Les Flammes du Destin (The Effigies #1)

« Je m’appelle Maia Finley, j’ai seize ans et je suis la nouvelle Effigie. » Depuis quelques jours, Maia se répète ces mots en boucle, sans oser les prononcer à voix haute. Car à la minute où le monde l’apprendra, sa vie basculera. Elle deviendra une véritable célébrité, ses fans boiront la moindre de ses paroles… et son espérance de vie chutera drastiquement.
C’est que les Effigies, ces jeunes femmes dotées chacune d’un pouvoir unique lié aux quatre éléments, ne sont pas là par hasard : elles doivent protéger l’humanité des Spectres – des créatures de cauchemar – mélange de chair pourrissante et de ténèbres, qui la terrorisent depuis maintenant près d’une centaine d’années. À la mort de chaque Effigie, ses capacités, ainsi que la somme de ses souvenirs, se transmettent à son héritière choisie au hasard quelque part sur la planète. Alors, quand Manhattan subit une attaque sans précédent, Maia n’a d’autre choix que de descendre dans l’arène.

J’ai toujours eu beaucoup de mal à commencer une nouvelle lecture. Je n’aime pas quand il faut que l’histoire s’installe petit à petit. Je suis une impatiente et je préfère quand on est plongé directement dans l’intrigue sans avoir besoin de lire une centaine de pages avant que l’histoire ne commence vraiment. J’ai donc été très contente de découvrir que The Effigies démarrait sur les chapeaux de roues ! L’immersion est directe et une fois le livre commencé, je n’ai plus pu m’arrêter de lire.

Dans ce premier tome, Maia est la narratrice et la nouvelle Effigie, celle du feu. J’ai bien apprécié Maia et son caractère qui fait qu’elle ne se laisse pas marcher sur les pieds face aux autres Effigies, Belle, Lake et Chae Rin, qui ont elles aussi un caractère bien trempé ! Tout cela est nouveau pour Maia et même si c’est difficile par moment, elle ne se laisse pas abattre et mène ses petites enquêtes.

Quant aux autres Effigies, j’ai beaucoup aimé Lake qui est la plus agréable et qui soutient le plus Maia. Belle et Chae Rin sont plus énigmatiques. Les pouvoirs de Maia n’ont pas beaucoup évolués dans ce premier tome et j’espère qu’elle va s’améliorer rapidement. Du côté des personnages masculins, je suis bien entendu très intriguée par Saul et Rhys. J’espère qu’on en apprendra plus sur eux par la suite.

Le gros point positif de ce livre est son histoire très originale ! J’aime beaucoup tout ce qui se rapporte aux quatre éléments et les voir exploités de la sorte a été une agréable surprise pour moi. Si en plus c’est pour combattre face aux Spectres, des créatures cauchemardesques qui terrifient la planète, j’ai été conquise par le contexte !

On en apprend déjà beaucoup sur les Effigies, on entrevoit leurs origines, et sur la mort de Natalya, la précédente Effigies du feu que Maia remplace. J’ai trouvé l’intrigue très bien menée, les révélations sont données au compte-gouttes pour garder une bonne partie du mystère, qui entoure surtout le personnage de Saul, et pour nous donner encore plus envie de découvrir la suite. Excepté un mini coup de mou en début de deuxième partie, ce livre ne souffre d’aucun temps mort. L’action est très présente et le livre a un très bon rythme. J’ai beaucoup aimé !

Bref, le premier tome de The Effigies, Les Flammes du Destin, est un excellent tome d’introduction très addictif ! L’action démarre immédiatement et on ne s’ennuie jamais. J’ai beaucoup aimé faire la connaissance des quatre Effigies, chacune avec une personnalité bien à elle. L’idée d’utiliser les quatre éléments pour combattre des créatures des ténèbres est originale et m’a agréablement conquise. Une histoire intrigante. Je lirais la suite les yeux fermés !

Je remercie les éditions Lumen pour cette lecture !

lumen


Auteur : Sarah Raughley
Date de sortie VF : 06 avril 2017
Éditeur : Lumen (442 pages – 15€)
Titre VO : Fate of Flames
Nombre de tomes prévus : au moins 2
Le tome suivant : Siege of Shadows

Transférés

Dans un futur proche, l’humanité a trouvé le moyen de soigner toutes les maladies : les transférer aux criminels, dont la quasi-totalité vient des ghettos, maintenus au ban d’une société qui touche à la perfection. C’est dans ce monde qu’est née Talia Hale. À 16 ans, elle est la fille chérie d’un politique qui se voit déjà Premier ministre d’Angleterre. Atteinte d’un simple rhume, elle doit subir son premier transfert. Mais à l’hôpital, Talia sauve une petite fille d’une agression. Une petite fille qui vit seule avec son grand frère, Galien, dans les ghettos. Grâce à Galien, Talia découvre l’envers du décor et l’horreur d’un système où seuls les plus riches ont le droit à la santé. Pour changer une société où la frontière entre bien et mal est plus floue que jamais, Talia devra briser le cocon doré dans lequel elle a grandi et combattre tout ce en quoi elle a toujours cru… y compris son propre père. Le monde parfait a un prix.

J’ai été très surprise d’apprendre que Transférés était un tome unique. Il n’est pas très épais et j’étais très curieuse de voir comment l’auteur allait conclure son histoire en un seul tome et que le tout reste crédible. Le pari est réussi ! Kate Blair a su rapidement m’emporter dans son univers dystopique dans lequel Talia découvre que tout n’est pas si rose…

On découvre donc Talia, une jeune fille riche et gâtée mais qui n’a pas eu la vie facile non plus, il ne lui reste que son père qui est un peu trop protecteur envers elle. Son père est un politicien qui se présente aux prochaines élections qui sont toutes proches. Talia ne le voit pas autant que ce qu’elle voudrait. J’ai beaucoup aimé l’évolution de Talia tout au long du livre. Elle était plus centrée sur elle-même et sur ses problèmes jusqu’à ce que Galien et Tig lui ouvrent les yeux, elle fera ensuite tout son possible pour changer les choses même si sa vie en sera menacée.

Ce qui me rendait très curieuse dans cette histoire, c’était son sujet, le transfert des maladies aux criminels. J’avais très envie de comprendre les différentes raisons et raisonnements qui ont poussés les gens à cette solution. Ce n’est pas complètement dénué de sens mais ce système n’est pas parfait non plus, c’est pourquoi Talia va s’insurger !

J’ai trouvé ce livre sympathique à découvrir. L’histoire n’est pas une nouveauté dans le genre mais les chapitres sont courts et on est vite pris, ça se lit facilement. Le seul bémol serait l’histoire d’amour. Je ne l’ai pas trouvée très utile, trop rapide et du coup pas très crédible. Mais c’est un livre young adult donc je pense que c’est pour plaire au public visé.

Bref, Transférés est une lecture rapide et chouette à découvrir. Ce genre d’histoire n’est pas nouveau mais je l’ai trouvée bien menée et le thème des maladies était très intriguant. J’ai beaucoup aimé Talia qui évolue bien mais je n’ai pas accroché à l’histoire d’amour qui tombe un peu comme un cheveu dans la soupe. Une histoire sympa à lire malgré tout !

Je remercie les éditions Michel Lafon pour cette lecture !

michellafon


Auteur : Kate Blair
Date de sortie VF : 13 avril 2017
Éditeur : Michel Lafon (16,95€ – 264 pages)
Titre VO : Transferral

Lune Noire (Zodiaque #3)

Sur la planète du Cancer, comme dans le reste de la constellation du Zodiaque, l’astrologie régit la vie quotidienne. Pas de place pour l’imprévu, et encore moins pour une catastrophe…
Rhoma a ramené la paix dans l’espace grâce à sa victoire sur le groupe dissident du Marad. Mais le maître, son éminence grise, n’a pas été vaincu. Dans l’ombre, il continue d’œuvrer à la destruction du Zodiaque. La jeune fille s’embarque alors dans un nouveau voyage à travers la galaxie pour le traquer avant qu’il commette l’irréparable. Cette quête cache un deuxième objectif qui fait battre le cœur de Rhoma : trouver des informations sur sa mère, disparue depuis des années, mais qui lui apparaît pourtant toujours dans ses visions.

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Zodiaque de Romina Russell est une saga que j’aime beaucoup. Je suis toujours très impatiente de découvrir la suite et c’est sans attendre que j’ai lu ce troisième et avant-dernier tome ! J’ai beaucoup aimé retrouver l’univers et les personnages que j’aime toujours beaucoup.

On retrouve rapidement Rhoma aux côtés de Mathias et de Stanton. J’aime toujours autant Rhoma, ses réflexions, sa maturité et sa personnalité, c’est une protagoniste que j’apprécie tout particulièrement. Je suis très contente que Romina Russell fasse faire un choix définitif à Rhoma, peu importe lequel de Mathias ou d’Hysan elle choisit, au moins elle s’y tient et bon vent le triangle amoureux ! Et ça, ça fait du bien !

Pour ce qui est des autres personnages, ma mémoire m’a fait défaut. Les intervenants sont très nombreux et j’avoue que je n’ai pas toujours su retrouver qui était qui lors de ma lecture. Je n’ai retenu que les principaux. Nishi et Hysan m’ont beaucoup manqué et j’ai été très contente de les retrouver. On en apprend aussi plus sur la mère de Rhoma. C’est ce que nous promettait le tome précédent et je n’ai pas été déçue !

Côté écriture, je n’ai eu aucun soucis à me laisser emporter par la plume de Romina Russell. Encore une fois, l’immersion était totale. Je visualisais bien les différentes planètes et les différents modes de vie des peuples du Zodiaque, comme si j’y étais. Et j’ai adoré ça. Le Zodiaque est de plus en plus menacé par Le Maitre et Rhoma ne sait plus à qui faire pleinement confiance. J’ai beaucoup aimé cette ambiance et les quelques bons retournements de situations auxquels je ne m’attendais pas du tout.

Et cette fin… Le cliffhanger le plus atroce que j’ai pu lire jusqu’à présent ! Quelle idée de terminer son livre comme ça, c’est un supplice pour les lecteurs. Il me faut la suite immédiatement mais ça restera dans mes rêves car ce n’est pas encore pour tout de suite. J’ai hâte en tout cas et je vais me jeter sur le dernier tome lors de sa sortie !

Bref, Lune Noire, le troisième opus de Zodiaque, est une très bonne suite ! J’ai eu plaisir à retrouver ces personnages qui m’avaient bien manqué et surtout l’univers tellement riche, si bien construit et décrit par Romina Russell. C’est une saga que j’aime beaucoup et j’encourage tout le monde à la découvrir si ce n’est pas déjà fait !

Je remercie les éditions Michel Lafon pour cette lecture !

michellafon


Auteur : Romina Russell
Date de sortie VF : 13 avril 2017
Éditeur :Michel Lafon (381 pages – 16,95€)
Titre VO : Black Moon
Nombre de tomes prévus : 4
Le tome suivant : Thirteen Rising (VO)
Mes autres chroniques : Tome 1, Tome 2

In My Mailbox #89 – Spécial Trolls & Légendes

Diapositive1

In My Mailbox est un moyen de partager les livres reçus dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Rendez-vous repris par Lire Ou Mourir. Je ne ferai pas de IMM chaque semaine, juste les semaines où j’ai quelque chose à vous montrer. (source de l’image)

Coucou !! Hier c’était Trolls & Légendes à Mons et c’était trop bien ! J’avais une petite liste d’auteurs à aller voir et j’ai su tous les voir, j’ai de très jolies dédicaces 😉 Voici mes quatre achats, tous dédicacés, deux prévus et deux imprévus, trois sur les quatre de chez Scrineo ! J’ai donc acheté Les Loups Chantants d’Aurélie Wellenstein (mais pas Le Roi des Fauves car il n’était qu’en poche (du coup je ne vais pas tarder à le commander) qui n’était pas prévu mais Caladhiel m’a convaincue, Zalim tome 1 de Carina Rozenfeld. Puis deux chez Estelle Faye, La Voie des Oracles tome 1 et Les Seigneurs de Bohen qui n’était pas prévu, une belle brique mais je suis très intriguée !

Ensuite, j’ai été faire un coucou à Cindy Van Wilder, Justine Gillet et Franck Dive dont j’ai lu le premier tome de Pérismer il n’y a pas longtemps, on a d’ailleurs un aperçu de la couverture du tome 2 sur le marque page ! J’ai également été voir Jean Vigne pour la dédicace de Néachronical et Christelle Dabos pour mon tome deux de La Passe-Miroir. Toutes les dédicaces sont sur la page Facebook du blog dans l’album correspondant. J’ai aussi acheté un badge Alice au pays des merveilles qui m’a fait craquer ^^

J’ai aussi eu l’occasion de revoir les copines et ça c’était chouette aussi !

La Reine des noctères (Pérismer #1)

Ils sont cinq. Cinq adolescents qui vivent depuis leur plus jeune âge dans un monastère isolé du monde extérieur. Par une nuit tragique, ils échappent de justesse à l’agression de ténébreuses créatures et, pour survivre, doivent se résoudre à l’exil. Un long périple les attend, au cours duquel ils n’auront pas d’autre choix que d’apprendre à s’entraider et à dépasser leurs différences, car face à eux se dresse la Reine des noctères, un fléau qui les considère déjà comme ses pires ennemis.

Le premier tome de Pérismer a été une très bonne surprise pour moi ! Je ne m’attendais pas à accrocher autant. J’avais commencé à lire le premier chapitre avant de faire une petite pause dans mes lectures fantasy, une pause qui a été bénéfique car ça m’a permis de me replonger pleinement dans ce livre que j’ai beaucoup aimé !

Dans ce premier tome, on rencontre de nombreux personnages dont cinq adolescents, trois garçons, Amonis, Pharnis, Erian, et deux filles plus jeunes, les jumelles Swenn et Colleen. On a les pensées de chacun, ce qui nous permet de ne pas se perdre et d’en apprendre beaucoup plus que si on ne suivait qu’un seul protagoniste mais j’aurais aimé avoir plus souvent le point de vue des jumelles.

Tous les cinq sont bien différents, chacun avec son propre pouvoir et sa propre personnalité, mais tous ont une chose en commun et j’ai énormément aimé ces révélations, j’ai hâte d’en apprendre encore plus et de voir ce que cela va donner par la suite. Je n’ai pas de préférence entre ces cinq là, il n’y en a pas un que j’ai moins aimé que les autres, je les ai tous appréciés. J’ai également beaucoup aimé Farah, la jeune fayeries, et Etan d’Ismaval qui viennent s’ajouter au groupe. Par contre, il y a des personnages comme Osan dont je me suis tout de suite méfiée !

Du côté de l’histoire, je l’ai trouvé assez originale, surtout pour ce qui concerne les origines des protagonistes principaux. À un moment, j’ai eu beaucoup de mal à poser ce livre. Un événement a tout déclenché, c’est d’ailleurs le passage qui est représenté sur la couverture. Ca m’a beaucoup touchée et je n’ai pas su reposer le livre, le quittant à regret pour aller travailler, ce qui ne m’empêchait pas d’y penser !

J’ai malgré tout eu un peu du mal avec la fin, je n’ai probablement pas saisi tous les enjeux finaux mais ça ne m’empêchera pas de lire la suite. Concernant l’écriture, la plume de Franck Dive est fluide et très agréable. Je n’ai eu aucun mal à imaginer le monde de Pérismer et les différents lieux que découvrent nos héros. Les chapitres sont courts, les pages se tournent sans que l’on s’en aperçoive et l’auteur n’est pas toujours tendre avec ses personnages, ce qui rend l’histoire encore plus réelle.

Bref, le premier tome de Pérismer, la Reine des noctères de Franck Dive est un bon premier tome, une chouette découverte ! J’ai beaucoup aimé faire la connaissance des différents personnages, qui en ont vu de toutes les couleurs, et j’ai hâte de les voir évoluer. Une histoire très originale que je vous encourage à découvrir !

banniere erelle FINI2

En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries

Je remercie les Indés de l’Imaginaire et le label Naos pour cette lecture !


Auteur : Franck Dive
Date de sortie VF : 18 novembre 2016
Éditeur : Naos (350 pages – 17,90€)
Nombre de tomes prévus : 3
Le tome suivant : L’Ombre de Luisen (2017)