Harley King, détective de l’invisible

Berlin est une grande ville. Harley King est un grand détective. Ses clients, les Toffer, sont une grande famille. L’affaire, elle, pourrait se réduire à de sordides questions d’héritage. Mais à la nuit tombée, une créature cauchemardesque assassine. Enquêteurs du paranormal, Harley, son ami Nosfe et la médium Miss Jade vont devoir agir. Si possible tant qu’il reste des vivants autour d’eux. Berlin after dark !

Harley King, détective de l’invisible est le premier livre de Patrick Mc Spare que je lis. Je vois qui est l’auteur mais je ne connais pas ses histoires alors j’étais assez curieuse de découvrir celle-ci. Et bien, j’ai passé un excellent moment aux côtés de Harley King, Nosfe et Miss Jade !

Le duo de détectives, Harley King et son ami Nosfe, est plutôt atypique mais fonctionne à merveilles. Ils ont chacun leurs particularités et amènent beaucoup d’humour au récit, le rendant dynamique, j’ai bien ri ! Avec ses pouvoirs de médium, Miss Jade agrandit leur groupe, quoique un peu rapidement sans se poser trop de question, mais là n’est pas le point principal de l’histoire et donc ça ne dérange pas trop.

Du côté de l’histoire, il s’agit d’enquêter sur la mort mystérieuse de deux membres de la famille Toffer, une famille richissime de Berlin. Le nombre de cadavres augmentant au fil du temps, une véritable hécatombe, il est plus qu’urgent que nos trois héros mettent la main sur le mystérieux assassin. Je me suis cassée la tête à de nombreuses reprises, changeant de suspect presque à chaque chapitre et j’ai beaucoup aimé ça. Le récit ne souffre d’aucun temps mort, il se passe toujours quelque chose.

Un autre aspect rend l’enquête encore plus difficile. Un point que je ne m’attendais pas du tout à retrouver dans ce genre de lecture. Une partie très importante de l’histoire et qui m’a positivement étonnée. Je n’en dirais pas plus pour que de futurs lecteurs puissent eux aussi avoir la surprise !

Bref, Harley King, détective de l’invisible de Patrick Mc Spare est une lecture très agréable. Je me suis laissée menée dans cette sombre enquête menée par un groupe assez hétéroclite. J’ai été bien surprise par ce récit entraînant et plein de rebondissements !


AuteurPatrick Mc Spare . Date de sortie : 25 octobre 2018


Publicités

Simon Thorn et la fosse aux requins (Simon Thorn #3)

Simon Thorn est prêt à tout pour protéger les Animalgames, ceux qui, comme lui, ont le don de se changer en animaux. Pour cela, il doit empêcher le terrible Orion de reconstituer une arme à la magie si puissante qu’elle lui permettrait de régner sur le monde entier.
Aussi, lorsque son meilleur ami Jam est convoqué à Avalon, le royaume sous-marin, Simon voit là une parfaite opportunité de trouver puis de protéger le fragment d’arme qui y est caché. Mais sous l’océan, la vie est bien plus dangereuse qu’à la surface.

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

On est quand même bien gâté avec la série Simon Thorn d’Aimée Carter ! Trois tomes de parus en 2018, c’est juste super car je l’apprécie beaucoup ! Dans chaque tome, on découvre un nouveau royaume Animalgame et dans ce troisième opus, on part à la découverte du monde sous-marin. J’ai beaucoup aimé !

On retrouve Simon et ses amis, Jam convoqué à Avalon dans sa famille, Winter, Ariana qui n’est pas au top de sa forme, et… Nolan ! J’ai été très contente que le frère jumeau de Simon fasse partie du voyage, il est souvent laissé en retrait et à force de vouloir le protéger, j’ai peur qu’il s’éloigne et que ce soit pire que mieux. Simon lui prend tous les risques bien qu’il ait également les pouvoirs du Roi Animal, même si c’est un secret jusqu’à présent pour encore un grand nombre de personnages.

J’ai beaucoup aimé découvrir le royaume sous-marin, plein de dangers s’y cachent et un complot notamment ici pour renverser les traditions et le pouvoir tenu d’une main de fer par le père de Jam. De plus, Orion n’est jamais bien loin… J’ai apprécié en apprendre plus sur Jam, sur sa famille composée de sept soeurs redoutables et comment fonctionne ce monde assez militaire.

Encore une fois, j’ai été emportée par les mots de l’autrice avec grande facilité. Les aventures de Simon sont toujours aussi palpitantes et on apprend encore de nouvelles choses auxquelles on ne s’attendait pas du tout. Difficile de sortir la tête hors de l’eau (héhé) dans tout ça, Simon ne sait plus à qui il peut faire vraiment confiance et le lecteur est tout aussi méfiant que lui !

Bref, Simon Thorn et la fosse aux requins d’Aimée Carter est encore une réussite selon moi. La série ne s’essouffle pas du tout et c’est toujours un réel plaisir de suivre Simon et ses amis dans leurs aventures trépidantes ! Je suis très impatiente de lire les prochains tomes pour découvrir les autres royaumes.


Autrice : Aimée Carter . Date de sortie : 15 novembre 2018
Titre VO : Simon Thorn and the Shark’s Cave


Mes autres chroniques de la série
Tome 1 . Tome 2


L’ombre de l’Ankou

Lotie, petite Parisienne de 11 ans, déménage pour la Bretagne. Une terre de légendes, lui disait-on. En guise de légende, la voilà dans un vieux manoir perché tout au bout du monde. Une bâtisse poussiéreuse, perdue sur une lande désertique. Pas de quoi enchanter la jeune fille. Elle va s’ennuyer ferme ici, sans ses amies, c’est certain. S’ennuyer ? C’est sans compter sur l’arrivée d’une étrange créature. Une silhouette encapuchonnée, armée de son immense faux, dressée sur ce bateau illuminé par cette seule lanterne. Qui est ce redoutable inconnu ? Pourquoi revient-il chaque nuit sur cette plage de galets ?

Avec L’ombre de l’Ankou de Jean Vigne, je suis à jour dans la collection Chatons Hantés des éditions du Chat Noir. C’est une collection que j’apprécie beaucoup et il ne me manquait plus que celui-ci pour avoir lu tous ceux qui sont sortis jusqu’à présent !

On se retrouve en Bretagne où Lotie et ses parents viennent de débarquer dans un ancien manoir familial. Lotie a onze ans et quitter sa vie à Paris n’est pas très facile pour elle. Je l’ai trouvée pleine d’innocence et de naïveté qui m’a fait sourire plus d’une fois. Mais Lotie a un caractère bien trempé pour une jeune fille, un peu gâtée et qui n’aime pas grand chose, mais on finit par s’y attacher.

L’auteur explore le folklore breton avec l’Ankou, silhouette encapuchonnée sur son bateau qui revient chaque nuit sur la plage près du manoir où Lotie habite avec ses parents, et qui attend les âmes des trépassés pour les emmener. Mais qui attend-t-il exactement ? La mère de Lotie atteinte d’un cancer ? Lotie ne le laissera pas faire ! J’aurais bien aimé en apprendre encore un peu plus sur le folklore breton, je suis restée un peu sur ma faim à ce niveau là.

Bref, avec L’ombre de l’Ankou de Jean Vigne, j’ai passé chouette moment dans la continuité des autres livres de la collection Chatons Hantés. J’ai aimé suivre les aventures de Lotie dans cette nouvelle maison et découvrir les mystères qui s’y cachent.


Auteur : Jean Vigne . Date de sortie : 04 avril 2018


Nox

Dans les couloirs glacés d’un asile, des voix chuchotent à votre esprit. Elles vous murmurent une destination, un village. Vous soufflent des images. Un lac cerné de neige. Une église souillée. Un brasier et les cris qu’il renferme. Elles vous content une histoire de sorcières. Vous narrent ses chapitres maudits. Sous un linceul de cendres, git une vérité que nul habitant ne pourra plus ignorer. Leurs secrets. Leurs peurs. La vôtre. Il est déjà trop tard. Bienvenue à Clairemont.

Nox est le premier roman d’Eloise Tanghe et comme je suis faible, j’ai craqué pour cette belle couverture et ce résumé intriguant. J’ai lu ce livre à l’occasion du Pumpkin Autumn Challenge, une histoire de sorcière, c’était parfait pour ce challenge ! Finalement après avoir refermé ce livre, j’ai trouvé qu’il y avait du bon et du moins bon malheureusement.

Ce que j’ai énormément apprécié dans cette histoire est le fait que l’on suive deux intrigues très semblables, l’une en 1645 où tout à commencé et l’autre dans le présent. Celle du présent est vue de deux points de vue, celui de Théa et d’Elias. Celle du passé racontée par on ne sait trop qui au début mais au fur et à mesure, on comprend qui est cet intervenant et j’ai trouvé l’idée de l’autrice vraiment très originale. C’est ce qui m’a le plus plu. J’ai également été bluffée par la fin. Peu de personnes auraient osé conclure cela comme ça et c’est plutôt pas mal !

Par contre, j’ai été un peu plus chiffonnée par l’histoire qui se déroule dans le présent et surtout par le trio principal composé de Théa, d’Elias et de Cléa. Je me plains souvent du manque d’approfondissement des personnages mais ce n’est pas le cas ici, bien au contraire, peut-être même un peu trop en fait ?

Durant leurs années de vie, ces trois-là en ont bien bavé. La vie n’a pas été tendre du tout avec eux. Qu’il y ait un personnage dramatique dans l’histoire, ça me va. Deux, à la limite. Mais là, trois sur trois, c’est un peu trop ! C’est d’ailleurs ce qui a fait que je ne me suis pas attachée à eux. On va dire que je suis difficile mais c’est comme ça que je l’ai ressenti. Je ne voyais pas ce que leurs histoires respectives apportaient à l’intrigue principale, sinon l’alourdir et ralentir le rythme.

Bref, Nox d’Eloise Tanghe est un livre où il y a du potentiel, de bonnes idées mais quelques fausses notes malheureusement. J’en ressors assez mitigée. Trois personnages à l’histoire tragique qui donnent quelques longueurs à la lecture mais un narrateur original et une fin plutôt osée rattrapent un peu le récit. 


Autrice : Eloise Tanghe . Date de sortie : 14 février 2018


The Hazel Wood

« Ne t’approche sous aucun prétexte d’Hazel Wood. » Ces quelques mots laissés par la mère d’Alice juste avant son enlèvement scellent à tout jamais le destin de la jeune fille.
Hazel Wood, la résidence légendaire d’Althea Proserpine, autrice des célèbres « Contes de l’Hinterland ». Hazel Wood, où sa petite-fille, Alice, va devoir s’aventurer. Hazel Wood, dont personne ne revient jamais. Et si Hazel Wood était bien plus qu’un simple manoir ?
Il était une fois… Hazel Wood.

The Hazel Wood est un livre qui m’intriguait beaucoup, les contes, moi j’adore ! Je pensais que c’était une réécriture d’Alice au pays des merveilles mais ce n’est pas exactement ça. Des contes il y en a, mais ce sont ceux d’Althea Prosperine, des contes très sombres, effrayants et un peu glauques sur les bords… J’ai globalement apprécié ma lecture mais j’y ai quand même trouvé quelques défauts.

Pour moi, il y a deux parties à cette histoire. Dans la première, on fait la connaissance d’Alice qui part à la recherche de sa mère disparue aux côtés de Finch, son ami passionné par les histoires de l’Hinterland. Cette première partie prend le plus de place et c’est aussi la plus lente. On n’apprend pas grand chose, Alice et Finch savent qu’il faut atteindre Hazel Wood et l’Hinterland pour retrouver la mère d’Alice mais c’est à peu près tout. Cette partie ne m’a pas vraiment ennuyée mais elle ne m’a pas tenu en haleine non plus. Je suivais passivement le déroulement des événements. Je ne me suis pas spécialement attachée à Alice ou à Finch non plus.

Par contre, dans la deuxième partie, une fois que l’on entre en Hinterland, je n’ai plus su décrocher ! Et ça c’est plutôt positif. Je me suis mieux attachée aux personnages, les réponses sont apportées et j’ai trouvé ça terriblement original. J’ai vraiment adoré cette partie onirique, c’est souvent quelque chose qui me plait et là je n’ai pas été déçue. Dommage que cette partie ne représente qu’un tiers du bouquin, j’en aurais bien repris un peu.

Dernier petit bémol, les contes m’ont manquée. Althea Prosperine, la grand-mère d’Alice en a écrit douze en tout et on en approche que deux ou trois à peine et pas en entier en plus. J’aurais aimé connaitre les contes pour accrocher mieux à l’histoire et reconnaitre les personnages qui interviennent. Un recueil de ces contes va être publié mais c’est un peu tard (je le lirai quand même hein), j’aurais aimé les découvrir en même temps que l’aventure d’Alice.

Bref, avec The Hazel Wood de Melissa Albert ce fut un peu complexe. Je me suis laissée porter à distance par la première partie qui est plus longue, m’attachant que partiellement aux personnages et à l’histoire. Puis, une fois dans l’Hinterland et à Hazel Wood, j’ai été complètement sous le charme. Un peu comme si j’avais enfin ouvert les yeux et que tout était à la fois plus coloré et plus vif. J’ai finalement passé un bon moment lecture même si l’autrice aurait pu aller plus loin en nous offrant les contes de l’Hinterland directement dans son récit. J’en garde malgré tout un très bon souvenir.


Autrice : Melissa Albert . Date de sortie : 30 janvier 2018 . Titre VF : Hazel Wood