Poussière Fantôme

Être guide touristique spécialisé dans les mystères du Montréal hanté n’est pas facile tous les jours ! Mais ça l’est encore moins quand on peut réellement converser avec les fantômes ! Depuis qu’Archibald a fait la rencontre d’Elizabeth McKenzie, jeune scientifique décédée dans des circonstances étranges en 1917, sa vie a basculé. Déterminé à aider Elizabeth à lever le voile sur sa mort, Archie devra compter sur des amis parfois surprenants et percer les secrets de la poussière fantôme. Car les revenants, goules et autres spectres de la ville se montrent de plus en plus menaçants…

Poussière Fantôme est une des nouvelles parutions chez Scrineo dont le résumé avait vite fait de me tenter. Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment lecture, l’univers est plutôt sympa mais j’aurais aimé quelques explications sur certains événements qui paraissent du coup un peu faciles.

On suit Archibald qui nous guide à travers les rues de Montréal et qui nous fait découvrir des lieux macabres et hantés. Archibald peut voir les fantômes et depuis quelques semaines, Elizabeth, une scientifique décédée il y a une centaine d’années, est entrée dans sa vie. Ensemble, ils vont essayer de découvrir qui est à la poursuite de cette dernière mais les réponses viendront bien plus tôt qu’ils ne le pensent, ou qu’ils ne le souhaitent…

Si j’ai beaucoup apprécié l’univers imaginé par l’auteur, l’idée des fantômes qui reviennent à la vie pour s’en prendre à Elizabeth et le pourquoi du comment, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages. J’ai éprouvé une certaine distance avec eux, ne m’attachant pas plus que cela. Pareil pour les autres personnages.

L’écriture d’Emmanuel Chastellière est agréable à suivre, fluide et entrainante. Malheureusement, j’ai été dérangée par le fait que parfois ce fut un peu trop facile. Certains événements sont résolus trop rapidement, je pense notamment à Archibald qui arrive à sortir du Seuil on ne sait trop comment. Puis il voit des fantômes et son entourage possède comme par hasard aussi des pouvoirs ou des connaissances qui peuvent l’aider. Ca m’a un peu dérangée et j’ai eu du mal à passer outre cela.

Petite mention pour la couverture qui a été réalisée par Xavier Collette, illustrateur de la bande dessinée Le Soufflevent que j’aime beaucoup, il faudrait d’ailleurs que je vous en parle sur le blog.

Bref, Poussière Fantôme d’Emmanuel Chastellière est une lecture sympathique mais avec quelques défauts. J’ai apprécié l’univers, l’histoire de fantôme et la découverte de Montréal et Québec à travers ce livre mais j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, à avoir peur pour eux, et j’ai trouvé que la facilité était choisie à plusieurs reprises, ce qui m’a dérangée lors de ma lecture.


Auteur : Emmanuel Chastellière . Date de sortie : 26 avril 2018


Publicités

Invisibilité

Stephen est invisible depuis toujours.
Une malédiction impossible.
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit.
Elle seule peut briser le sort.
Au risque de les séparer à jamais.

Déception ! Ce livre avait pourtant bien commencé, dès le premier chapitre on est immergé dans l’histoire, ou plutôt la malédiction, de Stephen quand soudain Elizabeth chamboule tout en le voyant. C’était bien parti mais j’ai fini par ne plus pouvoir supporter l’héroïne et j’ai fini par lever les yeux au ciel devant le manque de crédibilité…

Stephen est invisible depuis qu’il est né, j’ai aimé découvrir son univers, comment il doit vivre et faire attention à tous ces petits détails qui ne nous semblent pas important lorsque l’on est visible. Elizabeth est un personnage que j’ai apprécié au début mais ça s’est vite dégradé plus j’avançais dans le récit… Ils ont fini par m’exaspérer !

Stephen, qui comprend enfin sa malédiction et son origine, ne bouge pas le petit doigt pour changer quoi que ce soit ! A un moment, il propose même à Elizabeth de laisser ça de côté et d’aller se détendre au cinéma… (Tu penses que c’est vraiment le moment pour ça ?). Quant à Elizabeth, elle semble porter le poids du monde sur ses épaules ! Je suis d’accord que ce qui est arrivé à Laurie, son frère, est impardonnable mais j’ai l’impression que lui le vit beaucoup mieux qu’elle qui a l’air cent fois plus affectée. Pareil pour la malédiction qui touche Stephen, à un moment, on aurait dit que c’était sa malédiction à elle. J’ai eu l’impression de tourner en rond ! Heureusement que Laurie était là pour relever un peu le niveau, il donnait un peu de fraîcheur à tout ça.

Ensuite, concernant l’histoire, j’ai trouvé original l’introduction de la magie, des sorts et des malédictions. Mais pour ce qui est de la romance, tout va trop vite, c’est l’amour fou au bout de deux jours. Et ça, ça ne passe malheureusement plus avec moi. Puis certaines choses manquaient de crédibilité, notamment l’apparition soudaine du don d’Elizabeth juste quand on en a besoin (le hasard fait bien les choses), laquelle apprend à le maîtriser en deux temps trois mouvements. Dans ce livre, je pense que les bonnes idées y étaient, c’est juste que c’est un tome unique et que pour ça, certaines choses n’ont pas été assez développées, tout va trop vite pour être entièrement crédible. J’étais pressée de le terminer car je voulais quand même savoir ce qu’il advenait de Stephen et d’Elizabeth. Et frustration totale pour ma part concernant cette fin !

Bref, Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer n’était probablement pas un livre pour moi ! Malgré un début très prometteur avec l’histoire des malédictions et des sorts, j’ai fini par m’ennuyer et par avoir les protagonistes en horreur… C’est une déception pour moi.


Auteurs : Andrea Cremer et David Levithan . Date de sortie : 11 juin 2015 . Titre VO : Invisibility


De la même autrice
Le Secret de l’Inventeur


Orgueil et Préjugés

Mme Bennet a cinq filles et compte bien les marier toutes, ce qui n’est pas une tâche facile dans l’Angleterre du début du XIXe siècle. Non que les demoiselles Bennett soient laides, mais elles n’ont pas de fortune. Et cinq maris riches, ce n’est pas si facile à trouver. Surtout quand les filles en question s’en mêlent ; elles qui ont des préjugés, éprouvent des sentiments, et n’agissent pas forcément toujours pour trouver « un bon parti ».
Texte abrégé.

J’aime beaucoup le film Orgueil et Préjugés avec Keira Knightley et Matthew MacFadyen et je voulais en apprendre un peu plus sur les sentiments et les réflexions d’Elizabeth et de Darcy. J’ai décidé de le faire avec le texte abrégé publié chez Black Moon.

Avec le film, j’avais déjà un petit aperçu des personnalités de chacun. J’aimais beaucoup Elizabeth et mon avis n’a pas changé, ni sur elle, ni sur ses soeurs. Jane l’adorable et tellement gentille, Mary plus effacée, Lydia complètement sotte et Kitty qui suit Lydia mais qui n’est pas encore perdue. Je savais déjà de Mrs Bennet était insupportable à vouloir marier ses filles, passant de la tristesse à la joie en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ! Les soeurs de Mr Bingley sont de vraies pestes.

Du côté masculin, Darcy est exactement comme je me l’étais imaginée, j’ai beaucoup aimé avoir plus de détails sur ses ressentis ! Bingley est fidèle à lui même, une copie conforme de Jane, quant à Mr Collins, il est encore plus embêtant que dans le film.

Par rapport à l’histoire, je dirai que le livre a assez bien été adapté au cinéma. Je n’ai eu aucun problème à me représenter les lieux. Le livre m’a apportée plus de détails sur les événements et sur les liens entre les divers personnages, surtout avec les soeurs de Mrs Bennet que je n’avais pas saisi en regardant le film. Par contre, comme il s’agit de la version courte, j’ai forcément trouvé que certains passages manquaient de détails. Je pense que certaines conversations ont été résumées, on ne savait que l’essentiel. Mais c’est ce qu’on attend d’une version abrégée. Même si je connaissais l’histoire, j’ai énormément apprécié me replonger dedans. Je n’arrivais même plus à poser mon livre malgré le fait que je connaissais le déroulement. J’ai très envie de revoir le film maintenant !

Bref, la version abrégée du livre de Jane Austen, Orgueil et Préjugés, a été une lecture très sympathique pour moi. J’ai aimé retrouver l’histoire que je ne connaissais que grâce au film même si j’aurai aimé que certains détails soient quand même plus développés malgré la version courte. Une lecture parfaite pour ceux qui veulent se (re)plonger dans cet univers.


Autrice : Jane Austen . Date de sortie : 3 juillet 2013 . Titre VO : Pride and Prejudice