DanMachi – La légende des Familias #4

En venant à bout du Minotaure, Bell a battu le record de rapidité de passage au rang supérieur et est devenu le lièvre le plus rapide du monde. Alors qu’il ne souhaite que repartir à l’aventure, toute l’attention d’Orario se concentre sur lui, et les offres pour former un équipe pleuvent. Pris dans cette tornade de popularité, il ne sait plus où donner de la tête lorsque, soudain, il rencontre Welf Crozzo, le mystérieux forgeron qui a créé sa première armure.
Découvrez également deux histoires courtes illustrant sa relation avec Nahaza d’une part et avec Hestia d’autre part !

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

DanMachi est un light novel que j’aime beaucoup. C’est une histoire qui se lit rapidement et qui relate les aventures de Bell, unique membre de la petite Famillia d’Hestia, dans le donjon de la cité d’Orario. Cette suite m’a beaucoup plue, j’ai beaucoup aimé le nouveau personnage !

Dans ce quatrième tome, on retrouve Bell quelques jours après son passage au niveau 2. Une évolution qui défie toute logique et qui attire l’attention des autres aventuriers et des Dieux. Avec ce changement de niveau, Bell est beaucoup plus fort et plus rapide. Sa progression dans le donjon ne cesse d’augmenter et c’est très chouette à lire car il y a encore plus de combats et de difficultés à surmonter.

L’équipe que forme Bell et Lili s’agrandit avec le forgeron Welf Crozzo qui les rejoint. J’ai beaucoup aimé ce personnage. Depuis la rencontre de Bell et de Lili, je me méfie toujours des nouveaux protagonistes avant de découvrir leur histoire complète et leurs réelles intentions. Mais Welf m’a tout de suite plu. On apprend de nombreuses choses sur lui et on comprend tout à fait pourquoi il refuse de forger des armes magiques, quitte à faire chuter sa côté de popularité et sa renommée.

On en apprend également plus sur le Denatus, l’assemblée des Dieux afin de discuter de choses et d’autres mais surtout d’attribuer des titres aux aventuriers, comme La Princesse à l’Épée pour Aiz. J’ai trouvé ça assez drôle, les Dieux essayant de donner les titres les plus ridicules selon eux, moi j’ai trouvé qu’ils n’étaient pas si mal. Sauf pour Bell malheureusement, son titre aurait pu être plus sympa !

Ensuite, on a droit à deux histoires courtes, Quest x Quest et La Campanella de la déesse. La première nous en apprend plus sur les quêtes et on y retrouve le personnage de Nahaza. Si comme moi vous avez oublié qui c’était, c’est le seul membre de la Familia de Miach, le Dieu ami d’Hestia avec ses cheveux longs, spécialisée dans la fabrication de potion que l’on croise une fois dans les tomes précédents. La seconde histoire est centrée sur Hestia et Bell et se déroule peu de temps après la création de leur Familia.

Bref, ce quatrième tome de DanMachi La légende des Familias, de Fujino Omori est un tome qui m’a bien plu. À part l’arrivée de Welf Crozzo dans l’équipe, il ne s’y passe pas grand chose mais j’ai trouvé le rythme mieux réparti que dans le tome précédent. Bell évolue de plus en plus rapidement et on a également appris plus de choses sur les Dieux avec le Denatus. Une série que j’aime beaucoup, j’ai hâte de découvrir la suite !

banniere erelle FINI2

En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries

Je remercie les éditions Ofelbe pour cette lecture !

logoOfelbe


Auteur : Fujino Omori
Date de sortie VF : 24 mai 2017
Éditeur : Ofelbe (301 pages – 13,99€)
Titre VO : Is it wrong to try to pick up girls in a dungeon ?
Nombre de tomes prévus : 11 tomes parus au Japon pour l’instant
Mes autres chroniques :Tome 1, Tome 2, Tome 3

La Mémoire de Babel (La Passe-Miroir #3)

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Deux ans et sept mois que Thorn a disparu. Aujourd’hui, il faut agir, exploiter les indices glanés à la lecture du Livre de Farouk et les brides d’informations divulguées par Dieu. Ophélie décide de rejoindre l’arche de Babel, cosmopolite et joyau de modernité, également dépositaire des archives mémorielles du monde. Sous une fausse identité, elle intègre le Mémorial en tant qu’apprentie virtuose. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? Ophélie a-t-elle une chance de retrouver la trace de Thorn ?

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Le troisième tome de La Passe-Miroir est une suite que j’attendais avec énormément d’impatience, lorsque j’ai vu la couverture pour la première fois sur les réseaux sociaux, j’en ai presque oublié de respirer, tellement je voulais le lire. Mais lorsque j’ai reçu le livre, j’étais assez craintive de le commencer, très probablement à cause du fait que Thorn a disparu depuis presque trois ans, ce qui était énorme et ça me faisait assez peur. Mais je l’ai lu et comme pour les deux premiers tomes, malgré l’épaisseur du bouquin, je ne voulais pas le terminer, je voulais rester dans cet univers encore un petit peu ♥

Presque trois ans ont passé et on retrouve Ophélie qui a été obligée de retourner sur Anima, son arche d’origine. Ophélie est sous surveillance et dès qu’elle en a eu l’occasion, elle s’est enfuie sur l’arche de Babel où elle espère en apprendre plus sur Dieu et retrouver Thorn par la même occasion. Ophélie prend une fausse identité et devient Eulalie à qui on ne facilite pas la vie non plus. J’ai beaucoup aimé l’évolution d’Ophélie, elle devient de plus en plus forte et s’affranchit malgré tout ce qu’on lui fait subir ! Elle finit par retrouver Thorn là où elle l’attendait le moins. Ah ces deux-là ! Ils m’en ont fait voir de toutes les couleurs, mon petit coeur battant pour eux ! Thorn est un personnage auquel je me suis beaucoup attachée dans le second tome et ce n’est pas prêt de changer, je l’adore encore plus.

Pour ce qui est des autres personnages que l’on connait déjà comme Archibald, Tante Roseline, Berenilde, etc, ils sont assez absents et même s’ils m’ont manqué, de nouveaux personnages font leur entrée dans cette histoire et on ne s’ennuie pas non plus avec eux. J’ai détesté Mediana et ses cousins de tout mon être même si j’ai fini par avoir pitié d’elle. Octavio m’a énormément surprise dans le bon sens. Tous les personnages, les bons comme les mauvais, sont tellement bien approfondis que c’en est juste impressionnant !

Avec ce troisième tome, Christelle Dabos nous confirme encore son incroyable talent ! L’univers est maîtrisé à la perfection. C’est avec un immense bonheur que je me suis replongée dans cette histoire pas si simple et terriblement bien ficelée. J’ai été captivée par les révélations sur Dieu, sur l’Autre et sur Ophélie également. Je ne trouve pas les mots assez puissants pour exprimer ce que j’ai ressenti durant toute ma lecture et surtout à la fin de ce troisième tome. J’ai retenu mon souffle de nombreuses fois, le coeur battant la chamade, j’avais peur pour ces personnages que j’aime énormément et peur aussi à cause de ce qui nous est révélé.

Bref, La Mémoire de Babel est un troisième tome d’une excellente qualité ! J’ai adoré retrouver Ophélie et Thorn sur l’arche de Babel. Christelle Dabos a une imagination hors du commun et une maîtrise incroyable de son univers, qui est tellement riche et tellement passionnant. Si vous avez aimé les deux premiers tomes, celui-ci ne vous décevra pas, et si vous n’avez pas encore découvert La Passe-Miroir, n’hésitez plus, foncez !

Je remercie les éditions Gallimard Jeunesse pour cette lecture !

gallimard-jeunesse_logo


Auteur : Christelle Dabos
Date de sortie VF : 01 juin 2017
Éditeur : Gallimard Jeunesse (18€ – 465 pages)
Nombre de tomes prévus : 4
Mes autres chroniques de cette série : Tome 1, Tome 2

La Reine des noctères (Pérismer #1)

Ils sont cinq. Cinq adolescents qui vivent depuis leur plus jeune âge dans un monastère isolé du monde extérieur. Par une nuit tragique, ils échappent de justesse à l’agression de ténébreuses créatures et, pour survivre, doivent se résoudre à l’exil. Un long périple les attend, au cours duquel ils n’auront pas d’autre choix que d’apprendre à s’entraider et à dépasser leurs différences, car face à eux se dresse la Reine des noctères, un fléau qui les considère déjà comme ses pires ennemis.

Le premier tome de Pérismer a été une très bonne surprise pour moi ! Je ne m’attendais pas à accrocher autant. J’avais commencé à lire le premier chapitre avant de faire une petite pause dans mes lectures fantasy, une pause qui a été bénéfique car ça m’a permis de me replonger pleinement dans ce livre que j’ai beaucoup aimé !

Dans ce premier tome, on rencontre de nombreux personnages dont cinq adolescents, trois garçons, Amonis, Pharnis, Erian, et deux filles plus jeunes, les jumelles Swenn et Colleen. On a les pensées de chacun, ce qui nous permet de ne pas se perdre et d’en apprendre beaucoup plus que si on ne suivait qu’un seul protagoniste mais j’aurais aimé avoir plus souvent le point de vue des jumelles.

Tous les cinq sont bien différents, chacun avec son propre pouvoir et sa propre personnalité, mais tous ont une chose en commun et j’ai énormément aimé ces révélations, j’ai hâte d’en apprendre encore plus et de voir ce que cela va donner par la suite. Je n’ai pas de préférence entre ces cinq là, il n’y en a pas un que j’ai moins aimé que les autres, je les ai tous appréciés. J’ai également beaucoup aimé Farah, la jeune fayeries, et Etan d’Ismaval qui viennent s’ajouter au groupe. Par contre, il y a des personnages comme Osan dont je me suis tout de suite méfiée !

Du côté de l’histoire, je l’ai trouvé assez originale, surtout pour ce qui concerne les origines des protagonistes principaux. À un moment, j’ai eu beaucoup de mal à poser ce livre. Un événement a tout déclenché, c’est d’ailleurs le passage qui est représenté sur la couverture. Ca m’a beaucoup touchée et je n’ai pas su reposer le livre, le quittant à regret pour aller travailler, ce qui ne m’empêchait pas d’y penser !

J’ai malgré tout eu un peu du mal avec la fin, je n’ai probablement pas saisi tous les enjeux finaux mais ça ne m’empêchera pas de lire la suite. Concernant l’écriture, la plume de Franck Dive est fluide et très agréable. Je n’ai eu aucun mal à imaginer le monde de Pérismer et les différents lieux que découvrent nos héros. Les chapitres sont courts, les pages se tournent sans que l’on s’en aperçoive et l’auteur n’est pas toujours tendre avec ses personnages, ce qui rend l’histoire encore plus réelle.

Bref, le premier tome de Pérismer, la Reine des noctères de Franck Dive est un bon premier tome, une chouette découverte ! J’ai beaucoup aimé faire la connaissance des différents personnages, qui en ont vu de toutes les couleurs, et j’ai hâte de les voir évoluer. Une histoire très originale que je vous encourage à découvrir !

banniere erelle FINI2

En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries

Je remercie les Indés de l’Imaginaire et le label Naos pour cette lecture !


Auteur : Franck Dive
Date de sortie VF : 18 novembre 2016
Éditeur : Naos (350 pages – 17,90€)
Nombre de tomes prévus : 3
Le tome suivant : L’Ombre de Luisen (2017)

Caraval (Caraval #1)

Bienvenue à Caraval ! Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps ! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous vous plongiez dans notre univers, gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un jeu… Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà de ce portail est réel, mais ce n’est qu’illusions. Alors prenez garde à ne pas trop vous laisser emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques, mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l’on ne se réveille pas…

Caraval est un livre qui me tentait beaucoup depuis sa sortie, les avis étant très positifs, je ne l’ai pas laissé trainer trop longtemps dans ma bibliothèque. Même si pour moi ce n’est pas un coup de coeur, j’ai réellement passé un très bon moment lecture aux côtés de Scarlett, Julian et Tella ! En plus, j’avais très envie de me remettre à l’anglais alors c’était la bonne occasion.

Dans ce premier tome, on fait la connaissance de deux soeurs qui vivent sur une petite île, Scarlett et Donatella. Deux soeurs bien différentes tant physiquement qu’au niveau du caractère. Scarlett, qui est le protagoniste principal, est plus réservée et plus prudente, Tella est quant à elle plus extravertie et moins mature. Mais Caraval va les révéler tout autre ! Aussi, j’ai directement détesté leur père, quel monstre, ça m’a révoltée ! Par contre pour ce qui est de Julian, je l’ai tout de suite apprécié même s’il cache de nombreuses choses, c’est un personnage que j’ai beaucoup aimé.

En plus de ses personnages très vrais et approfondis, Caraval a une histoire excellente et inattendue ! Durant toute ma lecture, je ne savais plus où donner de la tête, je ne savais plus à qui je pouvais réellement faire confiance. Caraval est un monde, une ambiance à part. Il y a la magie et le rêve, l’intrigue principale donne un très bon rythme à la lecture. C’était très intense et j’ai douté de tout jusqu’à la toute fin. Justement, concernant cette fin, elle m’a rendue très curieuse et je ne louperais sous aucun prétexte la sortie du deuxième et dernier tome !

je l’ai lu en anglais et je l’ai trouvé très abordable et facile à lire. L’écriture de Stephanie Garber est fluide, agréable et très efficace. J’ai été tellement curieuse de découvrir le fin mot de cette histoire que je n’ai pas vu les pages défiler, moi qui pourtant lit plus lentement en anglais !

Bref, j’ai énormément apprécié le premier tome de Caraval de Stephanie Garber. Je comprends pourquoi il a eu autant de succès auprès des lecteurs. Les personnages comme Scarlett, Tella et Julian ont su conquérir mon coeur, je les ai adorés et ils m’ont énormément surprise. L’histoire est vraiment bien ficelée, on n’apprend que la vérité à la toute fin et honnêtement je ne m’attendais pas à cela. J’ai hâte de découvrir la suite et je ne peux que vous encourager à lire Caraval à votre tour !


Auteur : Stephanie Garber
Date de sortie VO : 31 janvier 2017
Éditeur : Flatiron Books (407 pages – 18,99$)
Titre VF : Caraval
Nombre de tomes prévus : 2


Capture d’écran 2016-04-13 à 18.08.01

Chimère Captive (Les Arpenteurs de rêves #1)

Fraîchement débarquée à Lyon pour ses études, Céleste regrette le climat d’outre-mer et la vie avec son père. Mais les choses commencent à changer le jour où elle découvre qu’elle peut naviguer dans les rêves des autres et les modifier, à l’instar de ses nouveaux colocataires.
Si vous pouviez changer les rêves d’autrui, le feriez-vous ? Si vous découvriez un un songe qui n’appartient à personne, le visiteriez-vous ? Et comment réagiriez-vous si vous viviez tout cela… dans la peau d’un gros labrador ?

Chimère Captive, le premier tome des Arpenteurs de rêves, de Mathieu Rivero est un livre qui me tentait beaucoup lors de sa sortie et j’ai été très contente lorsque j’ai reçu ce livre en partenariat avec les Indés de l’Imaginaire lors de leur action autour du label Naos. Malheureusement pour moi, c’est une déception. J’ai l’impression d’être passée complètement à côté de cet univers et de ces personnages !

Chimère Captive n’est pas un livre très épais, il ne fait même pas 200 pages et je trouve que l’histoire aurait mérité plus d’explications, plus d’élaboration du thème des rêves. J’ai été complètement laissée dans le flou, un peu comme quand on suit une conversation dont on ne vous explique aucun des éléments clés. J’ai eu l’impression que l’histoire passait du coq à l’âne sans que le lecteur s’y retrouve, comme si l’histoire était plus développée et que l’on avait retiré des parties au hasard. Je n’ai pas compris pourquoi Céleste allait rendre visite à Wielder, ni même d’où sort ce personnage, pourquoi Mano était si obsédé par le Grand Songe et qu’est-ce que le Grand Songe au final ? Je suis passée à côté de tout… J’ai eu l’impression de découvrir une histoire en mode accéléré.

Concernant les personnages, je ne m’y suis pas attachée. Je ne me suis ni identifiée et ni intéressée à eux. Tout ce qui leur arrivait me paraissait lointain et cela vient du fait qu’ils ne sont pas approfondis du tout, on ne les connait pas, on n’apprend rien d’eux au fil de la lecture. De plus, la narration est partagée entre quatre protagonistes ce qui fait qu’on s’éparpille encore plus. Je n’ai pas compris non plus certaines réactions des personnages.

Et tout ça est vraiment dommage car je trouve que le monde des rêves est un sujet qui peut être vraiment génial s’il est bien exploité ! J’aurais aimé avoir plus de précision sur le Grand Songe et sur les capacités des Arpenteurs de rêves. Puis on entraperçoit un autre univers avec les fés dont Obéron, je pense qu’on en apprendra plus sur cette partie là dans la suite.

Bref, Chimère Captive est une déception pour moi. Je me suis complètement perdue dans ces événements sans queue ni tête et je ne m’y suis pas retrouvée une seule fois. C’est une histoire et des personnages qui auraient mérité plus d’approfondissement et de détails car l’univers en vaut la peine et c’est dommage. Je ne compte malheureusement pas lire la suite.

Je remercie les Indés de l’Imaginaire et le label Naos pour cette lecture !


Auteur : Mathieu Rivero
Date de sortie VF : 18 août 2016
Éditeur : Naos (176 pages – 14€)
Nombre de tomes prévus : 3
Le tome suivant : Songe Suspendu (20 avril 2017)