Les ombres assassines (L’académie diplomatique d’Isuldain #1)

La secte d’Anghor l’avait promis à Isuldain : sa capitale Éa-Kyrion connaîtrait la pire vague de terreur de son histoire. Ce jour de vengeance est arrivé ! Mêlées à la population, les Ombres assassines commettent des crimes ciblés, organisent des attentats, sèment la mort. L’empereur mobilise toutes ses forces, des simples portiers aux Chevaliers d’Isuldain. Même sa prestigieuse Académie diplomatique est sollicitée. La toute jeune chambrée des Crépusculaires entre avec fougue dans cette affreuse crise. Pourtant, elle a déjà ses propres conflits internes à surmonter, ce défi inouï de faire vivre et agir ensemble un semi-orque, deux elfes, un Maraudeur au caractère bien trempé, une Sorcière des Mondes glauques et un ancien élève de la Confrérie des magiciens. S’ils y parviennent, combien périront ?

Je suis finalement venue à bout de ce livre ! Au début de ma lecture du premier tome de L’académie diplomatique d’Isuldain, Les ombres assassines, d’Arthur Ténor, je n’ai pas accroché du tout ni à l’histoire ni aux personnages. Et j’en suis la première attristée. Je l’ai mis en pause pendant deux mois avant de le rependre récemment. Et cette pause a été plus que bénéfique pour mieux reprendre cette lecture !

Ce livre avait tout pour me plaire, un thème innovant, des élèves apprenant la diplomatie plutôt que le combat, plusieurs races qui se côtoient, mais j’ai eu beaucoup de mal avec plus du premier tiers du roman. Je ne me suis attachée à aucun personnages. On rencontre tout de suite six protagonistes principaux, c’est un nombre assez important et c’est assez difficile de s’y attacher en si peu de pages. J’ai trouvé que l’auteur restait trop en surface les concernant, on n’en apprend pas assez pour déclencher un quelconque attachement pour l’un deux.

Au niveau du style et de l’histoire, je m’y suis perdue aussi. L’écriture est lourde, les dialogues sont peu crédibles et les événements décousus et un peu brouillons. J’avais vraiment du mal à entrer dans l’histoire et j’ai fini par perdre la motivation pour continuer ma lecture. J’ai mis le livre en pause un bon moment, hésitant même à le reprendre…

Finalement, cette pause a été plutôt bénéfique ! J’ai repris ma lecture et j’ai même accroché. Malgré que les défauts cités plus haut soient toujours présents, j’ai lu l’histoire d’un oeil neuf pour laisser sa chance à ce livre. J’ai lu la fin de ce premier tome bien plus rapidement, ça m’a fait du bien mais je ne compte pas lire la suite.

Bref, le premier tome de L’académie diplomatique d’Isuldain, Les ombres assassines, d’Arthur Ténor est une lecture qui m’a donné du fil à retordre. Des personnages qui s’enflamment à la moindre étincelle mais qui m’ont parus trop peu approfondis. Une histoire qui promettait d’être intéressante mais qui ne m’a malheureusement pas convaincue. Malgré une pause qui a soulagé ma lecture, j’étais contente de terminer ce livre pour pouvoir passer à autre chose.


Auteur : Arthur Ténor . Date de sortie : 23 août 2018


Publicités

Le sanctuaire des Dieux (Terre de Brume #1)

Dans un univers envahi par la Brume, deux jeunes femmes unissent leur magie pour sauver le monde de la destruction.  Depuis l’enfance, Héra vit dans le Sanctuaire des Prêtres de l’Eau, où elle apprend à maîtriser sa magie pour devenir Guerrière. Au cours d’une mission, elle rencontre Intissar, une Sœur du Feu venue avertir les habitants d’un terrible danger. Mais il est déjà trop tard : une vague de Brume, peuplée de créatures ni mortes ni vivantes, frappe le Sanctuaire. Et elle frappera encore.

Ce n’est pas un secret, je suis une fan inconditionnelle de ce qu’écrit Cindy Van Wilder. J’ai lu tous ses livres, je n’ai jamais été déçue et j’attends toujours sa prochaine parution avec impatience ! N’ayant pas pu m’empêcher de jeter un coup d’oeil au résumé, l’attente avant de pouvoir lire celui-ci parut encore plus longue mais ça en valait la peine !

Dans ce premier tome de Terre de Brume, la narration est partagée entre Héra et Intissar qui ne se connaissent pas mais la rencontre entre elles deux arrive assez rapidement. Ce nouveau duo fonctionne plutôt bien. L’eau et le feu, deux éléments qui s’opposent mais les deux jeunes femmes trouvent une certaine harmonie au contact de l’autre. Elles n’ont pas fini de nous éblouir, j’en suis persuadée. Pour ce qui est des autres personnages, j’ai regretté de ne pas les voir assez mais j’ai été émue par trois jolis clins d’oeil qui y sont glissés ♥

En ce qui concerne l’histoire, je n’ai pas été déçue. Les histoires avec les éléments sont celles que j’apprécie le plus. J’adore vraiment ça et j’ai été agréablement surprise de constater que l’eau peut être plus fougueuse que le feu ! Dans ce monde recouvert d’une Brume envahissante et mortelle, remplie de créatures qui ne nous veulent pas du bien, j’ai aimé suivre les découvertes d’Héra et Intissar. On en apprend déjà pas mal mais cela soulève d’autres questions, j’ai donc hâte de découvrir la suite et d’en savoir plus sur cet univers.

Bref, le premier tome de Terre de Brume, Le Sanctuaire des Dieux, de Cindy Van Wilder est une lecture que j’ai beaucoup aimée. J’ai trouvé original l’idée d’une Brume qui recouvre le monde, le rendant dangereux et angoissant. Ajoutez à cela de la maîtrise élémentaire et deux héroïnes au caractère bien trempé, ça donne un cocktail qui fonctionne plutôt bien et qui m’a beaucoup plu ! 


Autrice : Cindy Van Wilder . Date de sortie : 19 septembre 2018


De la même autrice
Les Outrepasseurs . Memorex . La lune est à nous . Mulberry Tree


DanMachi – La légende des Familias #6

Après le combat contre le Goliath Noir, le calme revient sur le Donjon et sur Orario. Bell en profite alors pour passer du bon temps avec ses amis et en particulier Welf et Lili. Seulement, il continue à attirer l’attention et surtout l’animosité de certains aventuriers. Alors que l’un d’eux se moque ouvertement de sa déesse, il cède avec fureur à la provocation sans savoir qu’il fait en réalité le jeu d’un certain dieu… Dans quel piège Bell est-il sur le point de tomber ?

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Lorsque j’ai eu terminé le cinquième tome, je l’avais trouvé fabuleux, épique, magistral, j’avais dit que c’était le meilleur de la série jusqu’à présent. Et quand mon amie Cranberries m’a dit que ce tome six était encore meilleur, j’ai eu du mal à y croire. Alors verdict ? Même si j’ai une préférence pour l’opus précédent avec les nombreuses révélations qui y sont faites, celui-ci a tenu ses promesses et envoie du très très lourd !

Le calme revient sur la ville et le Donjon mais pas pour longtemps. Bell est la cible d’un dieu et un combat décisif entre Familias s’engage, c’est quitte ou double. Pour une fois, l’action se déroule hors du Donjon, pas de monstres mais des aventuriers qui se battent entre eux, c’est encore plus intense.

L’action arrive d’un coup et après il est impossible de relâcher son attention. Fujino Omori ne semble avoir aucune limite dans son histoire et dans ce qu’il fait vivre au lecteur, et ça rend la lecture encore plus palpitante ! Honnêtement, je ne m’attendais pas à ce que le récit monte en puissance à ce point. Ca me donne encore plus envie d’avoir la suite et de voir jusqu’où Bell nous emmènera.

Les personnages sont le gros point fort dans DanMachi. J’ai été tellement touchée que j’avais envie d’aller les retrouver dans l’histoire et de les serrer dans mes bras d’un gros câlin plein de gratitude. Beaucoup de choses changent dans ce tome. La Familia d’Hestia s’agrandit par nécessité mais surtout par amitié. C’était très touchant à lire.

Bref, avec ce sixième tome de DanMachi – La légende des Famillias de Fujino Omori, l’histoire ne s’essouffle pas, bien au contraire, elle se poursuit dans la lignée du tome précédent que j’avais complètement adoré. Une bataille bluffante où Bell et ses amis font front commun contre une Familia entière pour défendre leur honneur et leur amitié. J’ai beaucoup aimé !


Auteur : Fujino Omori . Date de sortie : 26 avril 2018
Titre VO : Is it wrong to try to pick up girls in a dungeon ?


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3 . Tome 4 . Tome 5


La fille qui avait bu la lune

Chaque année, les habitants du Protectorat abandonnent un bébé en sacrifice à la redoutée sorcière des bois. Ils espèrent ainsi détourner sa colère de leur ville prospère. Chaque année, Xan, la sorcière des bois, se voit contrainte de sauver un bébé que les fous du Protectorat abandonnent sans qu’elle ait jamais compris pourquoi. Elle s’emploie à faire adopter ces enfants par des familles accueillantes dans les royaumes voisins. Mais cette année, le bébé en question est différent des autres : la petite a un lien étrange avec la lune et un potentiel magique sans précédent. Contre son gré, Xan se voit obligée de la ramener chez elle et de persuader ses amis réticents d’élever cette enfant pas comme les autres. Ils la baptiseront Luna et ne tarderont pas à en devenir gâteux. Xan a trouvé comment contenir la magie qui grandit à l’intérieur de la petite, mais bientôt approche son treizième anniversaire, et ses pouvoirs vont se révéler…

Au premier regard, j’ai été conquise par cette belle couverture et puis ce résumé qui m’a fort intrigué. Magie et sorcière, il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité et je n’ai pas résisté bien longtemps avant de me l’acheter et de le lire. Finalement, j’ai été assez surprise par l’histoire, je m’attendais à un récit tout autre mais ça ne m’a pas déçue pour autant, j’ai même beaucoup aimé.

Je m’étais fait toute une idée sur le déroulement de l’histoire, je ne sais pas trop pourquoi. Ma première surprise a été de constater que l’on ne suivait pas seulement Luna mais plusieurs personnages. Au début, je n’ai pas très bien compris en quoi ces différents points de vue allaient être utiles puis, au fur et à mesure de mon avancement, tout devient plus clair et en même temps plus complexe qu’il n’y parait. Et j’ai trouvé ça drôlement bien maitrisé, j’ai énormément apprécié.

D’un côté, on suit Luna, une petite fille espiègle qui a grandit dans une famille un peu particulière, composée de Xan la sorcière des bois, Fyrian un Dragonus minusculus mais avec un coeur énormus, dont la naïveté m’a fait sourire plus d’une fois, et Glerk un monstre des marais aussi vieux que le monde. Et dans la ville du Protectorat, on suit Antain qui va faire diverses rencontres qui ont chacune leur importance même si on en doute au premier abord. Je me suis attachée à cette multitude de personnages. Ils ont bon coeur, sont sincères et je les ai aimés pour cela.

La plume de Kelly Barnhill est douce et poétique. Un bon début avec une histoire de sorcière et de bébés abandonnés qui rend curieux, quelques petites longueurs à un moment mais qui ne m’ont pas dérangées car une fois que tout se met en place et converge vers un même point, je n’ai plus su m’arrêter. J’étais captivée par ce que je lisais, faisant les différents liens et découvrant bien des secrets…

Bref, La fille qui avait bu la lune de Kelly Barnhill est une histoire douce, un conte qui m’a transportée là où je ne l’attendais pas. C’est exactement le genre de récit en tome unique qui me plait et qui devient cher à mon coeur, un peu comme Déracinée que j’avais adoré. J’aurais même bien envie de le relire maintenant que j’ai toutes les pièces du puzzle en main. Si vous aimez les histoires de sorcière et de magie, n’attendez plus pour découvrir celle-ci, je suis sûre qu’elle vous plaira !


Autrice : Kelly Barnhill . Date de sortie : 02 novembre 2017 . Titre VO : The girl who drank the moon


La Fraternité de l’Anneau (Le Seigneur des Anneaux #1)

C’est un dangereux héritage que Bilbo Bessac cède à son neveu avant de disparaître : l’anneau de pouvoir forgé par Sauron et dérobé jadis à Gollum. Le mage noir n’aspire qu’à retrouver son arme et sa puissance, et déjà ses cavaliers font route vers le Comté… Pour leur échapper et détruire la menace que représente cet anneau, le jeune Hobbit, Frodo, et ses compagnons commencent la périlleuse traversée de la Terre du Milieu, dans l’espoir d’atteindre la Faille du Destin, au coeur du Mordor.

Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien est une oeuvre que l’on ne présente plus ! J’adore les films et je ne me lasse pas de les regarder. Pourtant, je n’ai jamais lu les livres. Je dois bien avouer que ceux-ci me font un peu peur et je n’ai jamais sauté le pas. Puis, j’ai lu l’article d’Allisonline qui parlait de l’audiobook, suivi de la promotion chez Audible, il ne m’en a pas fallu plus pour me lancer dans l’aventure et écouter ce premier tome.

Et j’ai énormément aimé ! Les longues descriptions ne sont pas un problème, c’est même plutôt très agréable à écouter et c’est très intéressant. J’ai aimé en apprendre encore plus sur l’histoire, sur cet univers si riche. Même si Frodo prend carrément son temps pour quitter sa Comté, 5 heures sur les 20 de l’audiobook quand même, j’ai aimé découvrir les aventures de la Fraternité. Je sais enfin qui est Tom Bombadil et j’ai adoré les différentes histoires racontées lors du conseil d’Elrond et tout le reste. Je ne me suis pas ennuyée une seule fois !

Depuis un moment, je m’intéressais aux livres audio et j’ai trouvé ça bien pratique. Je peux écouter l’histoire quand bon me semble, en voiture, quand je cuisine, quand je prends ma douche, etc. Et c’est toujours avec autant de bonheur que je me replonge dedans.

J’ai trouvé la voix de Thierry Janssen très chouette et posée. C’est un point très important dans un audiobook (j’avais essayé d’écouter Harry Potter et non ça ne l’a pas fait). Chaque personnage a sa propre voix et je les ai trouvées assez proche des voix françaises du film, surtout pour les Hobbits, ce n’est pas déroutant, on s’y retrouve facilement.

Bref, l’audiobook La Fraternité de l’Anneau de J.R.R. Tolkien raconté par Thierry Janssen est un très bon compromis si, comme moi, les livres vous impressionnent et que vous avez peur de stagner lors de leur lecture. J’ai énormément apprécié découvrir cette histoire telle que l’a écrite son auteur, avec plein de détails et de façon si pratique en audio. Je ne regrette pas cette expérience et je compte me procurer la suite en audio également !


Auteur : J.R.R. Tolkien . Lecteur : Thierry Janssen . Date de sortie : 14 février 2018
Titre VO : The Fellowship of the Ring