The Vanishing Girl (The Vanishing Girl #1)

Chaque nuit, Ember disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger ou dans la chambre du garçon qui lui plaît… Après dix minutes, elle réapparaît là où elle s’est évaporée. La jeune femme a toujours réussi à dissimuler ce don incroyable, jusqu’au jour où le séduisant Caden la kidnappe. Elle comprend alors que son pouvoir est une arme et que certains sont prêts à tout pour se l’approprier. Enfermés dans une base secrète du gouvernement, Ember et Caden s’allient contre leur gré pour assurer des missions de téléportation toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember est prête à tout pour retrouver sa liberté. Même si cela signifie un dangereux rapprochement avec Caden…

The Vanishing Girl me tentait énormément, je l’ai lu dès que je l’ai reçu, curieuse d’en apprendre plus sur cette histoire sur laquelle je lorgnais déjà en VO. Malheureusement, je ressors de ma lecture assez déçue. En relisant le résumé, je me rends compte qu’il n’est pas tout à fait correct, « Ember et Caden s’allient contre leur gré », c’est plutôt l’opposé que j’ai lu et ça a même pris trop de place à mon goût.

Ember est l’héroïne principale de ce premier tome, elle possède le don de se téléporter n’importe où chaque nuit pendant dix minutes. J’aurais tellement voulu en apprendre un peu plus sur ce fameux don qui n’en est pas vraiment un. Le gouvernement l’utilise et Ember est emmenée de force dans un camp d’entrainement. Déjà à ce moment là, j’ai tiqué. J’ai eu une impression de déjà vu au niveau du fond, j’aurais aimé plus de surprises, de nouveautés avec cette lecture, pas du réchauffé.

Ember n’apprécie pas vraiment sa condition, elle souhaite s’échap… Ah mais non en fait, il y a Caden. Caden est trop beau, trop sexy, trop parfait ! Et Ember oublie bien vite toutes ses interrogations dans ses beaux yeux et dans son lit. Je ne dis pas que Caden ne m’a pas plu mais la romance est passée au premier plan, et loin derrière est abandonnée l’intrigue principale. Leur relation est beaucoup trop rapide et je ne suis pas convaincue par les explications. Au bout de deux-trois jours c’est déjà l’amour fou et ça m’a agacée. C’était trop et ça m’a gâché ma découverte. J’aurais tellement préféré avoir plus de passages avec Adrian pour comprendre un peu plus la situation d’Ember, son rôle dans tout ça.

Bref, The Vanishing Girl de Laura Thalassa est une lecture aurait pu me plaire mais qui ne m’a pas convaincue du tout avec son histoire d’amour que j’ai trouvé étouffante, de trop. Le fond de l’histoire se perd totalement et c’est bien dommage. Je ne suis pas certaine de lire la suite, même avec la fin qui aurait dû me rendre plus curieuse.


Autrice : Laura Thalassa . Date de sortie : 18 mars 2018 . Titre VO : The Vanishing Girl


Publicités

Les sorties qui me tentent : Mars 2018


Les nouveautés VF


La fille qui n’existait pas de Natalie C. Anderson (01 mars 2018)
Tina ne vit pas, elle survit sur le toit d’un immeuble des bas-fonds de Sangui. Cambrioleuse la plus habile d’un gang kényan, elle ne pense qu’à une chose : venger sa mère assassinée par son ancien employeur, le nabab blanc M. Greyhill. L’occasion se présente enfin quand on lui demande de s’introduire dans la luxueuse villa de ce dernier. Prise sur le fait par Michael, le fils Greyhill avec lequel elle a grandi, Tina commence à douter. Submergés par les souvenirs de leur enfance, les deux jeunes gens décident de passer un marché… Entre les rues inquiétantes de Sangui et la guerre qui menace son village natal, Tina voit sa vengeance prendre un tournant qu’elle n’aurait jamais pu imaginer…

The Vanishing Girl #1 de Laura Thalassa (08 mars 2018)
Chaque nuit, Ember disparait. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger ou dans la chambre du garçon qui lui plait… Elle a toujours réussi à dissimuler ce don incroyable jusqu’au jour où le séduisant Caden la kidnappe. Elle comprend alors que son pouvoir est une arme et que certains sont prêts à tout pour se l’approprier…

Le Dieu Oiseau d’Aurélie Wellenstein (08 mars 2018)
Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?
Le roman le plus fort et le plus brutal d’Aurélie Wellenstein à ce jour.

So long, Alice de Constance Dufort (18 mars 2018)
New York, années 2010. Alice cherche son frère dans Manhattan, rivée à son lecteur MP3. Il ne lui reste que cela de sa vie d’avant : la playlist de Jeff. Ca et l’arrogance de ses 14 ans. Jefferson est ici. Elle le trouvera ! Quitte à dormir dans Central Park au coeur de l’automne. Une rencontre aussi fortuite que désagréable va pourtant bouleverser le déroulement de sa mission. Mais qui est cette vieille harpie endimanchee au chat teigneux, gesticulant devant le chapelier fou de bronze? Et cet etrange majordome qui la talonne, Alice est persuadée de le connaître…


Les nouveautés VO


Legacy of Orïsha #1 : Children of Blood and Bone de Tomi Adeyemi (06 mars 2018)
Zélie Adebola remembers when the soil of Orïsha hummed with magic. Burners ignited flames, Tiders beckoned waves, and Zelie’s Reaper mother summoned forth souls. But everything changed the night magic disappeared. Under the orders of a ruthless king, maji were targeted and killed, leaving Zélie without a mother and her people without hope. Now, Zélie has one chance to bring back magic and strike against the monarchy. With the help of a rogue princess, Zélie must outwit and outrun the crown prince, who is hell-bent on eradicating magic for good. Danger lurks in Orïsha, where snow leoponaires prowl and vengeful spirits wait in the waters. Yet the greatest danger may be Zélie herself as she struggles to control her powers—and her growing feelings for the enemy.

To Kill a Kingdom de Alexandra Christo (06 mars 2018)
Princess Lira is siren royalty and the most lethal of them all. With the hearts of seventeen princes in her collection, she is revered across the sea. Until a twist of fate forces her to kill one of her own. To punish her daughter, the Sea Queen transforms Lira into the one thing they loathe most—a human. Robbed of her song, Lira has until the winter solstice to deliver Prince Elian’s heart to the Sea Queen or remain a human forever. The ocean is the only place Prince Elian calls home, even though he is heir to the most powerful kingdom in the world. Hunting sirens is more than an unsavory hobby—it’s his calling. When he rescues a drowning woman in the ocean, she’s more than what she appears. She promises to help him find the key to destroying all of sirenkind for good—But can he trust her? And just how many deals will Elian have to barter to eliminate mankind’s greatest enemy?

The Wicked Deep de Shea Ernshaw (06 mars 2018)
Where, two centuries ago, three sisters were sentenced to death for witchery. Stones were tied to their ankles and they were drowned in the deep waters surrounding the town. Now, for a brief time each summer, the sisters return, stealing the bodies of three weak-hearted girls so that they may seek their revenge, luring boys into the harbor and pulling them under. Like many locals, seventeen-year-old Penny Talbot has accepted the fate of the town. But this year, on the eve of the sisters’ return, a boy named Bo Carter arrives; unaware of the danger he has just stumbled into. Mistrust and lies spread quickly through the salty, rain-soaked streets. The townspeople turn against one another. Penny and Bo suspect each other of hiding secrets. And death comes swiftly to those who cannot resist the call of the sisters. But only Penny sees what others cannot. And she will be forced to choose: save Bo, or save herself.


Les suites


The Illuminae Files #3 : Obsidio de Amie Kaufman et Jay Kristoff (13 mars 2018)
Kady, Ezra, Hanna, and Nik narrowly escaped with their lives from the attacks on Heimdall station and now find themselves crammed with 2,000 refugees on the container ship, Mao. With the jump station destroyed and their resources scarce, the only option is to return to Kerenza—but who knows what they’ll find seven months after the invasion? Meanwhile, Kady’s cousin, Asha, survived the initial BeiTech assault and has joined Kerenza’s ragtag underground resistance. When Rhys—an old flame from Asha’s past—reappears on Kerenza, the two find themselves on opposite sides of the conflict. With time running out, a final battle will be waged on land and in space, heros will fall, and hearts will be broken.

Pérismer #3 : Le Serviteur d’Askan de Franck Dive (mars 2018)
Vaincre ou être vaincus ! Après avoir triomphé de la Reine des noctères puis chassé le maléfique Lorcraz et ses hordes de la forêt de Luisen, les cinq amis doivent maintenant se préparer pour leur dernier combat. Les habitants de Pérismer sauront-ils s’unir pour faire face à la plus grande menace qui ait jamais pesé sur leur monde ?


Quels sont les livres que vous attendez le plus en mars ? 🙂 

La fille de l’eau (L’île des disparus #1)

À 12 ans, Tuva n’est pas comme les autres adolescentes. Elle ne se sent à l’aise que sur sa petite île de l’archipel de Stockholm, Harö, dont elle connaît chaque recoin et, le pense-t-elle, le moindre secret. Mais, alors que l’hiver se profile au loin et que les nuits s’étirent à n’en plus finir, une menace inquiétante tombe sur son coin de paradis… et les mythes nordiques se réveillent.

Quelle lecture génialissime ! Je pense que résumer à « qu’est-ce que c’était trop bien ! » ne va pas vraiment vous convaincre alors je vais quand même détailler un peu plus. L’île des disparus est une histoire écrite à quatre mains, où le suspense de Viveca Sten rencontre le fantastique de Camilla Sten. Un duo mère et fille pour créer un cocktail parfait ! J’ai dévoré ce livre en peu de temps, je l’ai adoré.

En commençant cette lecture, je savais juste que ça parlait de mythes nordiques grâce au résumé mais c’était à peu près tout. J’ai été complètement charmée, très agréablement surprise. On suit Tuva, une jeune fille solitaire, exclue par les autres enfants de son âge. Comment ne pas vouloir la prendre sous son aile, la protéger ? Mais Tuva est tout sauf banale, elle est même au centre de ces mythes nordiques et l’apprendra à ses dépends.

L’histoire que l’on découvre est tout simplement envoûtante et très prenante, accompagné d’un soupçon d’écologie qui a toute son importance. Les chapitres sont très courts, on tourne les pages en quête de réponse et on dévore le livre en peu de temps. Il m’a été très difficile de le poser. Je ne connais pas beaucoup les légendes nordiques et je me suis laissée porter par ces vieilles superstitions qui sont exploitées d’une main de maître, ou de quatre mains de maître plutôt ! Le récit se déroule dans des îles où des gens disparaissent et des créature surgissent du fond de l’eau. Durant ma lecture, j’ai ressenti une certaine oppression venant de la mer, sa surface lisse et noire. C’était angoissant, la tension était à son comble et c’était tellement bien. J’ai adoré.

Bref, le premier tome de L’île des disparus, La fille de l’eau, de Camilla et Viveca Sten est une histoire qui m’a énormément plu. C’était grisant de se laisser emporter un peu plus au nord, dans les îles près de Stockholm et les légendes qui y prennent vie. La lecture est intense, oppressante, angoissante. Les personnages sont intéressants et attachants. Un vrai coup de coeur pour ce récit fantastique.


Autrices : Camilla Sten et Viveca Sten . Date de sortie : 08 février 2018 . Titre VO : Djupgraven


Mes Bandes Dessinées #13 : Le joueur de flûte de Hamelin

Il était une fois, dans un petit village au fin fond de la forêt, une jeune femme sourde nommée Maggie. Maltraitée par les villageois, elle se réfugiait dans l’imaginaire, rêvant de trouver un jour le prince charmant. Quand Maggie rencontre le mystérieux joueur de flûte, il semble que tous ses vœux se réalisent. Mais à mesure qu’elle se rapproche de lui, Maggie découvre le côté sombre du garçon de ses rêves qui pourrait bien se révéler son pire cauchemar…

Comme vous le savez, j’adore les contes et leurs réécritures, du coup quand les éditions Michel Lafon ont publié un roman graphique sur le conte du joueur de flûte de Hamelin, il n’a pas fait long feu entre mes mains ! L’histoire est réécrite par Jay Asher, auteur de What Light que j’ai lu il y a peu, et Jessica Freeburg, si l’histoire m’a beaucoup plue, j’ai été complètement sous le charme des illustrations de Jeff Stokely !

Dans cette histoire, on fait la connaissance de Maggie, sourde depuis un événement qui a marqué son enfance et sa vie à jamais. Maggie fait preuve d’une bonté incroyable, même envers les gens du village de Hamelin qui la maltraitent. Pour oublier tout cela, Maggie se réfugie dans ses histoires, jouant des tours à ses tortionnaires, le tout écrit par Agathe, une vielle dame qui veille sur elle.

Vous connaissez probablement tous l’histoire du joueur de flûte de Hamelin. Un homme qui débarque dans une ville infestée de rats et qui l’en libère sauf que les dirigeants ne veulent plus le payer, et qui, pour se venger d’eux, emporte tous les enfants de la ville avec lui. J’avoue qu’au début, il est très charmant. Je ne pouvais imaginer qu’il soit mauvais ou qu’il ait un côté sombre, mais plus l’histoire progresse, plus il se révèle… Et malgré tout, je l’ai quand même plaint.

J’ai beaucoup aimé les dessins qui allaient à merveille avec le récit. Ce roman graphique est vraiment superbe, la couverture est veloutée et j’adore ça ! Je viens de le terminer et déjà, plus j’y pense, plus je me rend compte que je l’ai trouvé vraiment très beau ♥

Bref, Le joueur de flûte de Hamelin co-écrit par Jay Asher et Jessica Freeburg et dessiné par Jeff Stokely est une lecture très agréable à découvrir ! J’ai beaucoup aimé la réécriture du conte et les dessins qui vont avec. Si les éditions Michel Lafon poursuivent dans les romans graphiques de ce genre, je serai la première au rendez-vous !


Auteurs : Jay Asher et Jessica Freeburg . Illustrateur : Jeff Stokely
Date de sortie : 25 janvier 2018 . Titre VO : Piper


Du même auteur
What Light


Quelques extraits pour le plaisir des yeux

Simon Thorn et le sceptre du Roi animal (Simon Thorn #1)

Simon Thorn a le pouvoir de parler aux animaux. À douze ans, il découvre le secret de ses origines : il est un Animalgame, un être capable de se transformer en animal. Et sa première métamorphose pourrait bien décider du destin de tout un peuple, car il l’ignore mais il est l’héritier du roi des aigles et de la reine des loups… en guerre depuis toujours.

Cette lecture était génialissime ! Un excellent jeunesse qui vous emportera avec rapidité dans son univers aux côtés de Simon. J’avais lu Le manoir des Immortels d’Aimée Carter qui m’avait beaucoup plu à l’époque mais je n’avais jamais continué la suite, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé la plume entrainante de l’autrice avec ce premier tome qui annonce une série très prometteuse !

Dans ce premier tome, on fait la connaissance de Simon, douze ans, qui a la faculté de parler aux animaux, ce qui est déjà pas mal. Mais Simon apprend qu’il est un Animalgame et qu’il peut aussi se transformer en animal. Je me suis très vite attachée à Simon, j’avais envie de le protéger de ceux qui lui cherchaient malheur, et ils sont plutôt nombreux et redoutables. Ensuite, j’ai été surprise par le personnage de Nolan, qui pimente un peu plus l’histoire et que j’ai fini par apprécier malgré son caractère. On rencontre également Winter, Ariana et Jam qui deviennent les amis de Simon et qui lui seront très précieux. Une belle amitié en prévision à mon avis !

Pour ce qui est de l’histoire, j’ai été emportée par ce premier tome. Le rythme est très soutenu, les pages défilent sans qu’on s’en rende compte et c’était avec un grand plaisir que j’ai découvert toutes les péripéties de Simon. Ce livre m’a bien fait cogiter ! Je me suis retournée le cerveau plus d’une fois et même en l’ayant fini, j’y réfléchis encore. J’ai adoré ma lecture qui m’a fait passer par tout un tas d’émotions. C’était trop bien!

Petit point positif en plus, la couverture. Elle est superbe non ? L’illustrateur n’est autre que David Gilson qui a également réalisé les belles couvertures du Pays des Contes, série publiée chez Michel Lafon également. J’avoue que c’est ce qui m’a convaincue de découvrir Simon Thorn. Si la série a autant de succès que Le Pays des Contes, il ne fallait pas hésiter à la découvrir, et mon petit doigt me dit que ce sera certainement le cas !

Bref, Simon Thorn et le sceptre du Roi animal d’Aimée Carter est un très bon premier tome qui ne souffre d’aucun temps mort. J’ai adoré découvrir ce nouvel univers, cette nouvelle histoire et ces nouveaux personnages qui nous réservent encore bien des surprises à mon avis. J’ai été emportée par la plume de l’autrice et ce livre m’a mis des étoiles plein des yeux. Il sort bientôt, ne passez pas à côté !


Autrice : Aimée Carter . Date de sortie : 11 janvier 2018 . Titre VO : Simon Thorn and the Wolf’s Den


En lecture commune avec Mirrorcle World


Mes autres chroniques de la série
Tome 2