La fille de l’eau (L’île des disparus #1)

À 12 ans, Tuva n’est pas comme les autres adolescentes. Elle ne se sent à l’aise que sur sa petite île de l’archipel de Stockholm, Harö, dont elle connaît chaque recoin et, le pense-t-elle, le moindre secret. Mais, alors que l’hiver se profile au loin et que les nuits s’étirent à n’en plus finir, une menace inquiétante tombe sur son coin de paradis… et les mythes nordiques se réveillent.

Quelle lecture génialissime ! Je pense que résumer à « qu’est-ce que c’était trop bien ! » ne va pas vraiment vous convaincre alors je vais quand même détailler un peu plus. L’île des disparus est une histoire écrite à quatre mains, où le suspense de Viveca Sten rencontre le fantastique de Camilla Sten. Un duo mère et fille pour créer un cocktail parfait ! J’ai dévoré ce livre en peu de temps, je l’ai adoré.

En commençant cette lecture, je savais juste que ça parlait de mythes nordiques grâce au résumé mais c’était à peu près tout. J’ai été complètement charmée, très agréablement surprise. On suit Tuva, une jeune fille solitaire, exclue par les autres enfants de son âge. Comment ne pas vouloir la prendre sous son aile, la protéger ? Mais Tuva est tout sauf banale, elle est même au centre de ces mythes nordiques et l’apprendra à ses dépends.

L’histoire que l’on découvre est tout simplement envoûtante et très prenante, accompagné d’un soupçon d’écologie qui a toute son importance. Les chapitres sont très courts, on tourne les pages en quête de réponse et on dévore le livre en peu de temps. Il m’a été très difficile de le poser. Je ne connais pas beaucoup les légendes nordiques et je me suis laissée porter par ces vieilles superstitions qui sont exploitées d’une main de maître, ou de quatre mains de maître plutôt ! Le récit se déroule dans des îles où des gens disparaissent et des créature surgissent du fond de l’eau. Durant ma lecture, j’ai ressenti une certaine oppression venant de la mer, sa surface lisse et noire. C’était angoissant, la tension était à son comble et c’était tellement bien. J’ai adoré.

Bref, le premier tome de L’île des disparus, La fille de l’eau, de Camilla et Viveca Sten est une histoire qui m’a énormément plu. C’était grisant de se laisser emporter un peu plus au nord, dans les îles près de Stockholm et les légendes qui y prennent vie. La lecture est intense, oppressante, angoissante. Les personnages sont intéressants et attachants. Un vrai coup de coeur pour ce récit fantastique.


Autrices : Camilla Sten et Viveca Sten . Date de sortie : 08 février 2018 . Titre VO : Djupgraven


Publicités

The Sea of Monsters (Percy Jackson and the Olympians #2)

Etre le fils de Poséidon, un honneur ou une cruelle plaisanterie ? Lorsqu’une simple partie de foot se change en bataille contre un gang de cannibales géants, Percy le demi-dieu a un terrible pressentiment… Comme le lui annonçaient ses étranges cauchemars, les frontières magiques qui protègent la Colonie des Sang-Mêlé sont empoisonnées. Pour sauver leur domaine, Percy et ses amis devront parcourir la Mer des Monstres, qui porte bien son nom.

Attention, risque de spoiler sur le tome précédent !

Je n’en suis qu’au deuxième tome sur cinq de cette saga et je peux déjà dire que c’est une saga que j’aime d’amour et qui s’inscrit dans mes chouchoutes ♥ Avec Percy Jackson, c’est simple, c’est drôle, c’est intéressant. Que demander de plus ? J’adore et je suis bien contente d’avoir la suite dans ma PAL. C’est un peu une lecture doudou avec laquelle on est certain de passer un bon moment.

L’été arrive à grand pas et Percy retourne bientôt au Camp des Sang-Mêlé sauf qu’évidemment tout ne se passe pas comme prévu. L’arbre de Thalia qui protège le camp est empoisonné et pour le sauver, Percy, Annabeth et Tyson, le nouveau venu, partent dans une nouvelle quête. Je ne m’étais pas rendue compte à quel point Percy et Annabeth m’avaient manqué ! On apprend à mieux les connaitre. Le passage avec les sirènes nous en a beaucoup appris sur Annabeth et pour Percy, j’ai déjà ma petite idée même s’il ne s’en rend pas encore compte, mais je sais qu’il est plein de courage et qu’il va faire ça bien. Tyson est le nouveau personnage du livre. Je l’ai beaucoup apprécié, sa tendresse et sa curiosité m’ont beaucoup touchée. J’ai bien apprécié Clarisse aussi même si on la voit peu.

Les mythes grecs sont très bien exploités, pas trop détaillés, ni trop peu, juste ce qu’il faut pour emporter le lecteur. Je les lis en anglais et je m’étonne toujours de la facilité avec laquelle les pages défilent sous mes yeux. Rick Riordan écrit de manière fluide, drôle et terriblement addictive. J’aime, j’aime, j’aime ! L’histoire évolue, le danger autour de Percy devient de plus en plus grand chaque jour qui passe. Le récit devient plus tendu et ce n’est pas pour me déplaire. J’ai hâte de lire la suite !

Bref, la suite Percy Jackson, The Sea of Monsters, est une valeur sûre. J’aime tout. Les personnages, le duo Percy et Annabeth me fait rêver, j’ai hâte de les retrouver dans la suite. L’histoire n’est pas en reste, Rick Riordan a une plume accrocheuse, j’apprécie beaucoup sa façon de faire évoluer nos héros dans leurs aventures. J’en réclame encore et je me demande si je serais un jour rassasiée complètement de cette saga, si elle ne va pas terriblement me manquer quand je l’aurais terminée (mais j’ai bien l’impression que si !).


 Auteur : Rick Riordan . Date de sortie : 01 avril 2006 . Titre VF : La mer des monstres


Mes autres chroniques de la série
Tome 1


Simon Thorn et le sceptre du Roi animal (Simon Thorn #1)

Simon Thorn a le pouvoir de parler aux animaux. À douze ans, il découvre le secret de ses origines : il est un Animalgame, un être capable de se transformer en animal. Et sa première métamorphose pourrait bien décider du destin de tout un peuple, car il l’ignore mais il est l’héritier du roi des aigles et de la reine des loups… en guerre depuis toujours.

Cette lecture était génialissime ! Un excellent jeunesse qui vous emportera avec rapidité dans son univers aux côtés de Simon. J’avais lu Le manoir des Immortels d’Aimée Carter qui m’avait beaucoup plu à l’époque mais je n’avais jamais continué la suite, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé la plume entrainante de l’autrice avec ce premier tome qui annonce une série très prometteuse !

Dans ce premier tome, on fait la connaissance de Simon, douze ans, qui a la faculté de parler aux animaux, ce qui est déjà pas mal. Mais Simon apprend qu’il est un Animalgame et qu’il peut aussi se transformer en animal. Je me suis très vite attachée à Simon, j’avais envie de le protéger de ceux qui lui cherchaient malheur, et ils sont plutôt nombreux et redoutables. Ensuite, j’ai été surprise par le personnage de Nolan, qui pimente un peu plus l’histoire et que j’ai fini par apprécier malgré son caractère. On rencontre également Winter, Ariana et Jam qui deviennent les amis de Simon et qui lui seront très précieux. Une belle amitié en prévision à mon avis !

Pour ce qui est de l’histoire, j’ai été emportée par ce premier tome. Le rythme est très soutenu, les pages défilent sans qu’on s’en rende compte et c’était avec un grand plaisir que j’ai découvert toutes les péripéties de Simon. Ce livre m’a bien fait cogiter ! Je me suis retournée le cerveau plus d’une fois et même en l’ayant fini, j’y réfléchis encore. J’ai adoré ma lecture qui m’a fait passer par tout un tas d’émotions. C’était trop bien!

Petit point positif en plus, la couverture. Elle est superbe non ? L’illustrateur n’est autre que David Gilson qui a également réalisé les belles couvertures du Pays des Contes, série publiée chez Michel Lafon également. J’avoue que c’est ce qui m’a convaincue de découvrir Simon Thorn. Si la série a autant de succès que Le Pays des Contes, il ne fallait pas hésiter à la découvrir, et mon petit doigt me dit que ce sera certainement le cas !

Bref, Simon Thorn et le sceptre du Roi animal d’Aimée Carter est un très bon premier tome qui ne souffre d’aucun temps mort. J’ai adoré découvrir ce nouvel univers, cette nouvelle histoire et ces nouveaux personnages qui nous réservent encore bien des surprises à mon avis. J’ai été emportée par la plume de l’autrice et ce livre m’a mis des étoiles plein des yeux. Il sort bientôt, ne passez pas à côté !


Autrice : Aimée Carter . Date de sortie : 11 janvier 2018 . Titre VO : Simon Thorn and the Wolf’s Den


En lecture commune avec Mirrorcle World


 

L’Assaut des Ombres (The Effigies #2)

Cela fait près de deux mois que Saul a disparu sans laisser de traces. Deux mois que les quatres Effigies s’entraînent sans relâche dans l’espoir de pouvoir bientôt vaincre cet homme aux pouvoirs surnaturels capable de contrôler les spectres. D’autant que le temps presse : à l’affût du moindre faux-pas, les médias du monde entier ont les yeux braqués sur elles et sur la Secte. Après tout, l’organisation mondiale, de même que les jeunes femmes, n’auraient-elles pas dû pouvoir empêcher les catastrophes qui ont récemment touché la France et les États-Unis ? Pourtant, quand l’ennemi public numéro un réapparaît enfin, rien ne se déroule comme prévu. Car Saul n’est pas seul. Des soldats aux multiples pouvoirs travaillent à ses côtés. Des hommes et des femmes revenus d’entre les morts qui pourraient bien avoir un lien avec la Secte…

Attention, risque de spoiler sur le tome précédent !

Dans L’Assaut des Ombres, on retrouve les quatre Effigies deux mois après la fin du premier tome. Dans ce deuxième tome, l’histoire est très intense. Sarah Raughley ne nous laisse aucun répit, on passe d’actions en révélations, certains mystères sont  résolus alors que d’autres soulèvent toujours plus que questions !

Même si les relations entre les quatre Effigies ne sont pas toujours les plus cordiales, elles ont appris à travailler en équipe et arrivent à maintenir un certain équilibre. Mais les secrets et les non-dits menacent cet équilibre encore bien trop fragile. La tension est palpable. J’ai eu quelques fois envie de secouer Maia et Belle. On en apprend juste un peu plus sur cette dernière dans ce tome, Lake et Chae Rin sont un peu laissées de côté.

Si l’autrice ne nous dévoile pas encore tout sur ses héroïnes, l’histoire quant à elle nous en met plein les mirettes ! La Secte n’est pas sûre, les espions et les traitres sont nombreux et on ne sait plus où donner de la tête. L’intrigue avance sur différents points : Saul accompagné de son armée monstrueuse, et les origines des Effigies et des Spectres qui est la partie qui me rend le plus curieuse. Tellement d’informations nous sont données que l’on pourrait vite s’y perdre mais ça rend la lecture tellement addictive !

Même si j’ai eu quelques difficultés à entrer dans ma lecture, ce second tome ne souffre d’aucun temps mort. Les révélations sont nombreuses et même si certaines amènent plus que questions que de réponses, on veut en savoir plus. Je pense qu’à la fin, quand tout s’accélère, j’ai dû retenir mon souffle plus d’une fois. Niveau cliffhanger, Sarah Raughley frappe fort et nous offre une fin de dingue. Je ne m’en remets pas !

Bref, L’Assaut des Ombres est un excellent second tome ! L’histoire est de plus en plus complexe. Les Effigies doivent faire face à une plus grande menace que Saul lui-même. Les traitres sont nombreux, on ne sait pas à qui accorder notre confiance et ça rend le récit encore plus tendu. On tourne les pages en quête de révélations et on est servi ! J’ai hâte de lire la suite !


Autrice : Sarah Raughley . Date de sortie : 16 novembre 2017 . Titre VO : Siege of Shadows


Mes autres chroniques de la série
Tome 1


Les larmes de l’araignée

Prudenge, ville morose dont tout le monde a oublié le nom et la gloire, jadis cité de la dentelle noire, bordée par une mer couleur de nuit, fouettée par un vent à vous glacer les sangs. Éloïse, l’apprentie funambule, y fait escale avec la petite troupe itinérante du Cirque d’Opale. Sur place, elle fait la connaissance du jeune Lucas et de son petit frère Gabin, qui se mure dans le silence depuis la mort de leur mère, et dont la seule amie est une mystérieuse araignée. Ensemble, ils se retrouvent piégés dans l’usine de dentelle désaffectée devenue le repaire de la redoutable Arachné. Les trois enfants parviendront-ils à s’échapper de son antre et à contrecarrer ses funestes projets ?

La collection Chatons Hantés du Chat Noir propose aux plus jeunes des livres courts mais qui véhiculent un beau message et de belles valeurs. L’amitié, le courage et la tolérance font partie des qualités qui sont mises en avant. Après Effroyable Porcelaine, Les larmes de l’araignée continue dans ce sens. Une histoire d’araignées, forcément, et d’amitié !

Eloïse une jeune funambule fait la connaissance de deux frère, Lucas l’ainé et Gabin le cadet, ainsi que de Pénélope l’amie araignée argentée de ce dernier. Ces jeunes n’ont déjà pas eu une vie très facile, subissant les railleries des autres enfants de leur âge. Eloïse est un personnage que j’ai trouvé lumineux. Elle ne se laissera pas faire, ni devant les autres enfants, ni devant les deux méchants de l’histoire.

À côté de ça, l’histoire nous parle d’araignées, de beaucoup d’araignées, et d’Arachné, une femme mi humaine, mi araignée. Une malédiction qui a des accents mythologiques ce qui n’est pas pour me déplaire. J’aurais souhaité qu’il y ait encore plus de mythologie. La fin m’a moins plue que celle d’Effroyable Porcelaine que j’ai trouvé plus structurée et finalisée. J’ai eu l’impression qu’il manquait quelque chose pour mieux conclure cette histoire, ça m’a un chouia déçue.

Bref, Les larmes de l’araignée de Pascaline Nolot est une histoire pour les plus jeunes avec un petit avant goût de mythologie et bien entendu, d’araignées ! À nouveau, les illustrations qui parsèment le livre sont sublimes. Une aventure d’amitié qui ravira les jeunes mais aussi les moins jeunes. Je compte lire les prochaines parutions de cette collection !


Autrice : Pascaline Nolot . Date de sortie : 08 avril 2017