La fille qui avait bu la lune

Chaque année, les habitants du Protectorat abandonnent un bébé en sacrifice à la redoutée sorcière des bois. Ils espèrent ainsi détourner sa colère de leur ville prospère. Chaque année, Xan, la sorcière des bois, se voit contrainte de sauver un bébé que les fous du Protectorat abandonnent sans qu’elle ait jamais compris pourquoi. Elle s’emploie à faire adopter ces enfants par des familles accueillantes dans les royaumes voisins. Mais cette année, le bébé en question est différent des autres : la petite a un lien étrange avec la lune et un potentiel magique sans précédent. Contre son gré, Xan se voit obligée de la ramener chez elle et de persuader ses amis réticents d’élever cette enfant pas comme les autres. Ils la baptiseront Luna et ne tarderont pas à en devenir gâteux. Xan a trouvé comment contenir la magie qui grandit à l’intérieur de la petite, mais bientôt approche son treizième anniversaire, et ses pouvoirs vont se révéler…

Au premier regard, j’ai été conquise par cette belle couverture et puis ce résumé qui m’a fort intrigué. Magie et sorcière, il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité et je n’ai pas résisté bien longtemps avant de me l’acheter et de le lire. Finalement, j’ai été assez surprise par l’histoire, je m’attendais à un récit tout autre mais ça ne m’a pas déçue pour autant, j’ai même beaucoup aimé.

Je m’étais fait toute une idée sur le déroulement de l’histoire, je ne sais pas trop pourquoi. Ma première surprise a été de constater que l’on ne suivait pas seulement Luna mais plusieurs personnages. Au début, je n’ai pas très bien compris en quoi ces différents points de vue allaient être utiles puis, au fur et à mesure de mon avancement, tout devient plus clair et en même temps plus complexe qu’il n’y parait. Et j’ai trouvé ça drôlement bien maitrisé, j’ai énormément apprécié.

D’un côté, on suit Luna, une petite fille espiègle qui a grandit dans une famille un peu particulière, composée de Xan la sorcière des bois, Fyrian un Dragonus minusculus mais avec un coeur énormus, dont la naïveté m’a fait sourire plus d’une fois, et Glerk un monstre des marais aussi vieux que le monde. Et dans la ville du Protectorat, on suit Antain qui va faire diverses rencontres qui ont chacune leur importance même si on en doute au premier abord. Je me suis attachée à cette multitude de personnages. Ils ont bon coeur, sont sincères et je les ai aimés pour cela.

La plume de Kelly Barnhill est douce et poétique. Un bon début avec une histoire de sorcière et de bébés abandonnés qui rend curieux, quelques petites longueurs à un moment mais qui ne m’ont pas dérangées car une fois que tout se met en place et converge vers un même point, je n’ai plus su m’arrêter. J’étais captivée par ce que je lisais, faisant les différents liens et découvrant bien des secrets…

Bref, La fille qui avait bu la lune de Kelly Barnhill est une histoire douce, un conte qui m’a transportée là où je ne l’attendais pas. C’est exactement le genre de récit en tome unique qui me plait et qui devient cher à mon coeur, un peu comme Déracinée que j’avais adoré. J’aurais même bien envie de le relire maintenant que j’ai toutes les pièces du puzzle en main. Si vous aimez les histoires de sorcière et de magie, n’attendez plus pour découvrir celle-ci, je suis sûre qu’elle vous plaira !


Autrice : Kelly Barnhill . Date de sortie : 02 novembre 2017 . Titre VO : The girl who drank the moon


Publicités

La Fraternité de l’Anneau (Le Seigneur des Anneaux #1)

C’est un dangereux héritage que Bilbo Bessac cède à son neveu avant de disparaître : l’anneau de pouvoir forgé par Sauron et dérobé jadis à Gollum. Le mage noir n’aspire qu’à retrouver son arme et sa puissance, et déjà ses cavaliers font route vers le Comté… Pour leur échapper et détruire la menace que représente cet anneau, le jeune Hobbit, Frodo, et ses compagnons commencent la périlleuse traversée de la Terre du Milieu, dans l’espoir d’atteindre la Faille du Destin, au coeur du Mordor.

Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien est une oeuvre que l’on ne présente plus ! J’adore les films et je ne me lasse pas de les regarder. Pourtant, je n’ai jamais lu les livres. Je dois bien avouer que ceux-ci me font un peu peur et je n’ai jamais sauté le pas. Puis, j’ai lu l’article d’Allisonline qui parlait de l’audiobook, suivi de la promotion chez Audible, il ne m’en a pas fallu plus pour me lancer dans l’aventure et écouter ce premier tome.

Et j’ai énormément aimé ! Les longues descriptions ne sont pas un problème, c’est même plutôt très agréable à écouter et c’est très intéressant. J’ai aimé en apprendre encore plus sur l’histoire, sur cet univers si riche. Même si Frodo prend carrément son temps pour quitter sa Comté, 5 heures sur les 20 de l’audiobook quand même, j’ai aimé découvrir les aventures de la Fraternité. Je sais enfin qui est Tom Bombadil et j’ai adoré les différentes histoires racontées lors du conseil d’Elrond et tout le reste. Je ne me suis pas ennuyée une seule fois !

Depuis un moment, je m’intéressais aux livres audio et j’ai trouvé ça bien pratique. Je peux écouter l’histoire quand bon me semble, en voiture, quand je cuisine, quand je prends ma douche, etc. Et c’est toujours avec autant de bonheur que je me replonge dedans.

J’ai trouvé la voix de Thierry Janssen très chouette et posée. C’est un point très important dans un audiobook (j’avais essayé d’écouter Harry Potter et non ça ne l’a pas fait). Chaque personnage a sa propre voix et je les ai trouvées assez proche des voix françaises du film, surtout pour les Hobbits, ce n’est pas déroutant, on s’y retrouve facilement.

Bref, l’audiobook La Fraternité de l’Anneau de J.R.R. Tolkien raconté par Thierry Janssen est un très bon compromis si, comme moi, les livres vous impressionnent et que vous avez peur de stagner lors de leur lecture. J’ai énormément apprécié découvrir cette histoire telle que l’a écrite son auteur, avec plein de détails et de façon si pratique en audio. Je ne regrette pas cette expérience et je compte me procurer la suite en audio également !


Auteur : J.R.R. Tolkien . Lecteur : Thierry Janssen . Date de sortie : 14 février 2018
Titre VO : The Fellowship of the Ring


Dolorine à l’École (Les Soeurs Carmines #3)

L’école de la vie n’a point de vacances. Même quand on y meurt. Pour Dolorine Carmine, la rentrée des classes est une bonne occasion de se faire de nouveaux ennemis camarades. Cependant, la fillette n’a pas trop l’habitude de parler avec les vivants. Les fantômes, en revanche… Dans le pensionnat bizarre tout à fait normal où elle atterri, les spectres manquent pourtant à l’appel. Ont-ils été chassés par les horreurs mignonnes petites bestioles des environs ? À moins qu’ils ne travaillent au laboratoire de Miss Elizabeth, la nouvelle institutrice ? Personne ne semble avoir la réponses. Monsieur Nyx veut tout brûler. Mais Dolorine reste optimiste : en fouinant partout, elle finira bien par les retrouver ! Un peu de curiosité n’a jamais tué personne… Si ?

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Toutes les bonnes choses ont une fin et malheureusement pour les lecteurs, la trilogie des Soeurs Carmines aussi ! C’est une saga que j’ai découverte en peu de temps, les deux premiers tomes ayant été engloutis lus en mars et je ne voulais pas du tout quitter Grisaille mais je n’ai pas pu résister bien longtemps avant de lire ce dernier opus.

Ce que je trouve très original dans la plume d’Ariel Holzl c’est que chaque tome n’est pas seulement raconté d’un point de vue d’une des trois soeurs, Merry, Tristabelle et Dolorine, mais qu’il est construit d’une façon qui leur est propre à chacune. Chaque tome a du style, du punch, de l’humour (noir certes, mais c’est terriblement bien) et est adapté en fonction de la soeur que l’on suit. Ca sort de l’ordinaire et j’attendais avec impatience ce dernier tome sur Dolorine qui va vivre de nouvelles aventures à l’école.

Comme on a pu le découvrir avant, Dolorine est d’une naïveté touchante, parfois un peu ridicule mais c’est ce qui fait tout son charme d’enfant. Sans être aussi malchanceuse que Merry, Dolorine arrive à se fourrer dans des coups pas possibles, qu’ils soient volontaires ou non, tout en arrivant à s’en sortir on ne sait trop comment.

Ce que j’ai également beaucoup apprécié dans cette trilogie, c’est le fait que, au premier abord, le récit peut paraître un peu sans queue ni tête mais au fur et à mesure que l’on avance, les pièces du puzzle finissent par se mettre en place et on comprend mieux les événements. Si les révélations n’ont pas été aussi nombreuses que dans le deuxième tome, on en apprend un peu plus sur Monsieur Nyx et ça, ce n’est pas négligeable !

Bref, Dolorine à l’École d’Ariel Holzl ne manque pas de cette petite touche que j’ai tant appréciée dans les deux premiers tomes, même si Belle de Gris reste mon préféré. C’est avec un petit pincement au coeur que je quitte déjà l’univers de Grisaille et ses personnages (on est sûr qu’il n’y aura pas de suite ? *yeux de petits chats larmoyants* non j’aurais trop peur de subir le sort que réserve Tristabelle aux chatons et aux maris). Ce qui est certain, c’est que je suivrais de très près les nouvelles publications de l’auteur. Je suis curieuse de ce qu’il peut encore nous faire découvrir !


Auteur : Ariel Holzl . Date de sortie : 24 mai 2018


 Mes autres chroniques de la série
Tome 1 . Tome 2


Le Faiseur de Rêves (Strange the Dreamer #1)

C’est le rêve qui choisit le rêveur, et non l’inverse…
Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.

Le Faiseur de Rêves est une des sorties qui me tentaient le plus et pourtant, une fois reçu, j’ai mis du temps à le lire. Il faut dire que c’est un gros pavé, 660 pages environ et ça me faisait un peu peur je l’avoue. Mais une fois commencé, je n’ai pas voulu le terminer trop vite, j’ai pris mon temps et je me suis régalée. J’ai aimé tout dans cette histoire.

Je n’ai pas envie de vous révéler grand chose sur ce livre. Je n’avais même pas lu le résumé avant de commencer cette lecture et la découverte fut totale et j’aimerais que ce soit pareil pour les futurs lecteurs. Je peux juste vous dire que l’on rencontre deux personnages principaux. D’abord Lazlo et puis Sarai. Si loin et si proches à la fois ♥ Pour le reste de l’histoire, je n’ose en dire plus. Motus et bouche cousue. Ce sera à vous de découvrir tout ça.

J’ai été conquise par la plume de Laini Taylor. J’ai aimé sa façon de raconter les choses et de créer un univers complexe et des personnages qui sont nuancés, approfondis et crédibles. On comprend pourquoi ils ont agi de telle ou telle façon, tantôt victimes, tantôt bourreaux. Cette lecture était à la fois grandiose, magnifique, magique et onirique. J’avais l’impression d’être dans un conte, dans un rêve et je n’avais pas du tout envie de me réveiller.

Et la fin, on en parle ? Je ne suis pas du tout d’accord de m’arrêter là. C’est frustrant au plus haut point mais la suite s’annonce terrible et je serais au rendez-vous !

Bref, Le Faiseur de Rêves de Laini Taylor est selon moi un premier tome sans défaut. C’était très beau, j’ai été conquise dès le début par le style d’écriture de l’autrice, par les personnages et l’univers qu’elle a créés, faisant durer encore un peu plus longtemps ma lecture pour ne pas la terminer trop vite. J’attends la suite avec une très grande impatience et en attendant, je ne veux que vous conseiller ce livre. Ne passez pas à côté de cette histoire.


Autrice : Laini Taylor . Date de sortie : 12 avril 2018 . Titre VO : Strange the Dreamer


Le Serviteur d’Askan (Pérismer #3)

Vaincre ou être vaincus !
Après avoir triomphé de la Reine des noctères puis chassé le maléfique Lorcraz et ses hordes de la forêt de Luisen, les cinq amis doivent maintenant se préparer pour leur dernier combat. Les habitants de Pérismer sauront-ils s’unir pour faire face à la plus grande menace qui ait jamais pesé sur leur monde ?

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

C’est toujours avec un petit pincement au coeur que je termine une série de livres et ici avec la fin de la trilogie Pérismer de Franck Dive, c’est d’autant plus vrai. Ce tome est très riche en action et c’est toujours difficile de dire au revoir à des personnages que l’on a suivi, auxquels on s’est fort attaché, surtout qu’ils en bavent bien dans ce dernier tome ! Une dernière aventure qui m’aura marquée.

À nouveau, l’auteur ne laisse pas souffler ses personnages. Les épreuves, les pertes et les déceptions les ont changés et ils ne seront plus jamais les mêmes… J’avais envie de les prendre dans mes bras, de leur dire de s’accrocher, que tout ira bien à la fin. J’en étais persuadée et pourtant ça n’a pas été sans émotion que j’ai lu ce dernier tome. Farah, Pharnis, Amonis, Erian et Colleen ont fait preuve de beaucoup de courage et de force malgré les difficultés. J’ai été très contente de les retrouver. Surtout Colleen, assez discrète dans les tomes précédents mais qui prend plus d’importance dans celui-ci.

Concernant l’histoire, la guerre fait rage et nos héros draconiques doivent s’allier et se battre contre la terrible armée d’Askan, menée par Locrarz. La tension était palpable, l’avenir de Pérismer se jouait dans ce dernier tome. Une aventure épique que j’ai été triste de quitter mais je suis vraiment heureuse d’avoir pu la découvrir, d’avoir attendu les tomes avec à chaque fois une grande impatience.

La plume de Franck Dive est toujours aussi addictive. Une fois un chapitre terminé, il est assez difficile de résister à en commencer un nouveau. J’aime beaucoup lorsque les histoires arrivent à m’emporter de la sorte. Pérismer est la première aventure de l’auteur et je suivrais ses prochaines publications avec beaucoup d’attention.

Bref, le troisième et dernier tome de la saga Pérismer de Franck Dive, Le Serviteur d’Askan, a tenu ses promesses et m’a tenu en haleine au fil des pages. J’ai pu retrouver ces cinq héros que j’affectionne tout particulièrement pour un dernier coup de poing griffu afin de sauver Pérismer de la destruction. Je me suis beaucoup attachée à cet univers, à ces personnages, et c’est avec émotion que je leur ai dit au revoir. Vous aimez la fantasy où l’auteur ne facilite pas les choses à ses protagonistes ? Ces livres sont pour vous !


Auteur : Franck Dive . Date de sortie : mars 2018


Mes autres chroniques de la série
Tome 1 . Tome 2