Poussière Fantôme

Être guide touristique spécialisé dans les mystères du Montréal hanté n’est pas facile tous les jours ! Mais ça l’est encore moins quand on peut réellement converser avec les fantômes ! Depuis qu’Archibald a fait la rencontre d’Elizabeth McKenzie, jeune scientifique décédée dans des circonstances étranges en 1917, sa vie a basculé. Déterminé à aider Elizabeth à lever le voile sur sa mort, Archie devra compter sur des amis parfois surprenants et percer les secrets de la poussière fantôme. Car les revenants, goules et autres spectres de la ville se montrent de plus en plus menaçants…

Poussière Fantôme est une des nouvelles parutions chez Scrineo dont le résumé avait vite fait de me tenter. Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment lecture, l’univers est plutôt sympa mais j’aurais aimé quelques explications sur certains événements qui paraissent du coup un peu faciles.

On suit Archibald qui nous guide à travers les rues de Montréal et qui nous fait découvrir des lieux macabres et hantés. Archibald peut voir les fantômes et depuis quelques semaines, Elizabeth, une scientifique décédée il y a une centaine d’années, est entrée dans sa vie. Ensemble, ils vont essayer de découvrir qui est à la poursuite de cette dernière mais les réponses viendront bien plus tôt qu’ils ne le pensent, ou qu’ils ne le souhaitent…

Si j’ai beaucoup apprécié l’univers imaginé par l’auteur, l’idée des fantômes qui reviennent à la vie pour s’en prendre à Elizabeth et le pourquoi du comment, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages. J’ai éprouvé une certaine distance avec eux, ne m’attachant pas plus que cela. Pareil pour les autres personnages.

L’écriture d’Emmanuel Chastellière est agréable à suivre, fluide et entrainante. Malheureusement, j’ai été dérangée par le fait que parfois ce fut un peu trop facile. Certains événements sont résolus trop rapidement, je pense notamment à Archibald qui arrive à sortir du Seuil on ne sait trop comment. Puis il voit des fantômes et son entourage possède comme par hasard aussi des pouvoirs ou des connaissances qui peuvent l’aider. Ca m’a un peu dérangée et j’ai eu du mal à passer outre cela.

Petite mention pour la couverture qui a été réalisée par Xavier Collette, illustrateur de la bande dessinée Le Soufflevent que j’aime beaucoup, il faudrait d’ailleurs que je vous en parle sur le blog.

Bref, Poussière Fantôme d’Emmanuel Chastellière est une lecture sympathique mais avec quelques défauts. J’ai apprécié l’univers, l’histoire de fantôme et la découverte de Montréal et Québec à travers ce livre mais j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, à avoir peur pour eux, et j’ai trouvé que la facilité était choisie à plusieurs reprises, ce qui m’a dérangée lors de ma lecture.


Auteur : Emmanuel Chastellière . Date de sortie : 26 avril 2018


Publicités

Simon Thorn et le nid de serpents (Simon Thorn #2)

Simon Thorn sait depuis peu qu’il n’est pas un garçon comme les autres : il a le don de se transformer en animal. Alors qu’il s’habitue à sa nouvelle vie dans le REPAIRE, l’école pour les Animalgames, il reçoit des nouvelles inespérées de sa mère, enlevée par son terrifiant grand-père, le roi des oiseaux. Ce dernier cherche à reconstituer une arme si puissante qu’elle lui permettrait de régner sur tous les royaumes animaux. Guidé par l’indice laissé par sa mère sur une carte postale, Simon et ses amis se lancent dans un périlleux voyage qui les mènera au cœur du danger.

Attention, risque de spoiler sur le tome précédent !

Début d’année sortait le premier tome de Simon Thorn, la saga jeunesse écrite par Aimée Carter, j’ai eu l’occasion de découvrir cette histoire et j’avais beaucoup aimé. Une fois arrivé chez moi, je me suis jetée sur ce second tome qui est dans la continuité du premier !

On retrouve Simon près de deux mois après les événements qui ont clôturé la fin du tome précédent, et ce ne fut pas sans douleur. Sans son oncle Darryl et sa mère, capturée par Orion, Simon doit composer avec son autre oncle Malcolm et son frère jumeau Nolan mais l’intégration dans la famille n’est pas des plus faciles pour lui. Quand il reçoit une carte postale de sa mère lui indiquant où elle se trouve, Simon n’hésite pas une seconde à aller la secourir et il n’ira pas seul. Winter, Ariana et Jam se joignent à lui et ainsi démarre une nouvelle fuite vers le royaume des reptiles, vers la mère de Simon et vers un morceau du sceptre du Roi Animal.

Le petite groupe sera sans cesse poursuivit, par les ennemis mais aussi par les alliés, et en sécurité nulle part hors des murs du Repaire, ce qui donne un très bon rythme au livre. On ne s’arrête jamais ou que pour peu de temps avant le prochain rebondissement. Une course poursuite que j’ai beaucoup aimé et qui m’a rappelée l’ambiance du premier tome à laquelle j’avais beaucoup accroché. On en apprend encore un peu plus sur le monde de Animalgames, sur les autres royaumes, celui des reptiles étant mis en avant ici.

L’amitié et la loyauté de Winter envers Simon sera mise à rude épreuve, Winter digérant mal le fait d’avoir été abandonnée par Orion qu’elle considérait comme sa famille. Simon apprendra à lui faire confiance et leurs liens vont se resserrer. Dans ce tome ou même encore dans cette histoire, l’amitié et la famille ont une grande importance et je trouve que c’est bien abordé. Jusqu’où serions-nous prêt pour protéger ceux que l’on aime ? Même s’ils ne comprennent pas toujours nos choix…

Bref, Simon Thorn et le nid de serpents d’Aimée Carter est une très bonne suite avec un rythme effréné qui ne pourra que vous plaire si vous avez aimé le premier opus, qui reste mon préféré des deux. L’univers mis en place par l’autrice se développe encore un peu et j’ai déjà hâte de tenir le troisième tome entre mes mains !


Autrice : Aimée Carter . Date de sortie : 26 avril 2018 . Titre VO : Simon Thorn and the Viper’s Pit


Mes autres chroniques de la série
Tome 1

The Battle of the Labyrinth (Percy Jackson and the Olympians #4)

Le grand combat va commencer… La vie de Percy est menacée. L’armée de Cronos s’apprête à attaquer la Colonie des Sang-Mêlé en empruntant le Labyrinthe de Dédale. Percy et ses amis doivent trouver Dédale avant Cronos et tout faire pour lui barrer la route. Mais circuler dans l’enfer souterrain n’est pas aisé… surtout quand le chemin est parsemé d’effroyables pièges.

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Aaaah Percy Jackson ♥ C’est toujours un immense plaisir de replonger dans cette histoire. J’enchaine peu à peu la saga et à chaque tome, je suis de plus en plus accro aux personnages et à l’univers ! Ce quatrième tome est parfait. J’ai passé un très bon moment. J’ai lu la moitié en presque un jour alors que c’est de la VO et que d’habitude je me traine. C’est bon signe non ?

Dans le tome précédent, Percy et Grover partaient dans une nouvelle quête avec un groupe de personnages que l’on ne verra que peu je crois. Annabeth et Tyson m’avaient énormément manqué et dans ce tome-ci, le quatuor est reformé pour mon plus grand plaisir ! Le duo Annabeth et Percy est un de mes chouchous, c’est grâce à eux que j’ai eu très envie de découvrir cette histoire, de les découvrir eux, et je n’ai pas été déçue une seule fois. Les sentiments s’expriment peu à peu même si c’est encore un peu confus, c’est beau et j’adore. J’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Rachel qui a un rôle assez important ici. Nico évolue bien à travers ce tome aussi.

Encore une fois, Rick Riordan m’a charmée avec son univers. Dans le Labyrinthe de Dédale, les événements et les mauvaises rencontres s’enchainent sans queue ni tête. Ca m’a un peu fait penser à Alice au pays des merveilles mixé à de la mythologie, et moi j’adore les deux donc ça ne pouvait que me plaire. Quand je lis cette saga, j’ai toujours internet pas loin pour en apprendre plus sur les différents intervenants mythologiques, que ce soit des personnages ou encore des lieux. Je découvre de nouvelles choses et j’aime beaucoup ça.

Ce tome devient encore plus intense avec le retour de Kronos qui est imminent. Je n’ai plus qu’un seul tome pour conclure la saga Percy Jackson, je n’en ai pas envie mais je suis quand même rassurée car j’ai la saga suivante, Les Héros de l’Olympe, sous la main. Je sais que j’ai encore des heures de lecture et de bonheur devant moi.

Bref, The Battle of the Labyrinth de Rick Riordan est un quatrième tome qui m’a énormément plu. Je n’ai pas révélé grand chose sur l’histoire dans cette chronique mais je ne peux que vous encourager à découvrir cette série qui est juste brillante ! J’aime énormément ce que je lis, que ce soit au niveau des personnages, Percy et Annabeth font battre mon coeur, et de l’univers qui est très bien exploité. Lancez-vous si ce n’est pas encore fait, vous n’allez pas le regretter !


Auteur : Rick Riordan . Date de sortie : 06 mars 2008 . Titre VF : La bataille du Labyrinthe


Mes autres chroniques de la série
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3

Les Orphelins du Sommeil

Bienvenue à l’Institut Dormance, spécialisé dans les troubles du sommeil de l’enfant et de l’adolescent, isolé au milieu des montagnes enneigées. C’est ici que Marcus, atteint de paralysie du sommeil, tente de se soigner et se lie d’amitié avec Joane, qui souffre d’insomnie. Mais plus le temps passe et plus l’endroit leur apparaît étrangement inquiétant : un directeur qui ressemble à un cadavre ambulant, un règlement intérieur pour le moins insolite, des « exercices oniriques » plus que bizarres, un étage interdit d’accès, une rumeur qui prétend que d’anciens pensionnaires auraient été pris d’un accès de folie… Les deux amis en viennent à soupçonner l’Institut de poursuivre un but inavoué, bien éloigné de celui de les guérir. Ils devront alors s’allier à d’autres jeunes patients pour s’engager dans une quête troublante et dangereuse, oscillant entre réalité, rêves… et cauchemars.

Je continue ma découverte de la collection Chatons Hantés du Chat Noir dont j’ai déjà parlé quelques fois sur le blog, avec les chroniques des deux premiers ouvrages de la collection, à travers des tags, etc. Les Orphelins du Sommeil est mon préféré sur les trois parus jusqu’à présent ! J’ai beaucoup aimé l’univers et les personnages.

Ce que j’ai énormément apprécié dans ce court livre, ce sont les surprises. Dès le début, on pense avoir fait les bons liens, tirer les bonnes conclusions, et finalement, on est complètement à côté de la plaque ! J’adore ça quand un livre me surprend ! Avec Les Orphelins du Sommeil de Pascaline Nolot, j’ai frissonné. Le livre plutôt axé jeunesse mais la petite touche cauchemardesque est bien là pour nous faire un peu peur. Et j’adore ça aussi en fait !

J’ai également beaucoup aimé les différents personnages qui interviennent. Ils ont tous un petit quelque chose qui les rend si uniques, si attachants. Marcus à la peau noire et au grand coeur, Joane blanche jusqu’au bout des ongles et à la répartie cinglante, Mina à l’imagination débordante et Sam le petit cerveau du groupe. Je me suis attachée à chacun d’eux.

Concernant l’histoire, comme je l’ai dit un peu plus haut, je ne m’attendais pas du tout à ça. Je l’ai trouvée très belle. Les apparences sont souvent trompeuses et ce livre va vous mener là où vous ne vous y attendiez pas. Comme pour les ouvrages précédents, il y a de superbes illustrations dedans. Je trouve celle de Joane tout simplement magnifique, sombre et poétique, je suis sous le charme. C’est l’oeuvre de Mina M, que l’on reconnait assez rapidement.

Bref, Les Orphelins du Sommeil de Pascaline Nolot fut une agréable lecture que j’ai beaucoup appréciée et qui m’a surprise de nombreuses fois. L’histoire m’a enchantée et je me suis attachée aux personnages qui font la force de ce livre. À nouveau, les illustrations qui parsèment l’ouvrage sont superbes ! Si vous n’avez pas encore découvert cette collection, foncez, moi j’adore !


Autrice : Pascaline Nolot . Date de sortie : 14 février 2018


De la même autrice
Les larmes de l’araignée

The Vanishing Girl (The Vanishing Girl #1)

Chaque nuit, Ember disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger ou dans la chambre du garçon qui lui plaît… Après dix minutes, elle réapparaît là où elle s’est évaporée. La jeune femme a toujours réussi à dissimuler ce don incroyable, jusqu’au jour où le séduisant Caden la kidnappe. Elle comprend alors que son pouvoir est une arme et que certains sont prêts à tout pour se l’approprier. Enfermés dans une base secrète du gouvernement, Ember et Caden s’allient contre leur gré pour assurer des missions de téléportation toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember est prête à tout pour retrouver sa liberté. Même si cela signifie un dangereux rapprochement avec Caden…

The Vanishing Girl me tentait énormément, je l’ai lu dès que je l’ai reçu, curieuse d’en apprendre plus sur cette histoire sur laquelle je lorgnais déjà en VO. Malheureusement, je ressors de ma lecture assez déçue. En relisant le résumé, je me rends compte qu’il n’est pas tout à fait correct, « Ember et Caden s’allient contre leur gré », c’est plutôt l’opposé que j’ai lu et ça a même pris trop de place à mon goût.

Ember est l’héroïne principale de ce premier tome, elle possède le don de se téléporter n’importe où chaque nuit pendant dix minutes. J’aurais tellement voulu en apprendre un peu plus sur ce fameux don qui n’en est pas vraiment un. Le gouvernement l’utilise et Ember est emmenée de force dans un camp d’entrainement. Déjà à ce moment là, j’ai tiqué. J’ai eu une impression de déjà vu au niveau du fond, j’aurais aimé plus de surprises, de nouveautés avec cette lecture, pas du réchauffé.

Ember n’apprécie pas vraiment sa condition, elle souhaite s’échap… Ah mais non en fait, il y a Caden. Caden est trop beau, trop sexy, trop parfait ! Et Ember oublie bien vite toutes ses interrogations dans ses beaux yeux et dans son lit. Je ne dis pas que Caden ne m’a pas plu mais la romance est passée au premier plan, et loin derrière est abandonnée l’intrigue principale. Leur relation est beaucoup trop rapide et je ne suis pas convaincue par les explications. Au bout de deux-trois jours c’est déjà l’amour fou et ça m’a agacée. C’était trop et ça m’a gâché ma découverte. J’aurais tellement préféré avoir plus de passages avec Adrian pour comprendre un peu plus la situation d’Ember, son rôle dans tout ça.

Bref, The Vanishing Girl de Laura Thalassa est une lecture aurait pu me plaire mais qui ne m’a pas convaincue du tout avec son histoire d’amour que j’ai trouvé étouffante, de trop. Le fond de l’histoire se perd totalement et c’est bien dommage. Je ne suis pas certaine de lire la suite, même avec la fin qui aurait dû me rendre plus curieuse.


Autrice : Laura Thalassa . Date de sortie : 18 mars 2018 . Titre VO : The Vanishing Girl