L’Odyssée Imaginaire (Le Pays des Contes #5)

L’Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n’ont plus qu’une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination. Tous deux se lancent alors à travers les histoires inventées par Conner en quête d’une armée de pirates, de cyborgs, de superhéros ou encore de momies, pour arrêter l’Homme masqué. Et même si l’adolescent est leur auteur, rien ne dit que ses personnages ne se rebifferont pas contre lui ! Mais un complot plus terrible encore se trame dans l’ombre. Un complot qui pourrait bien noircir la magie de tous les mondes à jamais…

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Le Pays des Contes de Chris Colfer est une saga que j’apprécie énormément ! J’attends toujours la sortie de chaque tome avec impatience et c’est avec une joie non contenue que je me suis jetée sur ce cinquième tome lorsque je l’ai reçu. Je l’ai adoré et j’ai énormément apprécié me plonger dans les différentes histoires de Conner.

Ce tome cinq se concentre sur le recrutement des personnages inventés par Conner dans quatre histoires écrites par ce dernier, dans le but de construire une armée afin de vaincre l’armée de la Littérature qui a conquis le monde des contes de fées dans le tome précédent. On suit donc Alex et Conner dans de nouvelles aventures. Le lien entre les jumeaux se renforce encore plus. Au fil de ses histoires, Conner en apprend également plus sur lui-même. J’ai beaucoup aimé retrouver les personnages que l’on connait bien mais surtout en rencontrer de nouveaux ! On retrouve Rouge, Boucle d’Or qui est enceinte, Jack mais également Bree et Emmerich. J’ai aimé l’implication de Charlotte, la mère d’Alex et Conner.

Les histoires de Conner sont passionnantes et j’ai été complètement transportée, impossible de m’arrêter de lire. Il y a beaucoup d’humour, j’ai bien ri avec le poulet curé ! Il y a aussi un petit animal qui risque de vous faire craquer encore plus qu’un niffleur (si si je vous assure) ! En plus de ces nouvelles rencontres et ces nouveaux lieux, on suit différentes intrigues qui nous permettent d’avoir toutes les informations. L’Homme Masqué a un nouveau plan maléfique mais il n’est pas le seul, un autre complot plus affreux encore se met en place. Ce qui nous offre une fin en cliffhanger à laquelle je m’attendais beaucoup mais je ne suis pas inquiète pour autant, les jumeaux et leurs amis arriveront à surmonter les prochaines épreuves, j’en suis persuadée !

Concernant le style d’écriture de Chris Colfer, c’est toujours aussi addictif et drôle, j’aime beaucoup. Il ne faut pas oublier que c’est de la jeunesse et je l’ai assez fort ressenti lors du prologue. Le temps de me remettre dans le bain et ce n’était plus qu’un détail qui n’a en rien gâché ma lecture. Puis, du côté plus superficiel de la chose, je trouve la couverture française vraiment sublime ! C’est du très beau boulot et je la préfère à la version originale.

Bref, avec L’Odyssée Imaginaire, le cinquième tome du Pays des Contes, Chris Colfer nous offre de nouvelles histoires, celles de Conner que j’ai adorées découvrir ! Le lien entre les jumeaux devient de plus en plus fort, ils en apprennent beaucoup sur eux, surtout Conner car ses histoires sont une partie de lui. J’ai tout adoré dans ce tome et je conseille la saga à tout le monde si vous ne l’avez pas encore commencée !

banniere erelle FINI2

En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries

Je remercie les éditions Michel Lafon pour cette lecture !

michellafon


Auteur : Chris Colfer
Date de sortie : 08 juin 2017
Éditeur : Michel Lafon (386 pages – 16,95€)
Titre VO : An Author’s Odyssey
Nombre de tomes prévus : 6
Le tome suivant : Worlds Collide
Mes autres chroniques : Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4


Diapositive1

L’Ange Mécanique (The Mortal Instruments – Les Origines #1)

Tessa débarque à Londres pour rejoindre son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège : enlevée par les horribles Soeurs Noires, elle développe des pouvoirs qu’elle ignorait posséder. Jusqu’au jour ou Will, un Chasseur d’Ombres, la libère et lui apprend qu’elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux, ou vampires, sorciers et autres créatures de l’ombre règnent en maîtres…

À chaque fois que je commence un nouveau tome de l’univers créé par Cassandra Clare, c’est parce que c’en devient presque une obsession, j’y pense sans arrêt et il faut absolument que je continue ma découverte ! J’ai donc entamé le premier tome de The Mortal Instruments – Les Origines, il n’a pas fait long feu malgré son épaisseur, deux jours et je l’avais dévoré (et pour moi c’est pas mal !). J’ai adoré ♥

Pour cette saga et son ordre de lecture, Les Faces Cachées d’une Flèche conseillait d’alterner la saga de base avec Les Origines pour une meilleure découverte de l’histoire. Son article est bien détaillé et j’ai décidé de lui faire confiance et d’alterner les deux récits. Le premier point qui me fait aimer cet univers est le fait qu’il est terriblement bien construit. Cassandra Clare va jusqu’au bout de ses idées et nous offre plusieurs sagas avec plusieurs personnages. Je trouve ça incroyable et j’ai hâte de découvrir le reste ! Passons maintenant à ce premier tome des Origines !

J’ai beaucoup aimé le personnage de Tessa. Elle découvre, pas de la meilleure des manières, qu’elle est une Créature Obscure et qu’elle a un don. J’ai beaucoup aimé son caractère et ses réflexions, elle ne se laisse pas faire et n’hésite pas à se sacrifier pour les autres, pour son frère ou pour ses nouveaux compagnons à l’Institut. Will m’a énormément fait penser à Jace dans la saga The Mortal Instruments avec son humour et ses remarques piquantes. Mais ça ne m’a pas empêchée de m’attacher à lui. Aussi, j’ai énormément apprécié le personnage de Jem, sa douceur, son histoire et sa façon de comprendre et de voir les choses.

Pour ce qui est du récit, Cassandra Clare sait parfaitement mener son intrigue et berner ses lecteurs. Si j’avais compris certaines choses, je ne m’attendais pas à certains revirements de situations. je m’interroge toujours autant sur le personnage de Tessa et sur son ange mécanique. J’ai été captivée par ce premier tome où l’action est toujours présente, l’histoire ne souffre d’aucun temps mort et j’ai adoré ça !

La suite de ma découverte de la saga se fera avec le quatrième tome de The Mortal Instruments, Tessa, Will et Jem vont terriblement me manquer jusqu’à ce que je les retrouve enfin ! Tout comme Jace, Clary et les autres m’ont manqué sachant que je n’allais pas les retrouver dans ce tome-ci. J’ai hâte de continuer ma découverte de cette saga qui fait assurément partie de mes chouchoutes alors que je n’ai pas encore tout lu !

Bref, le premier tome de The Mortal Instruments – Les Origines de Cassandra Clare est une merveille ! J’ai adoré faire la connaissance de ces nouveaux personnages qui nous réservent encore bien des surprises et j’ai hâte de découvrir les révélations à leur sujet. L’histoire est terriblement bien écrite, il n’y a plus les petits défauts des premières parutions de la saga, et on est captivé du début à la fin. J’ai été conquise !


Auteur : Cassandra Clare
Date de sortie VF : 08 novembre 2012
Éditeur : Pocket Jeunesse (537 pages – 18,15€)
Titre VO : Clockwork Angel
Nombre de tomes prévus : 3
Le tome suivant : Le Prince Mécanique (02 janvier 2014)
Du même auteur : The Mortal Instruments

Izana la Voleuse de visage

Dans le monde d’Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c’est tout ce qui s’étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres… tout ce qu’elle n’a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l’abri entre quatre murs. Un jour, poussée par la curiosité, la jeune fille décide de braver l’interdit et de s’aventurer à l’extérieur. Bien mal lui en prend – elle comprend que son visage est si effroyable qu’il ne peut être montré au grand jour.
Car si d’ordinaire, la laideur n’est pas un crime, il règne dans le village une terrible superstition. Autrefois se seraient affrontées une sorcière d’une grande laideur et une prêtresse d’une grande beauté : la première, victorieuse, aurait volé son apparence à la seconde. Depuis lors, toute petite fille laide née une certaine année est tuée sur-le-champ, sous peine de porter malheur aux habitants.

Izana la Voleuse de visage est une histoire qui m’a captivée du début à la fin ! J’aime beaucoup les histoires sur des légendes qui se déroulent au Japon, bien que je n’en lise pas assez, et celle-ci ne m’a absolument pas déçue. Je l’ai trouvée passionnante et je serais très curieuse de découvrir le manga Kasane qui raconte l’histoire de la fille d’Izana, l’héroïne de cette histoire.

Izana a été sauvée à sa naissance par Chigusa qui éleva la petite fille, la gardant cachée afin que personne dans le village n’apprenne son existence. J’ai beaucoup aimé le personnage de Chigusa, une personne pleine de bonté qui vient en aide à deux malheureux, Izana d’abord et Kingo par la suite. C’est difficile de ne pas s’attacher à Izana, cette petite fille remplie de rêves qu’elle voit un jour se briser lorsqu’elle sort de chez elle, son visage trop affreux pour que les autres la supportent. Il en est de même avec Kingo, cet enfant non désiré qui n’a pas sa place dans sa famille.

Le récit est divisé en plusieurs chapitres dans lesquels on voit Izana grandir et évoluer. Toute l’histoire se déroule autour de la légende de la Prêtresse au fard rouge, ses origines, son sens premier et les modifications qui y ont été apportées au fil du temps. C’est cette partie du livre qui m’a fascinée, j’ai énormément apprécié me plonger dedans ! La narration est partagée entre plusieurs personnages, aucun élément n’est oublié, on a toutes les cartes en main pour reconstituer le puzzle de cette fameuse histoire.

Une fois qu’Izana apprend la vérité, sur la légende, sur Chigusa et sur les habitants du village, elle laisse exploser sa haine contenue depuis de nombreuses années. Une fin terrible mais tellement bien écrite que ç’en est presque poétique et beau ! Pour ce qui est du livre en lui-même, il est aussi très travaillé avec des détails que j’apprécie tout particulièrement.

Bref, Izana la Voleuse de visage de Daruma Matsuura est une histoire qui m’a conquise du début à la fin. Une belle découverte, cruelle et captivante à la fois, qui m’a donné envie d’en savoir plus sur la suite avec le manga Kasane. Si vous aimez le manga, ce livre est fait pour vous, ou si comme moi vous ne l’avez pas encore découvert, cette histoire vous en donnera très envie !

Je remercie les éditions Lumen pour cette lecture !

lumen


Auteur : Daruma Matsuura
Date de sortie VF : 18 mai 2017
Éditeur : Lumen (317 pages – 15€)
C’est un tome unique.

À la croisée des chemins (Pivot Point #1)

« Savoir ce qui va se passer ne rend pas toujours le choix plus facile. »
La vie d’Addison Coleman est un grand « Et si ? ». En tant que Divinatrice, chaque fois qu’Addie rencontre un choix, elle peut aller voir dans le futur ce que lui réservent les deux chemins. C’est son assurance pour éviter les catastrophes. Du moins c’est ce qu’elle pense. Quand ses parents lui apprennent qu’ils vont divorcer, Addie dit choisir avec qui elle veut vivre – son père, qui va partir chez les Norms ou sa mère, qui va rester au Camp. Étant donné qu’Addie aime sa vie actuelle, sa réponse devrait être simple. Une Recherche et six semaines dans le futur vont lui prouver le contraire.

Pivot Point me tentait depuis un moment, déjà en VO, et j’ai été très contente de le recevoir via la Masse Critique de Babelio qui m’a donné l’occasion de le lire. J’ai été conquise par l’histoire d’Addie, je me suis laissée emportée sans soucis dans l’univers de Kasie West. Cette lecture était parfaite !

Dans ce premier tome, on fait la connaissance d’Addie qui doit faire un choix difficile. Rester avec sa mère et continuer la vie à laquelle elle est habituée au Camp avec les gens comme elle, ou aller vivre avec son père chez les Norms, les gens dépourvus de pouvoirs mentaux. Au début, j’ai préféré la vie d’Addie avec sa mère. Pourquoi vouloir quitter tout ce qu’elle connait pour un monde sans faculté ? Puis j’ai commencé à changer d’avis en découvrant la vie avec son père chez les Norms, surtout parce qu’un certain personnage entre en scène : Trevor !

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Addie, je me suis facilement identifiée à sa personnalité, je pense que j’aurais réagi exactement de la même façon qu’elle. J’ai aussi bien apprécié Laila, sa meilleure amie, même si elle m’a un peu agacée par moment avec son petit côté rebelle. Du côté des personnages masculins, j’ai eu un gros coup de coeur pour Trevor ! Un garçon sensible qui m’a complètement fait craquer. Son ami Rowan m’a aussi beaucoup fait rire.

Mais l’histoire ne se résume pas seulement au choix qu’Addie doit faire, cela va bien plus loin que ça et c’est là que j’ai été complètement bluffée ! Kasie West nous mêne par le bout du nez et au début on ne voit pas du tout les choses venir. Les deux histoires se déroulent en parallèle et on finit par comprendre des choses dans l’une qui nous aide dans l’autre, et inversement. J’ai trouvé que c’était très bien maîtrisé et j’ai adoré ! Finalement, au vu des événements, j’aurais fait le même choix qu’Addie. J’ai beaucoup de mal à me dire qu’il va falloir attendre la sortie en français du deuxième tome…

Bref, Pivot Point est un premier tome qui m’a conquise et que j’ai dévoré en peu de temps ! J’ai énormément apprécié cette lecture, j’ai été épatée par cette histoire autre que simplement le choix d’Addie. J’ai vraiment hâte d’avoir la suite entre mes mains et dès que je l’aurais, le tome deux ne fera pas long feu. J’ai tellement tout aimé dans ce livre ! À lire absolument !

Je remercie Babelio et la Masse Critique pour cette lecture !

image001


Auteur : Kasie West
Date de sortie VF : 22 février 2017
Éditeur : MxM Bookmark (346 pages – 17€)
Titre VO : Pivot Point
Nombre de tomes prévus : 2
Le tome suivant : Split Second

Les Flammes du Destin (The Effigies #1)

« Je m’appelle Maia Finley, j’ai seize ans et je suis la nouvelle Effigie. » Depuis quelques jours, Maia se répète ces mots en boucle, sans oser les prononcer à voix haute. Car à la minute où le monde l’apprendra, sa vie basculera. Elle deviendra une véritable célébrité, ses fans boiront la moindre de ses paroles… et son espérance de vie chutera drastiquement.
C’est que les Effigies, ces jeunes femmes dotées chacune d’un pouvoir unique lié aux quatre éléments, ne sont pas là par hasard : elles doivent protéger l’humanité des Spectres – des créatures de cauchemar – mélange de chair pourrissante et de ténèbres, qui la terrorisent depuis maintenant près d’une centaine d’années. À la mort de chaque Effigie, ses capacités, ainsi que la somme de ses souvenirs, se transmettent à son héritière choisie au hasard quelque part sur la planète. Alors, quand Manhattan subit une attaque sans précédent, Maia n’a d’autre choix que de descendre dans l’arène.

J’ai toujours eu beaucoup de mal à commencer une nouvelle lecture. Je n’aime pas quand il faut que l’histoire s’installe petit à petit. Je suis une impatiente et je préfère quand on est plongé directement dans l’intrigue sans avoir besoin de lire une centaine de pages avant que l’histoire ne commence vraiment. J’ai donc été très contente de découvrir que The Effigies démarrait sur les chapeaux de roues ! L’immersion est directe et une fois le livre commencé, je n’ai plus pu m’arrêter de lire.

Dans ce premier tome, Maia est la narratrice et la nouvelle Effigie, celle du feu. J’ai bien apprécié Maia et son caractère qui fait qu’elle ne se laisse pas marcher sur les pieds face aux autres Effigies, Belle, Lake et Chae Rin, qui ont elles aussi un caractère bien trempé ! Tout cela est nouveau pour Maia et même si c’est difficile par moment, elle ne se laisse pas abattre et mène ses petites enquêtes.

Quant aux autres Effigies, j’ai beaucoup aimé Lake qui est la plus agréable et qui soutient le plus Maia. Belle et Chae Rin sont plus énigmatiques. Les pouvoirs de Maia n’ont pas beaucoup évolués dans ce premier tome et j’espère qu’elle va s’améliorer rapidement. Du côté des personnages masculins, je suis bien entendu très intriguée par Saul et Rhys. J’espère qu’on en apprendra plus sur eux par la suite.

Le gros point positif de ce livre est son histoire très originale ! J’aime beaucoup tout ce qui se rapporte aux quatre éléments et les voir exploités de la sorte a été une agréable surprise pour moi. Si en plus c’est pour combattre face aux Spectres, des créatures cauchemardesques qui terrifient la planète, j’ai été conquise par le contexte !

On en apprend déjà beaucoup sur les Effigies, on entrevoit leurs origines, et sur la mort de Natalya, la précédente Effigies du feu que Maia remplace. J’ai trouvé l’intrigue très bien menée, les révélations sont données au compte-gouttes pour garder une bonne partie du mystère, qui entoure surtout le personnage de Saul, et pour nous donner encore plus envie de découvrir la suite. Excepté un mini coup de mou en début de deuxième partie, ce livre ne souffre d’aucun temps mort. L’action est très présente et le livre a un très bon rythme. J’ai beaucoup aimé !

Bref, le premier tome de The Effigies, Les Flammes du Destin, est un excellent tome d’introduction très addictif ! L’action démarre immédiatement et on ne s’ennuie jamais. J’ai beaucoup aimé faire la connaissance des quatre Effigies, chacune avec une personnalité bien à elle. L’idée d’utiliser les quatre éléments pour combattre des créatures des ténèbres est originale et m’a agréablement conquise. Une histoire intrigante. Je lirais la suite les yeux fermés !

Je remercie les éditions Lumen pour cette lecture !

lumen


Auteur : Sarah Raughley
Date de sortie VF : 06 avril 2017
Éditeur : Lumen (442 pages – 15€)
Titre VO : Fate of Flames
Nombre de tomes prévus : au moins 2
Le tome suivant : Siege of Shadows