Moi, Simon, 16 ans, Homosapiens

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement :
1/ Ils fréquentent le même lycée.
2/ Blue est irrésistible.
3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.)
Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Marin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé? Pas si sûr…

J’ai enfin découvert l’histoire de Simon et ce, même avant de voir le film ce qui est plutôt un exploit vu tout l’engouement qu’il y a autour. Un ami m’a prêté le livre et je n’ai pas attendu très longtemps avant de le lire et j’ai beaucoup beaucoup aimé !

Moi, Simon, 16 ans, Homosapiens de Becky Albertalli est une lecture que je qualifierais de petite lecture du bonheur, un livre doudou qui nous fait nous sentir bien. Une lecture rafraichissante, j’ai été surprise que Simon ne s’apitoie pas sur son sort lorsque son homosexualité est révélée au grand jour et ça fait du bien. Une histoire plein de vie, de joie et de douceur. C’est un roman qui nous dit que, peu importe l’orientation sexuelle, la couleur de peau, le poids et autre, tout ira bien.

J’ai adoré tous les personnages sans exception ! Simon est tellement attendrissant, ses réflexions et sa façon de penser sont simples mais tellement vraies, tellement humaines. Et puis, il y a Blue. Impossible de ne pas craquer pour ces deux-là. Leurs échanges de mails ont rythmé ma lecture, je me suis vite prise au jeu et je me suis creusé les méninges pour deviner qui se cachait sous le pseudonyme de Blue.

La famille et les amis de Simon ne sont pas en reste. J’adore ce genre de famille, loufoque avec des petites traditions rien qu’à eux. Leur lien n’en est que renforcé. Du côté des amis, je me suis plus attachée à la pétillante Abby, on la voit un peu plus que Nick et Leah. Plusieurs messages forts sont passés via ces différents personnages et j’ai beaucoup aimé ça aussi.

Bref, il n’y a rien que je n’aie pas aimé dans Moi, Simon, 16 ans, Homosapiens de Becky Albertalli ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire, celle de Simon, de Blue, de sa famille et de ses amis. Un livre qui nous fait nous sentir bien. J’y repenserais encore longtemps, un moment lecture plein de tendresse. Bon on va voir le film ? Le tout en mangeant des oréos bien sûr !


Autrice : Becky Albertalli . Date de sortie : 15 avril 2015
Titre VO : Simon vs the Homo Sapiens Agenda


Publicités

Ennemis (Ennemis #1)

Une étrange épidémie frappe toutes les personnes de plus de 14 ans, les tuant ou les changeant… en morts-vivants. Livrés à eux-mêmes, les enfants s’organisent en clans. L’un d’eux, mené par le charismatique Arran, se réfugie dans un supermarché et apprend un jour l’existence d’un abri au centre de la ville dévastée… A pied, sans protection, les voilà qui parcourent les rues obscures… tandis que dans l’ombre, les morts-vivants guettent.
Ils vous traquent. Ils vous tuent. Ils vous dévorent. Fuyez !

J’aime beaucoup les histoires de zombies et tout ce qui va avec, du coup il ne fallait pas que je passe à côté de ce premier tome ! Une lecture sympathique malgré quelques défauts.

L’épidémie touche les personnes âgées de plus de 14 ans, ne restent alors que des enfants seul dans les rues de Londres. L’histoire me fait un peu penser à Gone de Michael Grant où il n’y a que des enfants et que je n’ai pas aimé, du coup j’avais un peu peur… mais heureusement, ce n’est presque pas la même chose ! Au niveau des personnages, on reçoit tout un tas de noms et d’informations du premier coup, c’est le premier point négatif. J’ai eu un peu de mal à m’y retrouver au début. Les principaux personnages sont Arran, Maxie, Blue, P’tit Sam, Freak, Achille, Olive, David, etc. Bref, y en a beaucoup ! Néanmoins, je me suis rapidement attachée à eux, avec une préférence pour Maxie et P’tit Sam.

Au niveau de l’histoire, la narration alterne. A un moment, on suit tout un groupe, passant dans les pensées de l’un à l’autre, et après on ne suit qu’un personnage isolé des autres. Ca peut paraître un peu brouillon tout ça mais on s’y retrouve étonnamment bien. Ce changement de narration permet d’être au courant de ce qu’il se passe un peu partout. On ne rate rien et c’est très sympa. En ce qui concerne les zombies, « les adultes » comme on les appelle dans ce livre, ils sont bien différents de ce que j’ai déjà pu lire ! En effet, certains groupes d’adultes sont très fuyards, ils ont peur et ne sont pas très dangereux. Au contraire, certains groupes d’adultes sont à éviter, ceux-ci étant organisés et violents, dont un zombie en particulier auquel il faudra faire très attention par la suite.

Le début du livre est un peu lent, il a fallu dépasser les 150 premières pages pour que tout commence à se mettre en place et à bouger un peu plus. Outre, les zombies, il faut aussi se méfier des autres enfants. Des clans se forment et il est difficile de savoir à qui donner sa confiance, pour certains protagonistes, j’ai douté jusqu’au bout ! Certains enfants sont carrément tordus et ont soif de pouvoir, alors qu’il ne faut pas oublier que l’ennemi c’est les adultes. On n’est pas non plus au bout de nos peines avec Charlie Higson ! L’auteur n’hésite pas à tuer ses personnages, même ceux qu’on pensait ne jamais voir mourir, si si. On n’est jamais au bout de nos surprises, et c’est un bon point pour cette histoire. J’ai hâte de lire la suite pour savoir où tout ça va nous mener.

Bref, Ennemis tome 1 de Charlie Higson est une lecture très sympa si vous aimez les histoires de zombies. Après un démarrage un peu lent, le récit prend place et ça devient de plus en plus difficile de lâcher ce livre ! Je lirai la suite sans problème.


Auteur : Charlie Higson . Date de sortie : 01 juin 2011 . Titre VO : The Enemy