Le Serviteur d’Askan (Pérismer #3)

Vaincre ou être vaincus !
Après avoir triomphé de la Reine des noctères puis chassé le maléfique Lorcraz et ses hordes de la forêt de Luisen, les cinq amis doivent maintenant se préparer pour leur dernier combat. Les habitants de Pérismer sauront-ils s’unir pour faire face à la plus grande menace qui ait jamais pesé sur leur monde ?

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

C’est toujours avec un petit pincement au coeur que je termine une série de livres et ici avec la fin de la trilogie Pérismer de Franck Dive, c’est d’autant plus vrai. Ce tome est très riche en action et c’est toujours difficile de dire au revoir à des personnages que l’on a suivi, auxquels on s’est fort attaché, surtout qu’ils en bavent bien dans ce dernier tome ! Une dernière aventure qui m’aura marquée.

À nouveau, l’auteur ne laisse pas souffler ses personnages. Les épreuves, les pertes et les déceptions les ont changés et ils ne seront plus jamais les mêmes… J’avais envie de les prendre dans mes bras, de leur dire de s’accrocher, que tout ira bien à la fin. J’en étais persuadée et pourtant ça n’a pas été sans émotion que j’ai lu ce dernier tome. Farah, Pharnis, Amonis, Erian et Colleen ont fait preuve de beaucoup de courage et de force malgré les difficultés. J’ai été très contente de les retrouver. Surtout Colleen, assez discrète dans les tomes précédents mais qui prend plus d’importance dans celui-ci.

Concernant l’histoire, la guerre fait rage et nos héros draconiques doivent s’allier et se battre contre la terrible armée d’Askan, menée par Locrarz. La tension était palpable, l’avenir de Pérismer se jouait dans ce dernier tome. Une aventure épique que j’ai été triste de quitter mais je suis vraiment heureuse d’avoir pu la découvrir, d’avoir attendu les tomes avec à chaque fois une grande impatience.

La plume de Franck Dive est toujours aussi addictive. Une fois un chapitre terminé, il est assez difficile de résister à en commencer un nouveau. J’aime beaucoup lorsque les histoires arrivent à m’emporter de la sorte. Pérismer est la première aventure de l’auteur et je suivrais ses prochaines publications avec beaucoup d’attention.

Bref, le troisième et dernier tome de la saga Pérismer de Franck Dive, Le Serviteur d’Askan, a tenu ses promesses et m’a tenu en haleine au fil des pages. J’ai pu retrouver ces cinq héros que j’affectionne tout particulièrement pour un dernier coup de poing griffu afin de sauver Pérismer de la destruction. Je me suis beaucoup attachée à cet univers, à ces personnages, et c’est avec émotion que je leur ai dit au revoir. Vous aimez la fantasy où l’auteur ne facilite pas les choses à ses protagonistes ? Ces livres sont pour vous !


Auteur : Franck Dive . Date de sortie : mars 2018


Mes autres chroniques de la série
Tome 1 . Tome 2


Publicités

L’Ouragan de Cristal (Le Dernier Royaume #5)

Magnus et Cléo devront tester la force de leur amour face au retour du terrible roi du sang qui se prétend un homme changé, en quête de rédemption. Lucia, enceinte de l’enfant d’une Sentinelle, a échappé aux griffes du terrible dieu du Feu. Alors que la magie qui l’habite s’éteint progressivement, elle est prête à tout pour accomplir la prophétie qui assurera la survie de son enfant, quitte à le payer de sa vie. Amara a pris le trône de Mytica de force et se retrouve dans l’incapacité de déchaîner le pouvoir aquatique du cristal qu’elle a volé. Sans cette magie, la gloire et la vengeance restent hors de portée pour elle. Jonas, de retour à Mytica, souhaite renverser Amara, mais le destin le pousse sur le chemin de la belle princesse Lucia et il la rejoint dans une périlleuse aventure.

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Ce tome cinq, je ne l’attendais plus. Il avait été annoncé que la suite ne sortirait pas en français et j’avais été terriblement frustrée et déçue. Et puis, environ deux ans après le tome quatre, il a finalement été publié pour le plus grand bonheur des fans de cette saga. Je suis joie et j’ai encore passé un moment très chouette avec ce livre qui a tenu ses promesses et qui a même été plus loin encore !

J’ai une très bonne mémoire en ce qui concerne mes lectures, je savais encore plus ou moins où on avait laissé Magnus, Cléo, Jonas et Lucia. À part quelques noms et événements par-ci par-là, je m’y suis plutôt bien retrouvée. J’ai été relire ma chronique du tome précédent pour savoir un peu ce que je vous racontais et Magnus est toujours mon personnage favori. Le couple Magnus-Cléo m’a carrément fait rêver ! J’aime beaucoup les romances où deux ennemis tombent amoureux, ça ne se fait pas facilement et c’est toujours compliqué de maintenir le cap mais j’adore ça et ils me l’ont bien rendu. J’apprécie toujours beaucoup Félix également. J’aime beaucoup les autres protagonistes qui ont tous un petit quelque chose d’attachant (pas le Roi Gaius ni Amara, faut pas pousser quand même), mais ces trois là ont ma petite préférence.

Pour ce qui est de l’histoire, Morgan Rhodes ne cesse de me surprendre ! Il est impossible de deviner ce qu’il va se passer, l’histoire et les personnages sont imprévisibles et j’adore ça. J’ai pris un peu de temps à me remettre dans le bain mais après ça a été tout seul. À un moment, une grande majorité des personnages se trouvent au même endroit et à partir de là, impossible de lâcher le bouquin. C’était terrible et ça m’a passionnée !

Evidemment, comme à chaque fin de tome, Morgan Rhodes nous laisse sur un « petit » détail qui nous donne envie d’avoir le livre suivant là tout de suite. Je bous littéralement. De rage et d’impatience. C’est pas très sympa de nous faire ça quand même ! « Non non non non non… Raaah mais put*** lutin ! » ont été mes mots en refermant le livre. Je croise fort fort les doigts pour que le sixième tome soit publié.

Bref, L’Ouragan de Cristal, cinquième tome du Dernier Royaume de Morgan Rhodes, est une pure merveille ! J’ai été conquise à la fois par ces personnages incroyables et par cette histoire imprévisible. J’ai vraiment beaucoup aimé, je ne suis pas déçue du tout par ce que j’ai lu. Certaines histoires s’essoufflent parfois au fil des tomes mais ce n’est pas le cas ici. Les fans de la première heure comme moi ou les nouveaux, ruez vous sur ce tome cinq, il est juste parfait !


Autrice : Morgan Rhodes . Date de sortie : 29 mars 2018 . Titre VO : Crystal Storm


Mes autres chroniques
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3 . Tome 4


Le Dieu Oiseau

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Enfin, la nouvelle compétition est sur le point de commencer. L’occasion pour Faolan de prendre sa revanche. Sa vengeance aura-t-elle le goût du sang ?

Lorsque j’ai commencé ma lecture du nouveau livre d’Aurélie Wellenstein, Le Dieu Oiseau, j’avais très envie de découvrir cette histoire dont on disait que c’était le roman le plus fort et le plus brutal de l’autrice à ce jour, j’étais très curieuse mais j’avais aussi un peu peur de ne pas accrocher. Avec Les Loups Chantants et La Mort du Temps, j’avais globalement bien aimé ma lecture mais il me manquait toujours un petit quelque chose au final pour l’apprécier pleinement et j’avais peur de me retrouver dans ce même cas de figure. Alors, verdict ? J’ai beaucoup aimé, du début à la fin, sans soucis !

Dans ce tome unique, Faolan est le personnage principal. Esclave depuis dix ans, c’est le moment pour lui de retrouver sa liberté et de se venger de ses tortionnaires, surtout de son maître Torok qui lui fait subir les pires des sévices depuis de nombreuses années. J’ai tout de suite détesté Torok ! Faolan quant à lui est déterminé et fera tout pour reporter la Quête du Dieu Oiseau, ces années de brutalité ont fait de lui un homme plein de hargne, il ne reculera devant rien pour se venger.

Au niveau de l’histoire, je suis bien d’accord avec le fait de dire qu’il s’agit du livre le plus brutal d’Aurélie Wellenstein qui n’y allait déjà pas avec le dos de la cuillère. Par moment, je ne me sentais pas spécialement au mieux de ma forme en lisant certains passages, on parle quand même de dévorer ses adversaires. Mais c’est le livre qui veut ça, le lecteur doit aussi en passer par là. Durant toute ma lecture, j’ai envisagé plein de possibilités sur le déroulement de l’histoire et sur la fin. Aurélie Wellenstein m’ayant déjà surprise à de nombreuses reprises, je pouvais m’attendre à tout.

L’écriture de l’autrice est toujours autant addictive. Cette lecture fait réfléchir et nous fait nous poser – ou du moins, à Faolan – les bonnes questions sur toute cette Quête du Dieu Oiseau. Par contre, je ne peux pas dire que je me suis attachée, et encore moins identifiée, à Faolan ou aux autres personnages. L’ambiance du livre est ainsi faite, une compétition et un seul vainqueur, pas d’attachement et encore moins de pitié pour qui que ce soit.

Bref, Le Dieu Oiseau me réconcilie avec les histoires d’Aurélie Wellenstein et j’en suis bien contente. J’ai aimé me triturer la tête pour deviner les événements qui allaient se passer et j’ai aimé être surprise encore une fois par l’autrice. L’univers est sombre, très brutal, gore, on ne nous avait pas menti. Âme sensible vous voilà prévenues !


Autrice : Aurélie Wellenstein . Date de sortie : 22 mars 2018


De la même autrice
La Mort du Temps . Les Loups Chantants

Belle de gris (Les Soeurs Carmines #2)

Trois semaines séparent Tristabelle Carmine du Grand Bal de la Reine. Trois semaines pour trouver la robe de ses rêves, un masque, une nouvelle paire d’escarpins… et aussi un moyen d’entrer au Palais. Car Tristabelle n’a pas été invitée. Mais ça, c’est un détail. Tout comme les voix dans sa tête ou cette minuscule série de meurtres qui semble lui coller aux talons. En tout cas, elle ne compte pas rater la fête. Quitte à écumer les bas-fonds surnaturels de Grisaille, frayer avec des criminels, travailler dans une morgue ou rejoindre un culte. S’il le faut, elle ira même jusqu’à tuer demander de l’aide à sa petite sœur. Car Tristabelle Carmine est une jeune femme débrouillarde, saine et équilibrée. Ne laissez pas ses rivales ou ses admirateurs éconduits vous convaincre du contraire. Ils sont juste jaloux. Surtout les morts.

Attention, risque de spoiler sur le tome précédent !

Aussitôt fini le premier tome des Soeurs Carmines, je ne pouvais que me jeter sur le deuxième, Belle de gris. Comment faire autrement ? Je voulais trop savoir ce qui arrive à Merry mais attention, c’est Tristabelle qui raconte l’histoire et qui se moque bien de notre inquiétude au sujet de sa cadette !

J’avais quelques réticences concernant Tristabelle qui est la narratrice principale dans ce second tome. Tristabelle est une vraie peste, une nombrilisme sans coeur et j’avais peur d’en avoir un peu marre à force de la lire, de faire vite le tour. Et je me suis bien trompée, mes craintes se sont vite envolées tellement j’ai ADORÉ suivre Tristabelle ♥ Elle est folle, loufoque mais c’est tellement drôle, je me suis régalée !

Concernant les autres soeurs, Merryvère et Dolorine, on les voit peu et elles m’ont quand même manquées. La fratrie Carmine est composée de trois soeurs bien différentes et j’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur leurs origines. Je m’en doutais pour celles de Tristabelle, j’adore avoir raison, et l’auteur arrive à faire encore mieux que ce que je m’étais imaginé.

Concernant l’histoire, elle pourrait passer pour une banale préparation à un bal mais pas aux côtés de notre jolie rousse ! Tristabelle ne reculera devant rien pour obtenir son invitation et pour être la plus magnifique des invitées. Pour cela, elle nous emmène dans des histoires les plus abracadabrantes possibles, jusqu’à traumatiser une pauvre Vampire (j’ai beaucoup ri) ! En plus de cela, on ne s’ennuie pas car d’autres intrigues se mettent en place, des meurtres qui semblent conduire droit vers Tristabelle, le retour cinglé de Kat, etc.

Bref, je me suis régalée avec Belle de gris d’Ariel Holzl, le deuxième tome de la série Les soeurs Carmines ! Il n’y a rien que je n’ai pas aimé, c’est un sans faute. Tristabelle est complètement déjantée pour notre plus grand plaisir, l’histoire est au top du top et devient encore plus intense au fil des pages. J’ai adoré ! Je suis vraiment impatiente d’avoir le troisième tome entre les mains, surtout que ce sera au tour de Dolorine de nous raconter une histoire. Une série qui a fait sa place parmi mes préférées !


Auteur : Ariel Holzl . Date de sortie : 16 novembre 2017


 Mes autres chroniques de la série
Tome 1

Le complot des corbeaux (Les Soeurs Carmines #1)

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses soeurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les moeurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône. Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues…

Ca faisait si longtemps que je voulais lire Les Soeurs Carmines d’Ariel Holzl que je n’ai pas hésité à acheter les deux premiers tomes lors de la foire du livre de Bruxelles (où j’ai bien dévalisé le stand des Indés de l’Imaginaire d’ailleurs). J’ai adoré ce premier tome qui m’a fait découvrir un univers très particulier et des personnages qui le sont tout autant !

Les trois soeurs Carmines sont Tristabelle, Merryvère et Dolorine, très différentes tant par leur physique que par leur personnalité. Une famille déjantée et peu commune que j’ai énormément appréciée. Tristabelle est énervante et égocentrique à souhait, Merry a carrément la poisse et Dolorine qui est d’une naïveté touchante et drôle, propre à son jeune âge. Monsieur Nyx m’a beaucoup fait rire, tout en m’effrayant un peu avec ses idées plus que malsaines, heureusement Dolorine refuse plus d’une fois de céder à ses caprices. Trois personnages originaux et attachants (même Tristabelle, si si !). Chaque tome est du point de vue d’une des trois soeurs, Merry commence avec cet opus, puis ce sera au tour de Tristabelle, qui va nous en faire voir de toutes les couleurs je parie, et Dolorine pour le troisième.

L’histoire n’est pas en reste ! J’ai adoré cette ambiance glauque, noire dans laquelle Ariel Holzl arrive à nous faire découvrir un univers très intéressant et très riche. J’ai beaucoup aimé sa plume que j’ai trouvée fluide et agréable. On se prend vite au jeu. J’ai été très curieuse, avide d’en apprendre plus sur les différentes familles mais aussi sur la famille Carmine. Et mon dieu, cette fin ! Je comprends pourquoi il faut avoir le second tome sous la main une fois le premier terminé.

Bref, ce qui ressort de ma lecture du premier tome des Soeurs Carmines, Le complot des corbeaux, d’Ariel Holzl, c’est beaucoup d’originalité, d’humour souvent noir mais parfaitement bien distillé, trois soeurs différentes que j’ai adorées et une intrigue prenante. Une très bonne lecture et comme je n’étais pas prête à quitter tout ça, je suis déjà en train de lire la suite !


Auteur : Ariel Holzl . Date de sortie : 16 mars 2017


 Mes autres chroniques de la série
Tome 2