La fille d’encre et d’étoiles

Alors qu’il est interdit de quitter l’île de Joya, Isabella rêve des contrées lointaines que son père a un jour visitées et cartographiées. Quand sa meilleure amie disparaît, Isabella est résolue à faire partie de l’équipe de recherches. Guidée par une carte ancienne appartenant à sa famille depuis des générations, et par sa connaissance des étoiles, Isabella prend part à l’expédition et navigue dans les dangereux Territoires Oubliés. Mais sous leurs pas, un mythe féroce s’agite dans son sommeil…
Un voyage envoûtant. Un ennemi ancestral. Une amitié indestructible.

Lorsque j’ai reçu La fille d’encre et d’étoiles de Kiran Millwood Hargrave, j’ai été émerveillée par ce livre. Il est vraiment magnifique avec sa couverture toute douce, ses couleurs et son écriture qui brille à la lumière. L’histoire me promettait une belle aventure la tête dans les étoiles. L’histoire m’a-t-elle aussi conquise que l’aspect extérieur du livre ?

Dès les premières pages, j’ai été entrainée dans ma lecture aux côtés d’Isabella, une jeune fille de treize ans. J’ai rapidement lu la première partie, j’accrochais plutôt bien et j’étais curieuse de découvrir où l’autrice allait nous emmener. Je voulais savoir où, sur la carte du monde, l’île de Joya se place et savoir si on allait avoir une petite touche fantastique dans cette histoire. Pour la première question, j’avoue ne pas avoir trouvé la réponse. Je n’ai pas réussi à situer l’île, ni l’époque, et j’avoue ne pas savoir pourquoi c’était si important pour moi. Peut-être pour mieux visualiser les personnages et leurs origines ? Probablement.

Si j’ai bien aimé le côté mythologique avec l’histoire de Yote et d’Arinta, ça n’a pas suffi à m’immerger totalement. Les monstres rencontrés ne m’ont fait ni chaud ni froid alors qu’en général, ça aurait dû. J’ai été déçue par la deuxième partie du livre, une fois que se met en route l’expédition pour retrouver Lupe, la meilleure amie d’Isabella, le récit tombe un peu à plat et je me suis dit « tout ça pour ça ? ». La dernière partie a achevé de me perdre, c’était trop sans dessus dessous pour que je comprenne l’environnement dans lequel évoluent les personnages, ce qui n’a fait que creuser le fossé entre eux et moi.

Bref, La fille d’encre et d’étoiles de Kiran Millwood Hargrave est une lecture qui a très bien démarrée pour moi, j’ai été conquise dès les premières pages mais mon intérêt s’est vite essoufflé dans la deuxième et dernière partie. Une histoire de cartes, d’étoiles et d’amitié qui avait tout pour me plaire et qui me promettait une belle aventure que je n’ai malheureusement pas retrouvée. C’est une petite déception pour moi.


Autrice : Kiran Millwood Hargrave . Date de sortie : 14 juin 2018 . Titre VO : The Girl of Ink and Stars


Publicités

Mes Bandes Dessinées #15 : Magic 7

Ils sont sept : le Spirit, l’Alchimiste, l’Enchanteur, le Télépathe, la Démoniste, le Devin et le Shaman. Sept adolescents dotés de dons surnaturels uniques qu’ils ont du mal à comprendre. Bientôt, ils réaliseront que leurs pouvoirs sont immenses et ensemble, ils pourront sauver le monde… ou le détruire.

Ce week-end, il y avait une brocante de bandes dessinées près de chez moi et j’en ai profité pour acheter les trois premiers tomes de Magic 7, une série qui me tentait depuis un moment. J’ai beaucoup apprécié ma lecture et j’ai fait la rencontre de sept adolescents, tous différents l’un de l’autre.

On suit principalement Léo, le Spirite qui voit des fantômes. J’ai une petite préférence pour Farah et Alice. Farah pour son maniement du feu, même si la contrepartie est terrible et Alice car elle est toute mignonne à savoir toujours tout sur tout. Les trois premiers tomes sont consacrés à la reconstitution du groupe des Magic 7 et maintenant que c’est fait, j’ai vraiment hâte de découvrir les tomes suivants.

Niveau dessins, ils ont un petit côté manga qui me plait beaucoup. Concernant le style de l’histoire, j’aime beaucoup même si à quelques moments j’ai été un peu perdue, soit parce que l’action allait un peu trop vite soit parce qu’il y a beaucoup de personnes à suivre dans une même case, par exemple lorsque Léo est entouré des fantômes qu’il arrive à voir. Mais à part ça, c’est très chouette.

Une dizaine de tomes est prévue et dans le quatrième tome (je ne sais pas si ce sera le cas pour les autres), d’autres dessinateurs interviendront pour prendre part à l’aventure, sous forme de flash-backs pour comprendre mieux l’histoire. L’idée me plait mais j’espère que ce ne sera pas trop déstabilisant. De plus, à partir du tome quatre, les dessinateurs changent. Ce ne sont plus Rosa La Barbera et Giuseppe Quattrocchi mais Kenny Ruiz qui s’occupera de la partie contemporaine. J’ai déjà vu quelques dessins et j’aime toujours, je préfère même ce nouveau style.

Bref, Magic 7 de Kid Toussaint est une bonne découverte. Sept protagonistes hauts en couleur, une histoire vieille de plusieurs siècles, des pouvoirs magiques et des dessins qui me plaisent, que demander de mieux ? Je ne tarderais pas à me procurer la suite je pense !