Moi, Simon, 16 ans, Homosapiens

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement :
1/ Ils fréquentent le même lycée.
2/ Blue est irrésistible.
3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.)
Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Marin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé? Pas si sûr…

J’ai enfin découvert l’histoire de Simon et ce, même avant de voir le film ce qui est plutôt un exploit vu tout l’engouement qu’il y a autour. Un ami m’a prêté le livre et je n’ai pas attendu très longtemps avant de le lire et j’ai beaucoup beaucoup aimé !

Moi, Simon, 16 ans, Homosapiens de Becky Albertalli est une lecture que je qualifierais de petite lecture du bonheur, un livre doudou qui nous fait nous sentir bien. Une lecture rafraichissante, j’ai été surprise que Simon ne s’apitoie pas sur son sort lorsque son homosexualité est révélée au grand jour et ça fait du bien. Une histoire plein de vie, de joie et de douceur. C’est un roman qui nous dit que, peu importe l’orientation sexuelle, la couleur de peau, le poids et autre, tout ira bien.

J’ai adoré tous les personnages sans exception ! Simon est tellement attendrissant, ses réflexions et sa façon de penser sont simples mais tellement vraies, tellement humaines. Et puis, il y a Blue. Impossible de ne pas craquer pour ces deux-là. Leurs échanges de mails ont rythmé ma lecture, je me suis vite prise au jeu et je me suis creusé les méninges pour deviner qui se cachait sous le pseudonyme de Blue.

La famille et les amis de Simon ne sont pas en reste. J’adore ce genre de famille, loufoque avec des petites traditions rien qu’à eux. Leur lien n’en est que renforcé. Du côté des amis, je me suis plus attachée à la pétillante Abby, on la voit un peu plus que Nick et Leah. Plusieurs messages forts sont passés via ces différents personnages et j’ai beaucoup aimé ça aussi.

Bref, il n’y a rien que je n’aie pas aimé dans Moi, Simon, 16 ans, Homosapiens de Becky Albertalli ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire, celle de Simon, de Blue, de sa famille et de ses amis. Un livre qui nous fait nous sentir bien. J’y repenserais encore longtemps, un moment lecture plein de tendresse. Bon on va voir le film ? Le tout en mangeant des oréos bien sûr !


Autrice : Becky Albertalli . Date de sortie : 15 avril 2015
Titre VO : Simon vs the Homo Sapiens Agenda


Publicités

Mes Bandes Dessinées #15 : Magic 7

Ils sont sept : le Spirit, l’Alchimiste, l’Enchanteur, le Télépathe, la Démoniste, le Devin et le Shaman. Sept adolescents dotés de dons surnaturels uniques qu’ils ont du mal à comprendre. Bientôt, ils réaliseront que leurs pouvoirs sont immenses et ensemble, ils pourront sauver le monde… ou le détruire.

Ce week-end, il y avait une brocante de bandes dessinées près de chez moi et j’en ai profité pour acheter les trois premiers tomes de Magic 7, une série qui me tentait depuis un moment. J’ai beaucoup apprécié ma lecture et j’ai fait la rencontre de sept adolescents, tous différents l’un de l’autre.

On suit principalement Léo, le Spirite qui voit des fantômes. J’ai une petite préférence pour Farah et Alice. Farah pour son maniement du feu, même si la contrepartie est terrible et Alice car elle est toute mignonne à savoir toujours tout sur tout. Les trois premiers tomes sont consacrés à la reconstitution du groupe des Magic 7 et maintenant que c’est fait, j’ai vraiment hâte de découvrir les tomes suivants.

Niveau dessins, ils ont un petit côté manga qui me plait beaucoup. Concernant le style de l’histoire, j’aime beaucoup même si à quelques moments j’ai été un peu perdue, soit parce que l’action allait un peu trop vite soit parce qu’il y a beaucoup de personnes à suivre dans une même case, par exemple lorsque Léo est entouré des fantômes qu’il arrive à voir. Mais à part ça, c’est très chouette.

Une dizaine de tomes est prévue et dans le quatrième tome (je ne sais pas si ce sera le cas pour les autres), d’autres dessinateurs interviendront pour prendre part à l’aventure, sous forme de flash-backs pour comprendre mieux l’histoire. L’idée me plait mais j’espère que ce ne sera pas trop déstabilisant. De plus, à partir du tome quatre, les dessinateurs changent. Ce ne sont plus Rosa La Barbera et Giuseppe Quattrocchi mais Kenny Ruiz qui s’occupera de la partie contemporaine. J’ai déjà vu quelques dessins et j’aime toujours, je préfère même ce nouveau style.

Bref, Magic 7 de Kid Toussaint est une bonne découverte. Sept protagonistes hauts en couleur, une histoire vieille de plusieurs siècles, des pouvoirs magiques et des dessins qui me plaisent, que demander de mieux ? Je ne tarderais pas à me procurer la suite je pense !

 

Le Combat de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur #4)

Les sorcières de Pendle deviennent de plus en plus malfaisantes. Le plus inquiétant, c’est que les trois clans – les Deane, les Malkin et les Mouldheel – préparent une alliance. Ensemble, ils seraient capables d’invoquer le Diable en personne ! Tom et son maître vont se rendre là-bas pour éviter le pire. Mais avant, Tom Ward doit passer chez lui pour récupérer les malles que sa mère lui a laissées en héritage. Or, une fois sur place, il découvre que la ferme a été ravagée, la grange brûlée.

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Après ma relecture du troisième tome, je n’ai pas tardé bien longtemps avant de me jeter sur celui-ci ! Ce n’était pas la lecture que j’avais prévue mais je n’avais pas envie de quitter l’univers et les personnages. Et il me restait ce tome quatre qui attendait sagement dans ma bibliothèque, alors le choix a été vite fait.

Je me souviens que lors de ma première lecture, j’avais moins aimé ce tome-ci et je ne comprends pas pourquoi car maintenant je l’ai beaucoup apprécié ! On en apprend plus sur la mère de Tom, on sait enfin ce que contiennent ces fameuses malles, surtout deux d’entre elles. Mais on doit attendre un peu pour ça car elles ont été volées par les sorcières de Pendle qui s’allient entre elles, les trois clans différents, pour invoquer le Diable en personne.

L’Épouvanteur est assez absent dans ce tome-ci, et parfois il aurait bien été utile car il arrive plein de choses à Tom. Mais heureusement Alice est toujours présente pour le sortir de là, même si elle n’est pas toujours en meilleure condition non plus. De nouveaux personnages font leur apparition et ça fait du bien, malgré le fait que certains m’aient pas mal agacés, comme Mab. J’ai trouvé qu’elle en faisait trop et trop rapidement à mon goût. C’est un personnage que j’ai toujours eu du mal à cerner. Ensuite, on aperçoit furtivement Grimalkin, une terrible sorcière qui deviendra un de mes protagonistes préférés, rien que ça !

Au niveau de l’histoire, on en apprend plus sur les différents clans de sorcières et leurs coutumes. Ce tome-ci a beaucoup d’importance car il marque un tournant dans l’histoire même si on ne s’en rend pas encore compte à ce point-ci. Tout ce qu’il se passe dans les prochains tomes va être lié à ça, ce ne sera plus un méchant différent à chaque tome. Joseph Delaney sait où il veut nous emmener, dissimulant les indices et les prophéties par-ci par-là.

Bref, le Combat de l’Épouvanteur est un quatrième tome qui marque le début de rudes épreuves que vont subir nos personnages. Même si l’Épouvanteur m’a paru fort absent, j’ai énormément apprécié ma redécouverte de l’histoire et ce qu’il y a autour des sorcières de Pendle. Bien dommage que je n’aie pas les autres tomes dans ma bibliothèque car j’aurais continué sur ma lancée !


Auteur : Joseph Delaney . Date de sortie : 13 mars 2008 . Titre VO : Attack of the Fiend


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3Tome 6,5


Le Secret de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur #3)

Alors que le froid se fait plus vif, l’Epouvanteur reçoit un message qui semble grandement le perturber. Il décide aussitôt de quitter Chipenden pour se rendre dans sa maison d’hiver, à Anglezarke. La vieille demeure est lugubre : dans les profondeurs obscures de ses caves sont enfermées des sorcières et des gobelins. Quant au mystérieux auteur de la lettre, qui rôde dans les parages, il se révèle être l’ennemi juré de John Gregory. Au cours de longs mois d’hiver, Tom découvre peu à peu le passé caché de son maître. L’Epouvanteur doit-il payer le prix de ses erreurs de jeunesse ? Lorsque certains secrets qu’il a toujours dissimulés, seront finalement dévoilés, Tom va se trouver en grand danger…

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Je continue ma relecture de cette fantastique saga ! Même si j’ai hâte d’arriver au cinquième tome, qui est mon favori jusqu’à présent (je n’ai lu que jusqu’au tome sept), ce troisième tome m’a à nouveau bien plu ! On en apprend plus sur l’Épouvanteur et son secret, son passé.

Dans ce tome trois, Tom et l’Épouvanteur se rendent dans la résidence d’hiver de ce dernier. Et ils ne vont pas être seuls ! Il y aura Meg, la sorcière lamia que John Gregoy, amoureux, n’a pu se résoudre à enfermer dans une fosse. Mais le sort de Meg n’est pas des plus enviables malgré tout… On retrouve aussi Alice mon personnage préféré pour mon plus grand bonheur ! Elle a encore un grand rôle à jouer et elle n’est pas prête de les quitter de sitôt.

Au niveau de l’histoire, beaucoup de choses changent pour Tom, surtout du côté familial et c’est la partie qui a le plus d’importance selon moi. Par contre, le méchant de ce tome-ci fait pâle figure devant les autres que l’on a déjà eu l’occasion de croiser, tels que Lizzie l’Osseuse, Mère Malkin, le Fléau, mais aussi devant ceux que l’on n’a pas encore croisés (et que j’ai hâte de retrouver malgré tout). Avec la présence de Meg, le passé de l’Épouvanteur se dévoile de plus en plus et j’ai fortement apprécié cela.

C’est une saga considérée comme jeunesse mais je crois que j’aurais été terrifiée si j’avais lu ça quand j’étais plus jeune. C’est très bien écrit et je n’ai eu aucun problème à m’imaginer les différentes scènes, même les plus affreuses, qu’elles se déroulent à la cave ou au grenier !

Bref, Le Secret de l’Épouvanteur de Joseph Delaney est encore une chouette relecture ! J’ai aimé le fait d’en apprendre un peu plus sur le passé de l’Épouvanteur grâce à Meg. Beaucoup de choses se mettent déjà en place même si c’est léger. J’ai hâte de poursuivre ma relecture de cette saga !


Auteur : Joseph Delaney . Date de sortie : 15 mars 2007 . Titre VO : Night of the Soul Stealer


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2 . Tome 4Tome 6,5


Alice de l’Autre Côté du Miroir (Alice #2)

alice-de-lautre-cote-du-miroir

Après une très belle édition illustrée d’Alice au pays des merveilles, Benjamin Lacombe sublime la distorsion du temps et de l’espace avec « De l’autre côté du miroir ». Dans cette suite directe du chef-d’oeuvre de Lewis Carroll (traduite par Henri Parisot), Alice décide de passer « de l’autre côté du miroir » et s’y métamorphose ! De pion, elle deviendra reine. Le monde du miroir se présente comme un monde inversé. L’espace et le temps y sont mis à mal… Il faut courir très vite pour rester sur place !

Je n’avais pas encore lu Alice de l’Autre Côté du Miroir de Lewis Carroll mais je comptais bien le faire et l’occasion s’est présentée avec cette magnifique édition illustrée par Benjamin Lacombe ! J’ai lu en français Alice au Pays des Merveilles également illustré par Benjamin Lacombe et j’avais été émerveillée par les dessins, c’est aussi le cas pour cette suite !

Dans Alice au Pays des Merveilles, j’avais été étonnée de ne pas retrouver la plupart des éléments présents dans le dessin animé de Disney comme par exemple Twideuldie et Twideuldeume avec leur histoire des huitres qui se font dévorer par le Morse et le Charpentier, les fleurs du jardin et l’apparition de Heumpty Deumpty (pas dans le Disney celui-ci). Et j’ai été très contente de les retrouver dans cette suite !

Il s’agit là encore d’une histoire loufoque et sans dessus dessous. J’ai aimé suivre Alice, toujours fidèle à elle même, dans cet échiquier géant qui n’en a pas l’apparence. J’ai souri de nombreuses fois devant les diverses situations cocasses ou les dialogues qui sont pris dans un sens du terme auquel on ne s’attend pas ! L’univers de Lewis Carroll par excellence !

À nouveau, les dessins sont magnifiques et Benjamin Lacombe nous prouve encore une fois son incroyable talent. On retrouve encore des pages à déplier pour découvrir une jolie illustration cachée dessous. À la fin du conte, il y a une partie avec des contes mathématiques et des exercices de logiques, j’avoue que je ne suis pas attardée plus que cela dans cette partie de peur de m’y perdre mais j’ai trouvé l’idée originale.

Bref, Alice de l’Autre Côté du Miroir est à l’image d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll illustrée par Benjamin Lacombe, une pure merveille en ce qui concerne le récit et les illustrations ! J’ai aimé découvrir cette histoire que je ne connaissais pas encore. Un livre que tout fan de l’oeuvre de Carroll doit avoir en sa possession.

img_2729 img_2731 img_2733 img_2735


Auteur : Lewis Carroll. Illustrateur : Benjamin Lacombe . Date de sortie : 30 novembre 206


Mes autres chroniques
Tome 1

Du même illustrateur
Ondine