Le survivant (Les Autres #1)

Tout écart à l’autorité vous conduira dans la Fosse.
Parqués entre des murs et des clôtures, les Hommes survivent comme ils le peuvent. Arrivés en bas de la chaîne alimentaire, ils sont épargnés grâce à l’Accord : tous les trimestres, des fourgons d’êtres humains sont offerts aux Autres afin de les nourrir. Mais comment choisir qui doit vivre et qui doit mourir ? La règle est pourtant simple : seuls les délinquants sont envoyés de l’autre côté du mur, dans la Fosse.

C’est toujours assez difficile d’écrire un avis lorsque l’on a été assez déçu par un livre. C’est exactement mon cas avec Les Autres de Sandra Moyon. Je m’attendais à quelque chose de totalement différent de ce que j’ai lu ! J’espérais frissonner avec ce livre, découvrir des créatures sanglantes à souhait, mais pendant 90% du livre, on ne les voit même pas. On les oublierait presque car ce côté de l’intrigue est évincé par l’histoire affreuse du personnage principal…

Soen est orphelin et il vit chez sa tante qui le hait et le bat régulièrement de façon très violente, tant physiquement que psychologiquement. C’est l’horrible quotidien de Soen. J’ai trouvé ça atroce à lire et je n’ai surtout pas compris ce que ça apportait à l’histoire des Autres. J’ai l’impression de m’être fait dupée par le titre du livre car je m’attendais à une tout autre ambiance, où les méchants étaient ces fameuses créatures, qu’il fallait y survivre, et non la tante malveillante du personnage principal. C’est clair que « Battu par ma tante » fait un titre moins vendeur mais au moins on sait à quoi s’attendre !

Pendant toute ma lecture, je me disais qu’il devait bien avoir un élément qui rattacherait tout ce que subit Soen à ce que le résumé nous promet, mais non rien. Je ne doute pas que la suite peut être très intéressante avec les différentes créatures. J’aurais tellement aimé en apprendre plus sur elles et comment tout cela est arrivé. Je suis persuadée que les réponses se trouveront dans les tomes prochains mais j’ai trouvé ce premier tome inutile à ce niveau là et ça ne m’a pas donné envie de découvrir la suite.

Pour ce qui est des personnages, la tante de Soen est une horrible bonne femme mais je n’ai pas réussi à prendre Soen en pitié. J’avais juste envie d’en finir au plus vite avec ma lecture, cherchant le but de tout ça dans cette histoire. Je me répète mais c’est un point qui m’a bien agacée et ce n’est pas une ambiance que je recherche dans mes lectures.

Bref, Les Autres Le survivant de Sandra Moyon est une déception pour moi ! La lecture fut très pénible avec tout ce que subit le héros principal, auquel je ne me suis pas du tout attachée. Cette partie prend trop de place et n’apporte rien à l’intrigue « des Autres » justement. Je me suis sentie trompée par ce titre et ce résumé. Je ne pense pas lire la suite.


Auteur : Sandra Moyon . Date de sortie : 05 septembre 2017


Publicités

Le feu dans le sang

Cette nuit et cette nuit seulement, participez à une free party semblable à aucune autre. Venez vous éclater hors de tout contrôle, et goûter au moins une fois dans votre vie à la vraie liberté.
Quand ils trouvent ce message caché dans Paris, Alex, Sam et Marie-Lou s’attendent à passer une soirée de folie. Mais tout ne se passe pas comme prévu… Qui est Caron, ce type étrange qui leur propose des fioles ? Et quelle est cette substance bizarre qu’elles contiennent ? Entre meurtres et disparitions, ils vont vite se retrouver plongés au coeur de l’enfer…

Le feu dans le sang est un livre avec un petit côté thriller qui m’intriguait beaucoup. Malheureusement, ça ne l’a pas fait. Je n’ai pas accroché aux personnages et à l’histoire non plus malgré quelques éléments qui me rendaient curieuse. Trop de répétitions, trop lourdes, et des révélations peu crédibles, c’est dommage.

J’ai malgré tout apprécié le fait que l’on entre directement dans l’histoire et le sujet principal. Le livre ne fait que deux cent pages environ donc ça n’a pas trainé. Souvent, je reproche à ce genre de livre d’être trop petit et de ne pas avoir une histoire plus poussée. Malheureusement, ici, il ne m’en fallait pas plus…

Dans cette histoire, on fait la connaissance de trois adolescents : Sam, Alex et Marie-Lou. Je n’ai pas réussi à m’attacher à l’un d’eux. Alex et Marie-Lou sont amoureux et pour être sûr que l’on ne l’oublie pas, c’est répété de nombreuses fois. Qu’ils sont carrément in love l’un de l’autre, qu’ils ne peuvent pas imaginer la vie sans l’autre s’il lui arrivait malheur, etc etc. C’était de trop ! Dès qu’il y avait un peu d’action, ça tournait à la mièvrerie à cause de ça.

Ensuite, en ce qui concerne Marie-Lou, on nous la décrit comme une jolie métisse. Et ça non plus on ne risque pas de l’oublier car c’est mentionné aussi souvent que les élans d’amour. La jolie métisse par-ci, la jolie métisse par-là, sa peau caramel et épicée. Oui, oui, on a compris ! (Blanche comme un cachet d’aspirine et moche, c’est ça ? Non ?). Ca alourdissait l’histoire pour rien et j’ai levé les yeux au ciel de nombreuses fois.

L’histoire aurait pu relever tout ça car le principe était plutôt pas mal mais ça n’a pas continué bien longtemps à me plaire. Certaines révélations arrivent comme un cheveu dans la soupe et ne sont pas particulièrement nécessaires. Sauf peut-être pour mettre encore plus de barrières à l’amour entre Alex et Marie-Lou mais comme ils s’aiment plus que tout au monde et pour toujours, ils vont surmonter ça. L’amour vaincra ! Ahem.

Bref, Le feu dans le sang de Johan Heliot est une lecture qui ne m’a pas convaincue. Je ne me suis pas attachée aux personnages. Une histoire qui aurait pu être plus intéressante sans l’histoire d’amour à l’eau de rose et le radotage permanent. Il ne m’en fallait pas plus.


Auteur : Johan Heliot . Date de sortie : 19 octobre 2017


The Lightning Thief (Percy Jackson and the Olympians #1)

Etre un demi-dieu, ça peut être mortel… Percy Jackson n’est pas un lycéen comme les autres. Sa prof d’histoire est en fait un monstre mythologique ! Et les dieux du mont Olympe entrent dans sa vie, ici et maintenant, en plein New York. Ils l’accusent d’avoir volé l’éclair de Zeus. Dans cette succession de catastrophes, une seule bonne nouvelle : Percy se découvre peu à peu des pouvoirs extraordinaires…

Je n’avais pas encore lu la saga Percy Jackson et après avoir revu le premier film il y a quelques semaines, j’ai eu très envie de découvrir les livres. Et comme j’ai acheté la box paperback en anglais l’année passée, c’était la bonne occasion. Tout l’engouement autour de cette saga est largement mérité, J’AI ADORÉ !

Le personnage de Percy est vraiment super, il est jeune dans ce premier tome mais son humour m’a énormément plu, il m’a beaucoup fait rire. C’est aussi un garçon courageux et intelligent, je me suis beaucoup attachée à lui. Dans sa quête pour rechercher l’éclair volé de Zeus et pour sauver sa mère par la même occasion, il est accompagné d’Annabeth, fille d’Athena, et de Grover, un satyre chargé de sa protection. J’ai adoré le personnage d’Annabeth, vraiment beaucoup beaucoup. Elle aime lire, elle est maligne, intelligente et sauve plusieurs fois le trio ! Grover apporte aussi son petit humour qui va très bien avec celui de Percy.

Pour ce qui est de l’histoire, je connaissais le film mais le livre est bien différent. Tellement différent que je n’étais pas certaine à cent pour cent de voir venir le dénouement final de ce premier tome. Ce fut donc une chouette surprise, j’ai pu redécouvrir l’histoire et me laisser emporter dans cette mythologie grecque que j’apprécie beaucoup. Les chapitres ne sont pas trop longs, ils s’enchainent plutôt bien, ce qui donne un bon rythme à la lecture. J’ai vraiment été sous le charme de cette histoire et je n’ai qu’une seule envie : me replonger dedans avec les tomes suivants !

Je l’ai lu en anglais et je l’ai trouvé assez abordable. J’ai lu plus de deux cent pages en un jour alors que d’habitude, je suis plutôt à la vitesse escargot en VO. Certains m’ont demandé si ce n’était pas trop jeunesse et, outre le fait que l’on confie une quête mortelle à des enfants de douze ans (sinon il n’y aurait pas eu d’histoire), ça ne se ressent pas du tout.

Bref, Percy Jackson est une saga que je conseille très fortement ! C’est drôle, c’est touchant, c’est passionnant, que demander de plus ? Je me suis attachée à Percy, à Annabeth et à Grover. J’ai été captivée par la mythologie et la façon dont c’est abordé. J’ai hâte de lire la suite pour retrouver tout ce qui m’a tant plu dans ce premier tome !


Auteur : Rick Riordan . Date de sortie : 28 juillet 2005 . Titre VF : Le voleur de foudre



Effroyable Porcelaine

Sibylle Delombre est une collégienne ordinaire. Enfin, si l’on considère qu’il est ordinaire de décorer sa chambre avec des ossements, des peluches chauves-souris, des schémas de dissection et des grimoires. Oui, Sibylle aime bien l’étrange et le mystère. Ainsi, elle a de quoi se réjouir lorsque sa mère lui propose de l’accompagner pour débarrasser un vieux château. Mais tous les objets bizarres qu’elle rêvait d’y découvrir ne sont rien en comparaison de la splendide poupée en robe noire, aux cheveux argentés comme un clair de lune, qu’elle trouve dans une chambre et qu’elle s’approprie aussitôt, séduite par sa beauté vénéneuse. Et si les cauchemars qui se mettent alors à hanter les nuits de Sibylle avaient un lien avec elle ? Et si cette poupée, aux yeux violets, au regard aussi triste que cruel, n’était pas inoffensive ? Quel terrible secret renferme l’effroyable porcelaine ?

J’ai été tentée de lire Effroyable Porcelaine grâce à la chronique de Plumes de Lune (qui est un blog que j’aime beaucoup d’ailleurs) et il n’en fallait pas plus pour me convaincre de le découvrir. C’est maintenant chose faite et je ne regrette pas mon achat !

Je ne m’attendais pas à un livre de ce format là. Il est assez peu épais, faisant moins de 200 pages et c’est écrit plutôt grand. Ce livre fait partie de la collection Chatons Hantés, collection aux éditions du Chat Noir de romans gothique/horreur axée jeunesse, ceci explique cela. Par contre, ce n’est pas pour ça que je n’ai pas frissonné, grande froussarde que je suis ! Une poupée de porcelaine maléfique et c’est bon, il n’en faut pas plus pour me faire peur. L’auteur a réussi à m’entrainer dans son univers de ténèbres et de poésie.

Même si ce livre est assez court, je me suis quand même attachée à cette héroïne atypique. Sibylle aime les choses étranges et obscures, et ses proches l’acceptent comme elle est même s’ils ne la comprennent pas toujours. Elle est comme ça et puis c’est tout, elle est heureuse. Il y a aussi son ami Philémon qui a un rôle assez important vers la fin. Puis vient cette fameuse poupée toute mignonne mais qui referme un terrible secret !

J’ai trouvé l’histoire assez sympa, frissonnante à souhait pour ma part. On alterne entre le passé et le présent pour rassembler toutes les pièces du puzzle. Je n’ai pas du tout vu venir la chute de l’histoire. Je dois dire que c’était une très bonne idée ! Ce livre véhicule un message de tolérance et d’acceptation. Peu importe le regard des autres, être soi-même et être heureux est le plus important.

Le petit plus ce sont les jolies illustrations. Je trouve la couverture vraiment sublime et les illustrations style gothique dans le livre font leur petit effet.

Bref, Effroyable Porcelaine de Vincent Tassy est une lecture sympathique qui m’a emmenée dans son histoire de poupée maléfique aux côtés de deux personnages atypiques, Sibylle et Philémon. Un très beau message de tolérance s’y trouve.


Auteur : Vincent Tassy . Date de sortie : 08 avril 2017


Les Loups Chantants

Frappée par une maladie rare, la peau de Kira se couvre de glace. Dans quelques jours, la jeune fille sera devenue une statue, prisonnière de son propre corps. Pour la sauver, son frère, Yuri, s’élance avec son attelage de chiens de traîneaux à travers les mille kilomètres de steppes glacées qui les séparent l’hôpital. Mais aussitôt partis, une meute de loups psychiques les prend en chasse. Les prédateurs s’infiltrent dans l’esprit du jeune homme, et la louve de tête lui souffle alors un terrible secret : elle est son ancienne petite amie. Celle qu’il avait crue morte, un an auparavant. Rêve, folie, piège mortel ou réalité ? Tout en se battant pour sauver sa sœur, Yuri va devoir affronter les fantômes de son passé.

Frustration je suis ! C’est le deuxième livre d’Aurélie Wellenstein, autrice dont je voulais découvrir sa plume depuis longtemps, que je lis et il me manque toujours un petit quelque chose pour apprécier complètement ma lecture et ça m’attriste au plus haut point… Les Loups Chantants n’est pas une mauvaise lecture, pas du tout, c’est plutôt sympathique mais j’ai l’impression d’être passée à côté de cette histoire.

Dans cet unique tome, Yuri est le personnage principal. Il se lance dans une quête pour sauver sa soeur Kira qui est soit atteinte d’une maladie rare, soit possédée par Korochun, un être maléfique. Son mal dépend du point de vue de chacun, plutôt scientifique ou plutôt magique. Malheureusement, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux deux autant que je l’aurais voulu. Par contre, le personnage que j’ai beaucoup aimé, le personnage qui fut la voix de la raison, est Anastasia. Heureusement qu’elle était là, elle m’a positivement bien surprise !

L’histoire avait d’excellentes idées. Magie, malédiction, loups chantants, liberté, ça avait tout pour me plaire mais j’aurais aimé bien plus d’approfondissement dans l’histoire. J’aurais aimé en apprendre plus sur Korochun et ses créatures maléfiques. Et comme il me manquait ça, je suis complètement passée à côté de la fin. Durant toute ma lecture, je me demandais si ces fameux loups chantants étaient bons ou mauvais et finalement, je ne suis toujours pas certaine d’avoir eu la réponse à ma question. Peut-être que c’est l’effet voulu ? Le lecteur doit se faire sa propre opinion ? Je ne sais pas trop.

Par contre, j’ai beaucoup aimé l’ambiance qui se dégage de ce livre. Vous aurez froid, ça c’est certain ! J’ai aussi apprécié en apprendre plus sur les chiens de traineau et le grand rôle des mushers, leurs maîtres qui lancent les ordres aux chiens pour la bonne cohésion du groupe.

Bref, Les Loups Chantants est une lecture que j’ai trouvé sympathique à découvrir, originale mais qui manque d’approfondissement autour de son univers. Il m’a manqué pas mal de détails pour apprécier le livre à sa juste valeur et j’en suis la première désolée.


Auteur : Aurélie Wellenstein . Date de sortie : 19 mai 2016


Du même auteur
La mort du temps