Les petits détails qui m’avaient échappés, les petites questions laissées sans réponse auxquelles on ne fait pas vraiment attention… On se rend compte de tellement de choses après, et c’est bouleversant.

Bref, Nous les Menteurs est une lecture proche du coup de coeur qui m’a fait vivre tout un tas d’émotions sans que je m’y attende et surtout, sans que je sois prête pour ça. En lisant ce livre, on réfléchit et on se pose des questions. L’argent fait-il le bonheur ? Assurément pas. 


Auteur : E. Lockhart . Date de sortie : 04 mai 2015 . Titre VO : We were liars


Je suis ton soleil

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non. Le pire est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines, ou son père au bras d’une inconnue aux longs cheveux bouclés ? Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

Je suis ton soleil de Marie Pavlenko est un livre qui ne m’intéressait pas trop lors de sa sortie et puis les avis sur ce livre sont sortis et m’ont convaincue de le découvrir. Maintenant que je l’ai terminé, je ne regrette pas du tout de l’avoir découvert, c’est une lecture qui fait du bien au moral tout en traitant des sujets délicats !

Dans ce tome unique, on fait la connaissance de Déborah, une jeune fille qui entre en terminale et qui devra donc passer son bac à la fin de l’année. Je me suis tout de suite attachée à Déborah, elle est naturelle et bien différente des héroïnes que l’on a l’habitude de rencontrer. On suit toute son année de terminale, une époque pas toujours géniale, surtout quand on a la poisse comme Déborah !

J’ai beaucoup apprécié aussi Jamal et ses mygales qui ont donné naissance à une drôle de scène, stressante mais épique ! L’énigmatique Victor dont Déborah est amoureuse mais qui est malheureusement indisponible. Eloïse la meilleure amie qui s’éloigne pour revenir en force, plus mature et plus attachante ! Les parents de Déborah aussi ne sont pas en reste, surtout sa mère qui m’a beaucoup touchée, son histoire, sa personnalité mystérieuse et sa façon de faire les choses.

Le style de Marie Pavlenko est addictif, un peu loufoque et carrément efficace. Une fois le livre commencé, je n’ai plus su m’arrêter. C’est une lecture qui m’a fait beaucoup de bien. Une lecture doudou qui nous montre comment est la vie et les relations avec les autres. Difficile, parfois vraiment horrible, mais il y a toujours un peu de soleil qui perce à travers les nuages et on finit par surmonter les épreuves. On n’a pas le choix de toutes façons. Ce livre pousse à la réflexion, j’ai aimé les messages qu’il fait passer. Une petite pépite !

Bref, Je suis ton soleil de Marie Pavlenko est un livre excellent qui m’a fait passer un très bon moment. En passant du rire aux larmes, on suit les aventures de Déborah et de ses proches le temps d’une année semée d’embûches. Un livre vrai et précieux. Je suis bien contente d’avoir changé d’avis et de l’avoir lu. À vous maintenant de ne pas passer à côté de cette petite merveille !


Auteur : Marie Pavlenko . Date de sortie : 08 mars 2017


All the bright places

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

En général, dès que je finis un livre, j’écris mon avis à chaud pour être certaine de ne rien oublier puis je le relis avant de le publier pour y ajouter deux-trois choses. Mais pour All the Bright Places ça n’a pas été facile car c’est un livre très beau, qui fait remonter beaucoup d’émotions, qui remue, et il m’a fallu un peu de temps pour remettre en place toutes mes idées… Et même là, au début de cette chronique, je ne sais pas encore comment je vais trouver les bons mots pour en parler et sans spoiler bien entendu ! C’est parti !

Dans cette histoire, la narration est partagée entre deux personnages principaux, Finch et Violet. J’ai tout de suite énormément apprécié Finch, sa personnalité décalée, sa façon de voir les choses et son humour qui ne gâche rien ! Finch n’a pas une vie facile, ça n’est pas terrible du côté familial ni à l’école, il en bave beaucoup et veut en finir avec la vie.

Puis Violet apparait dans sa vie. Violet qui est dévastée par la mort de sa soeur, qui culpabilise d’être la survivante et qui s’empêche d’être elle-même. Consciemment ou non, Finch va aider Violet à s’en sortir, à reprendre goût à la vie. J’ai énormément apprécié leur duo qui devient de plus en plus naturel et fusionnel plus on avance dans la lecture. J’ai retenu mon souffle de nombreuses fois.

Le sujet de l’histoire est assez délicat et j’avais quelques appréhensions avant de commencer ce livre. J’ai même pensé à arrêter ma lecture à un certain point pour ne pas savoir si l’autrice allait aller jusqu’au bout de son idée ou non. J’ai continué malgré tout et peu importe la fin, j’ai compris où Jennifer Niven voulait en venir, la réflexion derrière tout ça, et c’est le plus important selon moi. Une belle histoire qui fait réfléchir.

Bref, All the Bright Places n’est pas un coup de coeur pour moi même si j’ai passé une très bonne lecture en compagnie de deux personnages hauts en couleurs ! J’ai adoré Finch et Violet. Leur relation qui devient de plus en plus importante et leur façon de voir les choses qui évolue aussi beaucoup, qui nous fait nous poser des questions sur le thème de la vie et de la mort. Une histoire émouvante.


Auteur : Jennifer Niven . Date de sortie : 08 janvier 2015 . Titre VF : Tous nos jours parfaits


Capture d’écran 2016-04-13 à 18.08.01

Confess

confess

Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin. Lorsqu’elle franchit la porte d’une galerie d’art à Dallas pour un entretien, elle s’attend à tout sauf à l’irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu’elle risque bien plus gros qu’elle ne pensait. Elle n’a qu’une solution : s’éloigner d’Owen au plus vite. Mais la dernière chose que souhaite Owen, c’est la perdre. Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeur que la vérité…

J’avais envie de faire une petite pause dans mes lectures habituelles qui sont plus axées sur le genre fantasy ou fantastique. C’était l’occasion parfaite pour lire un livre contemporain, un style qui me permet toujours de décompresser et de passer un moment sympathique. Comme Maybe Someday de Colleen Hoover avait été un coup de coeur, mon choix s’est porté sur Confess que j’avais dans ma bibliothèque depuis un moment. Pas un coup de coeur mais une lecture sympathique qui m’a fait passer par plusieurs émotions, de la tendresse et l’émerveillement à la colère !

Dans Confess, la narration est partagée entre Auburn et Owen, deux protagonistes que j’ai énormément appréciés. Ils ont chacun des secrets et ne veulent pas en dire plus, et c’est justement ça qui m’a rendue accro. Je voulais absolument tout savoir et très vite, le livre n’a pas fait long feu entre mes mains !

Je brûlais de savoir pourquoi Auburn était venue habiter au Texas, savoir aussi comment Owen se souvenait d’elle alors qu’elle ne se souvient pas de lui, que cache-t-il ? (Avouez que vous êtes curieux vous aussi !). Tant de questions qui ont toutes trouvé une réponse et j’ai complètement été séduite ! En plus de ces deux personnages faits l’un pour l’autre, j’ai beaucoup aimé les peintures d’Owen et le principe des confessions. C’était très original, très beau.

Là, je parle de l’émotion qui m’a fait du bien. Sauf que ça n’a pas duré dès que l’on apprend toute la vérité. Tout cela à cause d’un personnage central, Trey. Je l’ai détesté de toutes mes forces, ça m’a révoltée et terrifiée à la fois ! J’avais très envie de terminer ce livre pour arriver enfin au happy end que je souhaitais tant pour Auburn et Owen. C’était assez éprouvant à lire. Cependant, la fin est très belle et on a notre toute dernière réponse, celle qui m’intéressait le plus !

Bref, Confess de Colleen Hoover m’a fait passer par tout un tas d’émotions. D’abord, la tendresse et la curiosité en découvrant les personnages d’Auburn et d’Owen, puis la colère et l’écœurement face au personnage de Trey pour ensuite terminer sur une note un peu plus douce, plus joyeuse et pleine d’espoir ! Je lirais avec plaisir les autres livres de cette auteur.


Auteur : Colleen Hoover . Date de sortie : 10 mars 2015 . Titre VO : Confess


Du même auteur
Maybe Someday