Harley King, détective de l’invisible

Berlin est une grande ville. Harley King est un grand détective. Ses clients, les Toffer, sont une grande famille. L’affaire, elle, pourrait se réduire à de sordides questions d’héritage. Mais à la nuit tombée, une créature cauchemardesque assassine. Enquêteurs du paranormal, Harley, son ami Nosfe et la médium Miss Jade vont devoir agir. Si possible tant qu’il reste des vivants autour d’eux. Berlin after dark !

Harley King, détective de l’invisible est le premier livre de Patrick Mc Spare que je lis. Je vois qui est l’auteur mais je ne connais pas ses histoires alors j’étais assez curieuse de découvrir celle-ci. Et bien, j’ai passé un excellent moment aux côtés de Harley King, Nosfe et Miss Jade !

Le duo de détectives, Harley King et son ami Nosfe, est plutôt atypique mais fonctionne à merveilles. Ils ont chacun leurs particularités et amènent beaucoup d’humour au récit, le rendant dynamique, j’ai bien ri ! Avec ses pouvoirs de médium, Miss Jade agrandit leur groupe, quoique un peu rapidement sans se poser trop de question, mais là n’est pas le point principal de l’histoire et donc ça ne dérange pas trop.

Du côté de l’histoire, il s’agit d’enquêter sur la mort mystérieuse de deux membres de la famille Toffer, une famille richissime de Berlin. Le nombre de cadavres augmentant au fil du temps, une véritable hécatombe, il est plus qu’urgent que nos trois héros mettent la main sur le mystérieux assassin. Je me suis cassée la tête à de nombreuses reprises, changeant de suspect presque à chaque chapitre et j’ai beaucoup aimé ça. Le récit ne souffre d’aucun temps mort, il se passe toujours quelque chose.

Un autre aspect rend l’enquête encore plus difficile. Un point que je ne m’attendais pas du tout à retrouver dans ce genre de lecture. Une partie très importante de l’histoire et qui m’a positivement étonnée. Je n’en dirais pas plus pour que de futurs lecteurs puissent eux aussi avoir la surprise !

Bref, Harley King, détective de l’invisible de Patrick Mc Spare est une lecture très agréable. Je me suis laissée menée dans cette sombre enquête menée par un groupe assez hétéroclite. J’ai été bien surprise par ce récit entraînant et plein de rebondissements !


AuteurPatrick Mc Spare . Date de sortie : 25 octobre 2018


Publicités

Les nuages de Magellan

Sur Ankou, Damien Sabre, le leader des pilotes, veut renouer avec les rêves d’aventures jadis offerts par l’espace ; il exige des Compagnies qu’elles redonnent aux spatiaux la liberté de mouvement qui leur est désormais refusée.
Aux confins de la Voie Lactée, Dan, une jeune serveuse, chanteuse de blues à ses heures, rêve de partir vers les étoiles. En attendant, elle travaille au « Frontier », un bar miteux. L’espace, la mystérieuse Mary Reed en vient. Habituée du bar de Dan, elle semble se cacher sur ce planétoïde oublié de tous. De qui, et pourquoi ? Dan aimerait lui poser la question…

Les nuages de Magellan n’est pas un style de livre qui m’est très familier. De la science fiction, des voyages dans l’espace, des cyborgs, ce n’est pas mon genre de prédilection, c’est surtout le nom de l’autrice, Estelle Faye, qui m’a décidée à découvrir cette histoire. Et bien, ça fait du bien de sortir de son petit confort de temps en temps. J’ai ADORÉ !

Cet unique tome, ce n’est pas simplement l’histoire de Dan et de Mary. C’est aussi l’histoire de Liliam Rochelle, de Sol Saint-Clair, de la piraterie et de la liberté. J’avoue que je ne savais pas trop à quoi m’attendre avant de commencer ma lecture, j’avais d’ailleurs quelques appréhensions. J’ai de ces idées parfois… Aucun regret, j’ai vraiment beaucoup aimé et j’en suis très contente !

La tête dans les étoiles, Estelle Faye nous embarque dans une aventure palpitante et passionnante. Je me suis laissée porter par les mots de l’autrice. Comme Dan, j’étais dans un autre monde, tout le reste disparaissait, lorsque Liliam nous racontait son passé mystérieux et l’histoire de Carabe. Carabe… un idéal tellement important et énigmatique pour le lecteur qu’il résonne encore après la fin du livre.

Si les autres livres d’Estelle Faye, j’ai chez moi la trilogie La voie des oracles et Les seigneurs de Bohen, sont aussi bien que celui-ci, il n’en faut pas plus pour me convaincre de les découvrir ! Avec celui-ci, j’ai été emportée très loin et avec grand plaisir dans un genre qui n’est pas celui auquel je suis habituée.

Bref, Les nuages de Magellan d’Estelle Faye m’a complètement captivée. Je ne pensais pas le terminer aussi rapidement, j’aurais d’ailleurs voulu le faire durer un peu plus. J’ai beaucoup aimé les deux héroïnes, fortes et complexes, ainsi que le récit, le passé comme le présent. Une réussite !


Autrice : Estelle Faye . Date de sortie : 04 octobre 2018


De la même autrice
L’île au manoir


Louis XIV, un enfant-roi dans la tourmente

Louis XIV a dix ans. Seulement dix ans, et déjà roi de France ! À cet âge, impossible d’assumer tous ses devoirs. Jusqu’à sa majorité qu’il atteindra à treize ans, c’est sa mère, Anne d’Autriche, et son ministre italien, Mazarin qui dirigent le pays. Mais le Parlement ne voit pas cette régence d’un bon œil… Être dirigé par un étranger ? Non merci ! Le peuple se soulève, la révolte gronde, la guerre civile est proche. La famille royale est obligée de fuir la capitale pour se protéger et Louis se sent responsable. Finies les folles escapades dans les bois, les batailles d’oreiller avec son frère… Finie l’insouciance. Les Parisiens vont-ils aller au bout de leur révolution ?
Un récit touchant qui explore la jeunesse méconnue du futur Roi-Soleil.

J’aime beaucoup les livres historiques que propose la maison d’édition Scrineo, ils sont souvent courts et racontent une partie de l’histoire que l’on connait peu. J’ai déjà lu Ma vie de monstre qui touchait un peu à la royauté et se déroulait aussi en France, et Rosa Parks qui est plutôt dans un autre registre. C’est donc avec plaisir que j’ai lu Louis XIV, un enfant-roi dans la tourmente de Béatrice Égémar.

Ce livre raconte une partie de l’enfance de Louis XIV qui a alors une dizaine d’années et qui n’est pas encore apte à gouverner. C’est donc sa mère et son premier ministre qui se chargent de cela mais leurs décisions ne sont pas vues d’un bon oeil, surtout que le ministre n’est pas français. Ils doivent fuir Paris avec le jeune roi et son frère pour tenter d’apaiser les tensions du peuple.

Le jeune Louis n’a que dix ans et est déjà roi. Certains le considèrent encore comme un enfant mais il est plus intelligent et responsable qu’on ne le pense. J’aurais aimé en apprendre un peu plus sur sa vie, comment était-il en tant que monarque ? Un petit chapitre en plus sur cela n’aurait pas été de trop.

Je connais très peu l’histoire de France mais je suis toujours curieuse d’en apprendre un peu plus et ce genre de lecture est parfaite. Cette lecture se lit rapidement, à nouveau, on va à l’essentiel sans entrer trop dans les détails inutiles qui alourdissent l’histoire, et c’est ce qui me plait.

Bref, Louis XIV, un enfant-roi dans la tourmente de Béatrice Égémar est une lecture qui m’a plue ! J’aime ce format pour ce genre d’histoire plus historique, je n’en lis pas beaucoup mais ça m’intéresse malgré tout, ça me convient très bien. Je pense lire aussi 1791 : une princesse en fuite qui raconte le point de vue de la fille ainée de Louis XVI et Marie-Antoinette.


Autrice : Béatrice Égémar . Date de sortie : 18 octobre 2018


Les ombres assassines (L’académie diplomatique d’Isuldain #1)

La secte d’Anghor l’avait promis à Isuldain : sa capitale Éa-Kyrion connaîtrait la pire vague de terreur de son histoire. Ce jour de vengeance est arrivé ! Mêlées à la population, les Ombres assassines commettent des crimes ciblés, organisent des attentats, sèment la mort. L’empereur mobilise toutes ses forces, des simples portiers aux Chevaliers d’Isuldain. Même sa prestigieuse Académie diplomatique est sollicitée. La toute jeune chambrée des Crépusculaires entre avec fougue dans cette affreuse crise. Pourtant, elle a déjà ses propres conflits internes à surmonter, ce défi inouï de faire vivre et agir ensemble un semi-orque, deux elfes, un Maraudeur au caractère bien trempé, une Sorcière des Mondes glauques et un ancien élève de la Confrérie des magiciens. S’ils y parviennent, combien périront ?

Je suis finalement venue à bout de ce livre ! Au début de ma lecture du premier tome de L’académie diplomatique d’Isuldain, Les ombres assassines, d’Arthur Ténor, je n’ai pas accroché du tout ni à l’histoire ni aux personnages. Et j’en suis la première attristée. Je l’ai mis en pause pendant deux mois avant de le rependre récemment. Et cette pause a été plus que bénéfique pour mieux reprendre cette lecture !

Ce livre avait tout pour me plaire, un thème innovant, des élèves apprenant la diplomatie plutôt que le combat, plusieurs races qui se côtoient, mais j’ai eu beaucoup de mal avec plus du premier tiers du roman. Je ne me suis attachée à aucun personnages. On rencontre tout de suite six protagonistes principaux, c’est un nombre assez important et c’est assez difficile de s’y attacher en si peu de pages. J’ai trouvé que l’auteur restait trop en surface les concernant, on n’en apprend pas assez pour déclencher un quelconque attachement pour l’un deux.

Au niveau du style et de l’histoire, je m’y suis perdue aussi. L’écriture est lourde, les dialogues sont peu crédibles et les événements décousus et un peu brouillons. J’avais vraiment du mal à entrer dans l’histoire et j’ai fini par perdre la motivation pour continuer ma lecture. J’ai mis le livre en pause un bon moment, hésitant même à le reprendre…

Finalement, cette pause a été plutôt bénéfique ! J’ai repris ma lecture et j’ai même accroché. Malgré que les défauts cités plus haut soient toujours présents, j’ai lu l’histoire d’un oeil neuf pour laisser sa chance à ce livre. J’ai lu la fin de ce premier tome bien plus rapidement, ça m’a fait du bien mais je ne compte pas lire la suite.

Bref, le premier tome de L’académie diplomatique d’Isuldain, Les ombres assassines, d’Arthur Ténor est une lecture qui m’a donné du fil à retordre. Des personnages qui s’enflamment à la moindre étincelle mais qui m’ont parus trop peu approfondis. Une histoire qui promettait d’être intéressante mais qui ne m’a malheureusement pas convaincue. Malgré une pause qui a soulagé ma lecture, j’étais contente de terminer ce livre pour pouvoir passer à autre chose.


Auteur : Arthur Ténor . Date de sortie : 23 août 2018


Rosa Parks, elle a dit non au racisme

Après sa journée de travail, Rosa, éreintée, monte dans le bus qui la ramène chez elle. Par chance, elle trouve un siège libre où elle peut s’asseoir. Mais en ce 1er décembre 1955, rien ne se passe comme d’habitude, car en cours de trajet elle refuse de céder sa place à un homme blanc. Ce « non » qu’elle prononce entraîne son arrestation et son jugement, mais aussi une révolution dans cette Amérique où l’homme noir est opprimé. Il fait d’elle, simple couturière, épouse discrète et surtout femme, le symbole d’une lutte qu’elle n’imaginait pas.

« T’avais rien d’mandé là Rosa, mais c’est tombé sur toi ce jour-là, t’as fait qu’ouvrir la voie, t’as eu ce courage là, Rosa ». C’est avec ces paroles d’Obispo en tête que j’ai commencé ma découverte de l’histoire de Rosa Parks, cette femme courageuse qui a osé dire non. Un récit qui va droit au but en nous racontant les quelques jours qui ont tout changé dans la vie de Rosa ainsi que de nombreuses personnes.

En lisant ce livre, on ne peut être que scandalisé par ces lois idiotes qui interdisaient de nombreuses choses aux personnes de couleur. Les Noirs et les Blancs doivent être séparés dans la vie de tous les jours, dans les hôpitaux, les restaurants, les écoles et aussi les transports en commun là où commence l’histoire de Rosa et l’étincelle qui met le feu aux poudres.

N’étant pas une grande lectrice de romans historiques ou de non fiction, préférant l’imaginaire, la fantasy ou encore le fantastique, j’ai été très contente d’être sortie de ma zone de confort et d’avoir découvert cette histoire dont le sujet m’intéresse beaucoup depuis que j’ai vu La couleur des sentiments, un de mes films préférés.

Bref, Rosa Parks, elle a dit non au racisme de Florence Lamy est un livre court mais qui va à l’essentiel, nous relatant l’histoire de Rosa, à partir de cette fin de journée dans un bus jusqu’à devenir un des symbole dans la lutte contre le racisme. Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à découvrir cette lecture.


Autrice : Florence Lamy . Date de sortie : 23 août 2018