Les Royaumes du Nord (À la croisée des mondes #1)

Ce n’était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans : Lyra vivait, en compagnie de son daemon Pantalaimon, parmi les Érudits de Jordan Collège, passant ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures. Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d’une extraordinaire particule. D’une taille microscopique, la Poussière que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord – est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises… Jetée au coeur d’un terrible conflit, Lyra sera forcée d’accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s’opposent des forces que nul ne l’avait préparée à affronter.

Depuis un moment, j’avais très envie de découvrir la trilogie À la croisée des mondes de Philip Pullman. Avec l’intégrale qui a accompagné la sortie de La Belle Sauvage, le spin-off de la série, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de découvrir cette histoire. J’ai décidé de lire et chroniquer un tome à la fois et, bien que j’aie pris du temps pour le lire, j’ai beaucoup aimé ma lecture !

Lyra est l’héroïne principale de cette histoire. Je ne vous cache pas qu’au tout début, j’ai eu un peu de mal avec elle. Lyra est hautaine, fière et mériterait quelques baffes de temps en temps. Mais elle évolue déjà beaucoup dans ce premier tome et j’ai fini par me prendre d’affection pour elle. Je l’apprécie d’ailleurs beaucoup maintenant. C’est une jeune fille très intelligente, courageuse et qui a de la suite dans les idées. J’ai beaucoup aimé Pan également, le daemon de Lyra.

Un autre personnage que j’ai tout de suite apprécié est Iorek Byrnison, l’ours déchu que rencontre Lyra. Lors de leur première rencontre, j’en ai eu des frissons car on sent, on sait, que c’est une rencontre capitale. D’emblée, j’ai détesté Mme Coulter, femme magnifique et redoutable, et son daemon singe à poil doré. Tous deux m’ont fait froid dans le dos.

Concernant l’histoire, c’est un peu là que ça se corse. J’ai aimé mais il a fallu le temps. Je ne dirais pas que le style de Philip Pullman est lourd, pas du tout d’ailleurs car une fois que l’on est bien plongé dans l’histoire c’est difficile de s’arrêter, mais il y a tellement de détails, de personnages et d’indices un peu partout que c’est plus complexe à lire. L’univers très intéressant, très riche et il y a des notions que j’étais assez surprise de retrouver, notamment la religion. Et la Poussière ! Ce mot est sur toutes les lèvres, souvent craint, mais je ne suis pas encore certaine d’avoir tout compris à son sujet et je pense que bien des éléments sont encore à découvrir. La plume de l’auteur m’a emmenée dans le nord. Je n’ai eu aucun soucis à m’imaginer les différents paysages et lieux dans lesquels évolue Lyra. Je me suis fait berner et je me suis surprise à retenir mon souffle plus d’une fois.

Bref, ma découverte de l’histoire aux côtés de Lyra dans Les Royaumes du Nord de Philip Pullman a été très sympathique. Même si j’ai eu un peu de mal au début, j’ai globalement bien aimé ma lecture et je comprends pourquoi cette trilogie est aussi appréciée. Lyra est une petite fille très courageuse et je sais qu’elle ira loin, elle a toute ma confiance. Une aventure se termine et une autre commence, j’ai hâte de suivre Lyra et Pan dans la suite !


Auteur : Philip Pullman . Date de sortie : 14 mars 2000 . Titre VO : The Golden Compass


En lecture commune avec Estelle Broceliande


Publicités

Simon Thorn et le sceptre du Roi animal (Simon Thorn #1)

Simon Thorn a le pouvoir de parler aux animaux. À douze ans, il découvre le secret de ses origines : il est un Animalgame, un être capable de se transformer en animal. Et sa première métamorphose pourrait bien décider du destin de tout un peuple, car il l’ignore mais il est l’héritier du roi des aigles et de la reine des loups… en guerre depuis toujours.

Cette lecture était génialissime ! Un excellent jeunesse qui vous emportera avec rapidité dans son univers aux côtés de Simon. J’avais lu Le manoir des Immortels d’Aimée Carter qui m’avait beaucoup plu à l’époque mais je n’avais jamais continué la suite, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé la plume entrainante de l’autrice avec ce premier tome qui annonce une série très prometteuse !

Dans ce premier tome, on fait la connaissance de Simon, douze ans, qui a la faculté de parler aux animaux, ce qui est déjà pas mal. Mais Simon apprend qu’il est un Animalgame et qu’il peut aussi se transformer en animal. Je me suis très vite attachée à Simon, j’avais envie de le protéger de ceux qui lui cherchaient malheur, et ils sont plutôt nombreux et redoutables. Ensuite, j’ai été surprise par le personnage de Nolan, qui pimente un peu plus l’histoire et que j’ai fini par apprécier malgré son caractère. On rencontre également Winter, Ariana et Jam qui deviennent les amis de Simon et qui lui seront très précieux. Une belle amitié en prévision à mon avis !

Pour ce qui est de l’histoire, j’ai été emportée par ce premier tome. Le rythme est très soutenu, les pages défilent sans qu’on s’en rende compte et c’était avec un grand plaisir que j’ai découvert toutes les péripéties de Simon. Ce livre m’a bien fait cogiter ! Je me suis retournée le cerveau plus d’une fois et même en l’ayant fini, j’y réfléchis encore. J’ai adoré ma lecture qui m’a fait passer par tout un tas d’émotions. C’était trop bien!

Petit point positif en plus, la couverture. Elle est superbe non ? L’illustrateur n’est autre que David Gilson qui a également réalisé les belles couvertures du Pays des Contes, série publiée chez Michel Lafon également. J’avoue que c’est ce qui m’a convaincue de découvrir Simon Thorn. Si la série a autant de succès que Le Pays des Contes, il ne fallait pas hésiter à la découvrir, et mon petit doigt me dit que ce sera certainement le cas !

Bref, Simon Thorn et le sceptre du Roi animal d’Aimée Carter est un très bon premier tome qui ne souffre d’aucun temps mort. J’ai adoré découvrir ce nouvel univers, cette nouvelle histoire et ces nouveaux personnages qui nous réservent encore bien des surprises à mon avis. J’ai été emportée par la plume de l’autrice et ce livre m’a mis des étoiles plein des yeux. Il sort bientôt, ne passez pas à côté !


Autrice : Aimée Carter . Date de sortie : 11 janvier 2018 . Titre VO : Simon Thorn and the Wolf’s Den


En lecture commune avec Mirrorcle World


Mes autres chroniques de la série
Tome 2

L’Odyssée Imaginaire (Le Pays des Contes #5)

L’Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n’ont plus qu’une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination. Tous deux se lancent alors à travers les histoires inventées par Conner en quête d’une armée de pirates, de cyborgs, de superhéros ou encore de momies, pour arrêter l’Homme masqué. Et même si l’adolescent est leur auteur, rien ne dit que ses personnages ne se rebifferont pas contre lui ! Mais un complot plus terrible encore se trame dans l’ombre. Un complot qui pourrait bien noircir la magie de tous les mondes à jamais…

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

Le Pays des Contes de Chris Colfer est une saga que j’apprécie énormément ! J’attends toujours la sortie de chaque tome avec impatience et c’est avec une joie non contenue que je me suis jetée sur ce cinquième tome lorsque je l’ai reçu. Je l’ai adoré et j’ai énormément apprécié me plonger dans les différentes histoires de Conner.

Ce tome cinq se concentre sur le recrutement des personnages inventés par Conner dans quatre histoires écrites par ce dernier, dans le but de construire une armée afin de vaincre l’armée de la Littérature qui a conquis le monde des contes de fées dans le tome précédent. On suit donc Alex et Conner dans de nouvelles aventures. Le lien entre les jumeaux se renforce encore plus. Au fil de ses histoires, Conner en apprend également plus sur lui-même. J’ai beaucoup aimé retrouver les personnages que l’on connait bien mais surtout en rencontrer de nouveaux ! On retrouve Rouge, Boucle d’Or qui est enceinte, Jack mais également Bree et Emmerich. J’ai aimé l’implication de Charlotte, la mère d’Alex et Conner.

Les histoires de Conner sont passionnantes et j’ai été complètement transportée, impossible de m’arrêter de lire. Il y a beaucoup d’humour, j’ai bien ri avec le poulet curé ! Il y a aussi un petit animal qui risque de vous faire craquer encore plus qu’un niffleur (si si je vous assure) ! En plus de ces nouvelles rencontres et ces nouveaux lieux, on suit différentes intrigues qui nous permettent d’avoir toutes les informations. L’Homme Masqué a un nouveau plan maléfique mais il n’est pas le seul, un autre complot plus affreux encore se met en place. Ce qui nous offre une fin en cliffhanger à laquelle je m’attendais beaucoup mais je ne suis pas inquiète pour autant, les jumeaux et leurs amis arriveront à surmonter les prochaines épreuves, j’en suis persuadée !

Concernant le style d’écriture de Chris Colfer, c’est toujours aussi addictif et drôle, j’aime beaucoup. Il ne faut pas oublier que c’est de la jeunesse et je l’ai assez fort ressenti lors du prologue. Le temps de me remettre dans le bain et ce n’était plus qu’un détail qui n’a en rien gâché ma lecture. Puis, du côté plus superficiel de la chose, je trouve la couverture française vraiment sublime ! C’est du très beau boulot et je la préfère à la version originale.

Bref, avec L’Odyssée Imaginaire, le cinquième tome du Pays des Contes, Chris Colfer nous offre de nouvelles histoires, celles de Conner que j’ai adorées découvrir ! Le lien entre les jumeaux devient de plus en plus fort, ils en apprennent beaucoup sur eux, surtout Conner car ses histoires sont une partie de lui. J’ai tout adoré dans ce tome et je conseille la saga à tout le monde si vous ne l’avez pas encore commencée !


Auteur : Chris Colfer . Date de sortie : 08 juin 2017 . Titre VO : An Author’s Odyssey


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3 . Tome 4 . Tome 6


En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries


DanMachi – La légende des Familias #4

En venant à bout du Minotaure, Bell a battu le record de rapidité de passage au rang supérieur et est devenu le lièvre le plus rapide du monde. Alors qu’il ne souhaite que repartir à l’aventure, toute l’attention d’Orario se concentre sur lui, et les offres pour former un équipe pleuvent. Pris dans cette tornade de popularité, il ne sait plus où donner de la tête lorsque, soudain, il rencontre Welf Crozzo, le mystérieux forgeron qui a créé sa première armure.
Découvrez également deux histoires courtes illustrant sa relation avec Nahaza d’une part et avec Hestia d’autre part !

Attention, risque de spoiler sur les tomes précédents !

DanMachi est un light novel que j’aime beaucoup. C’est une histoire qui se lit rapidement et qui relate les aventures de Bell, unique membre de la petite Famillia d’Hestia, dans le donjon de la cité d’Orario. Cette suite m’a beaucoup plue, j’ai beaucoup aimé le nouveau personnage !

Dans ce quatrième tome, on retrouve Bell quelques jours après son passage au niveau 2. Une évolution qui défie toute logique et qui attire l’attention des autres aventuriers et des Dieux. Avec ce changement de niveau, Bell est beaucoup plus fort et plus rapide. Sa progression dans le donjon ne cesse d’augmenter et c’est très chouette à lire car il y a encore plus de combats et de difficultés à surmonter.

L’équipe que forme Bell et Lili s’agrandit avec le forgeron Welf Crozzo qui les rejoint. J’ai beaucoup aimé ce personnage. Depuis la rencontre de Bell et de Lili, je me méfie toujours des nouveaux protagonistes avant de découvrir leur histoire complète et leurs réelles intentions. Mais Welf m’a tout de suite plu. On apprend de nombreuses choses sur lui et on comprend tout à fait pourquoi il refuse de forger des armes magiques, quitte à faire chuter sa côté de popularité et sa renommée.

On en apprend également plus sur le Denatus, l’assemblée des Dieux afin de discuter de choses et d’autres mais surtout d’attribuer des titres aux aventuriers, comme La Princesse à l’Épée pour Aiz. J’ai trouvé ça assez drôle, les Dieux essayant de donner les titres les plus ridicules selon eux, moi j’ai trouvé qu’ils n’étaient pas si mal. Sauf pour Bell malheureusement, son titre aurait pu être plus sympa !

Ensuite, on a droit à deux histoires courtes, Quest x Quest et La Campanella de la déesse. La première nous en apprend plus sur les quêtes et on y retrouve le personnage de Nahaza. Si comme moi vous avez oublié qui c’était, c’est le seul membre de la Familia de Miach, le Dieu ami d’Hestia avec ses cheveux longs, spécialisée dans la fabrication de potion que l’on croise une fois dans les tomes précédents. La seconde histoire est centrée sur Hestia et Bell et se déroule peu de temps après la création de leur Familia.

Bref, ce quatrième tome de DanMachi La légende des Familias, de Fujino Omori est un tome qui m’a bien plu. À part l’arrivée de Welf Crozzo dans l’équipe, il ne s’y passe pas grand chose mais j’ai trouvé le rythme mieux réparti que dans le tome précédent. Bell évolue de plus en plus rapidement et on a également appris plus de choses sur les Dieux avec le Denatus. Une série que j’aime beaucoup, j’ai hâte de découvrir la suite !


Auteur : Fujino Omori . Date de sortie : 24 mai 2017
Titre VO : Is it wrong to try to pick up girls in a dungeon ?


Mes autres chroniques de la saga
Tome 1 . Tome 2 . Tome 3 . Tome 5


En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries


 

La Reine des noctères (Pérismer #1)

Ils sont cinq. Cinq adolescents qui vivent depuis leur plus jeune âge dans un monastère isolé du monde extérieur. Par une nuit tragique, ils échappent de justesse à l’agression de ténébreuses créatures et, pour survivre, doivent se résoudre à l’exil. Un long périple les attend, au cours duquel ils n’auront pas d’autre choix que d’apprendre à s’entraider et à dépasser leurs différences, car face à eux se dresse la Reine des noctères, un fléau qui les considère déjà comme ses pires ennemis.

Le premier tome de Pérismer a été une très bonne surprise pour moi ! Je ne m’attendais pas à accrocher autant. J’avais commencé à lire le premier chapitre avant de faire une petite pause dans mes lectures fantasy, une pause qui a été bénéfique car ça m’a permis de me replonger pleinement dans ce livre que j’ai beaucoup aimé !

Dans ce premier tome, on rencontre de nombreux personnages dont cinq adolescents, trois garçons, Amonis, Pharnis, Erian, et deux filles plus jeunes, les jumelles Swenn et Colleen. On a les pensées de chacun, ce qui nous permet de ne pas se perdre et d’en apprendre beaucoup plus que si on ne suivait qu’un seul protagoniste mais j’aurais aimé avoir plus souvent le point de vue des jumelles.

Tous les cinq sont bien différents, chacun avec son propre pouvoir et sa propre personnalité, mais tous ont une chose en commun et j’ai énormément aimé ces révélations, j’ai hâte d’en apprendre encore plus et de voir ce que cela va donner par la suite. Je n’ai pas de préférence entre ces cinq là, il n’y en a pas un que j’ai moins aimé que les autres, je les ai tous appréciés. J’ai également beaucoup aimé Farah, la jeune fayeries, et Etan d’Ismaval qui viennent s’ajouter au groupe. Par contre, il y a des personnages comme Osan dont je me suis tout de suite méfiée !

Du côté de l’histoire, je l’ai trouvé assez originale, surtout pour ce qui concerne les origines des protagonistes principaux. À un moment, j’ai eu beaucoup de mal à poser ce livre. Un événement a tout déclenché, c’est d’ailleurs le passage qui est représenté sur la couverture. Ca m’a beaucoup touchée et je n’ai pas su reposer le livre, le quittant à regret pour aller travailler, ce qui ne m’empêchait pas d’y penser !

J’ai malgré tout eu un peu du mal avec la fin, je n’ai probablement pas saisi tous les enjeux finaux mais ça ne m’empêchera pas de lire la suite. Concernant l’écriture, la plume de Franck Dive est fluide et très agréable. Je n’ai eu aucun mal à imaginer le monde de Pérismer et les différents lieux que découvrent nos héros. Les chapitres sont courts, les pages se tournent sans que l’on s’en aperçoive et l’auteur n’est pas toujours tendre avec ses personnages, ce qui rend l’histoire encore plus réelle.

Bref, le premier tome de Pérismer, la Reine des noctères de Franck Dive est un bon premier tome, une chouette découverte ! J’ai beaucoup aimé faire la connaissance des différents personnages, qui en ont vu de toutes les couleurs, et j’ai hâte de les voir évoluer. Une histoire très originale que je vous encourage à découvrir !


Auteur : Franck Dive . Date de sortie : 18 novembre 2016


Mes autres chroniques de la série
Tome 2 . Tome 3


En lecture commune avec Les petites addictions de Cranberries